Urbanbike

Recherche | mode avancée

MaxCurve sous iOS 13.x

Quid sous un iPhone 11 Pro Max…?

dans grospod | photographie | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Avoir plus de volume de stockage et un iPhone plus puissant me permet de revisiter quelques apps dont MaxCurve que j’ai évoqué naguère1.

Alors bref rappel en images !

reduc-450

Cette app propose d’agir de différentes façons (…explorez sans craintes car vous pouvez revenir en arrière, annuler)…

reduc-450

…sur votre cliché en affichant, à chaque fois des courbes, sur lesquelles vous allez agir séparement.

reduc-450

reduc-450

Une fois le rendu adéquat trouvé, pensez à sauvegarder cet ensemble de réglages sous la forme d’un nouveau profil prédéfini

reduc-450

…que vous pourrez appliquer en une seule fois sur d’autres clichés (…ce qui ne vous empêchera pas de continuer à modifier l’image en cours de traitement).

reduc-450

reduc-450

MaxCurve est livré avec une série de sets dont vous pouvez vous inspirer et gérer l’ordre l’affichage.

reduc-450

reduc-450

C’est tout…


  1. ici, le premier billet (…il y en a eu d’autres ensuite) : urbanbike | MaxCurve et post-traitement dynamique de vos images sous iOS en 2016 

le 10/11/2019 à 13:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Voyage, sac à dos et …iPhone

…l’indispensable compagnon pour tout périple !

dans ailleurs | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : originellement, l’idée était de mettre à jour un billet publié fin 2018 urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone.

Sauf que j’ai dérapé… Même si je ne renie aucune de mes publications antérieures, j’ai préféré tout réécrire ! En effet, depuis janvier, nous avons pas mal bougé, changé de lieu, pays, météo. Du coup, plus franchement la même perception… La balade de proximité des années précédentes s’est mué en longs périples.

En 2019, près de 60 changements d’hébergement m’ont permis de vérifier ce qui suit …d’abord sur le 7+, puis récemment, sur le iPhone 11 Pro Max comme expliqué ici.

Aussi, j’ai pris l’habitude de n’emporter que mon iPhone au lieu de me charger en plus d’un appareil photo et de mon iPad Pro. Après quelques essais, me balader avec un unique écran est adapté à mes usages… Pas de montre, de Mac, de iPad : que l’iPhone…!

reduc-450

Alors, en vrac, quelques thématiques…

Se concentrer pour s’évader…

Même en voyage, il y a des moments où nous avons besoin de nous abstraire des bruits ambiants, de déconnecter. On arrive fourbus et il est bon de récupérer…

Que ce soit dans le train, lors d’un long déplacement en bus. Ou dans un hébergement mal isolé avec une personne qui ronfle dans la chambre adjacente (!!), se poser dans une pièce commune animée alors que l’on souhaite avant tout se détendre, rêvasser, lire, écrire.

J’emporte dans mon sac-à-dos un Bose Quietcontrol 30 qui a le merveilleux pouvoir d’atténuer efficacement les bruits ambiants…!

Ainsi, au lieu d’écouter une émission de radio en différé (un podcast), me passer de la musique, j’emploie régulièrement l’app myNoise avec l’un de ses épatants sets d’ambiance que j’ai soigneusement personnalisé pour …déconnecter !

reduc-450

Je me retrouve instantanément en forêt, en bord de chemin côtier …ou sous la pluie. Mes pensées ne sont plus distraites par mon environnement. C’est tellement efficace que ma tribu doit interrompre cette évasion (sic…!) par un bruyant rappel au réel !

reduc-450

Certes, l’emploi du Quietcontrol 30 requiert un léger chargeur supplémentaire mais l’autonomie de ce casque tour de cou est épatante …même après des années d’utilisation et …un fort décollage de sa protection caoutchoutée. Pas grave…

Écouter des émissions de radio…

Si le wifi est bon, même à l’étranger à l’aide de mon VPN, je peux écouter des émissions de radio en direct mais plus souvent en différé avec l’app Radio France - podcasts, infos ou encore Castro Podcast Player qui, elle, charge automatiquement mes émissions préférées comme La Conversation scientifique : podcast et réécoute sur France Culture ou Les Pieds sur terre : podcast et réécoute sur France Culture

Dans ce contexte, j’utilise ce même Bose Quietcontrol 30 sans fil afin d’éviter d’importuner mes compagnons de voyage.

Pratique avec ARTE pour suivre le dessous des cartes, un concert de jazz. Certes, l’écran du iPhone est réduit mais son piqué est tel que cela ne me dérange pas.

Se balader, à pied ou en voiture…

Bien entendu, il y a les cartes routières que l’on peut déplier, les plans de ville offerts par les offices de tourisme, les plans locaux des transports en commun. Ou encore les Cartoguides édités par Gallimard et bien d’autres guides de voyages en vrai papier.

Pour ma part, comme pour les livres d’ailleurs, j’ai basculé vers des applications cartographiques.

En cas de faible luminosité, d’intempéries, je peux encore les lire et, surtout, me localiser instantanément.

Celui qui, sous une averse glaciale, s’est perdu dans un village en tâchant de situer son hébergement peut comprendre ce choix…!

Je privilégie des apps comme MAPS.ME

reduc-450

Ou, depuis peu, Windy Maps

reduc-450

Ces apps ne nécessitent pas de connexion …à la seule condition d’avoir pris soin de télécharger les cartes ad hoc au préalable.

Non seulement elles sont très précises mais ces applications consomment peu d’énergie, permettent d’enregistrer de multiples localisations (…l’endroit où vous avez garé votre véhicule, l’emplacement de la chambre d’hôte, les quelques spots à ne pas manquer, le petit restaurant recommandé par les amis, etc.).

Et certaines, plus récentes comme Windy Maps, peuvent enregistrer notre déambulation erratique, méthode que nous apprécions (en gros, se perdre délibérément !) pour mieux découvrir à pied une cité, quelle que soit sa taille.

Par contre, dès que je conduis, je reste un aficionado de TomTom GO Navigation

reduc-450

J’ai déjà expérimenté maintes fois Plans, ici en ville…

reduc-450

Et, plus rarement, ViaMichelin qui offre d’autres options dont ce mode piéton…

reduc-450

Pour mémoire, pour les férus d’histoire, il y a même une délicieuse possibilité de se plonger dans la cartographie du temps jadis et d’explorer une région avec les relevés d’alors, certes moins précis (!!) que nos GPS actuels mais qui rappellent qu’avant ces paysages aujourd’hui défigurés, mités, il y avait des étendues naturelles quasi vierges de constructions horrifiques !

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

J’évoque ici Old Maps Online.

Circuler en transports en commun

Une fois sur place, surtout dans une grande cité comme Lisbonne, Madrid ou Milan, se déplacer en transports en commun est à privilégier (métro de qualité et bus).

D’autant tant que nombre de centre villes sont piétons en Espagne, limités aux véhicules autorisés en Italie. Inutile de se casser le nez ou de récolter une amende de la Police locale.

Avant d’arriver sur ces zones urbaines, notre premier objectif est de trouver un hébergement avec un parking. Voire de venir en train (Salamanca - Madrid permet de passer par des paysages grandioses en pleine montagne même si cela prend plus de temps qu’en voiture).

Mais après coup, des apps comme Transit (ici à Aix) permettent de se déplacer aisément en bus…

reduc-450

Moovit (ici, pour rejoindre via une navette la gare TGV qui est assez éloignée du centre ville)…

reduc-450

Ou encore Citymapper. Ces trois apps sont irremplaçables (et à recharger si besoin).

Pourquoi trois apps ? Parce qu’elles ne couvrent pas les mêmes villes, CQFD.

Sans oublier les apps locales. À Paris et région parisienne, celle de la RATP.

Voyager en train et/ou en bus

Se rendre à l’étranger ne nécessite pas de prendre l’avion. C’est pourquoi je n’évoquerai aucune application de transport aérien, moyen que je refuse depuis des années de prendre.

Par contre, nous utilisons depuis des années l’épatant Trainline : Billets de train (ex. Captain Train).

Il existe des alternatives dont les apps officielles de la SNCF ou encore Rome2rio.

reduc-450

Voire l’épatant DB Navigator mais, comment dire, je n’ai pas trouvé plus efficace et ergonomique que celle cité en préambule, Trainline, qui fonctionne dans toute l’Europe

Clin d’oeil : pour ne pas rater l’heure du départ, inutile de s’offrir une app complexe : horloge livrée avec iOS fait l’affaire !

VPN pour se connecter en toute sécurité

Voyager, c’est se retrouver à consulter ses comptes bancaires (…genre Ma Banque du Crédit Agricole ou La Banque Postale par exemple), acheter des billets de train sur Trainline. Ou échanger des messages sur des réseaux ouverts à tous les vents.

Si l’on peut utiliser des outils pour éliminer nombre de traqueurs sur le web dès lors que l’on surfe (je pense au navigateur alternatif Firefox Focus, voire à 1Blocker pour agir dans Safari), disposer d’un VPN n’est pas un luxe, en 4G comme sur des réseaux Wifi d’hôtels pas sécurisés.

Mon propre choix s’est porté depuis deux ans sur NordVPN qui prend en compte les réseaux de confiance (…votre propre box par exemple)…

reduc-450

Mais lance automatiquement une connexion sécurisée dès que vous sortez dans la rue…!

reduc-450

Cela évite rétrospectivement d’avoir des sueurs froides, l’app ayant ouvert toute seule un pont vers l’un de ses serveurs…!

Autre avantage, pouvoir accéder à une émission de ARTE ou un documentaire accessible via france.tv : direct et replay depuis l’Espagne : il suffit alors de choisir sa connexion VPN non localement mais en France.

Messages et confidentialité

Si en Espagne, l’usage de WhatsApp Messenger est quasi obligatoire1 pour échanger avec vos correspondants locaux (…app que je supprime régulièrement !), il y a bien entendu Messages d’Apple (…que je privilégie), voire l’excellent Signal — Messagerie privée (avec la suppression automatique des échanges après un temps donné) mais insuffisamment employé. Ou encore Threema qui vous évite de communiquer votre numéro de téléphone, juste un identifiant propre à leur système.

Mais la majorité de mes correspondants privilégie les produits de Zuck, ce qui m’amène régulièrement à réinstaller WhatsApp… avant de convaincre mon correspondant d’utiliser un autre canal…!

Écrire, rédiger Mails et compagnie

J’écris beaucoup sur iPhone mais je fais l’impasse sur les applications fournies par Apple, que ce soit Notes ou Pages.

J’emploie en priorité des produits supportant le balisage markdown, voir MultiMarkdown.

Et donc, en premier lieu Drafts. Par ailleurs, j’apprécie iA Writer, conserve Editorial qui a l’inconvénient de ne pas avoir été mis à jour depuis pas mal de temps.

Sans oublier Ulysses pour sa gestion de feuillets et ses dossiers.

Néanmoins Drafts reste mon outil de prédilection tant pour préparer une enfilade de tweets, rédiger un mail avec quelques attributs de caractères, peser chaque terme d’un long message.

Ou écrire un long billet …à destination de Day One journal + mémoire (j’y reviendrais).

Je conserve également iThoughts (mindmap) pour préparer des cartes mentales, plans structurés et arbres de décision. Et comme celui-ci exporte en markdown, pas de souci pour ouvrir le résultat dans l’un de mes outils de texte …markdown !

Si mes fichiers sont enregistrés automatiquement dans iCloud (nous disposons d’un compte commun de 2 To chez Apple), j’apprécie de placer une copie des textes les plus critiques sur d’autres plateformes comme Dropbox ou Box.

Réseaux sociaux au minimum

Quand la connexion se fait chiche, voire quasi inexistante, mon seul lien aux nouvelles de la planète reste Twitter.

J’utilise de plus en plus l’application native de Twitter en lieu et place de Twitterrific. Les autres clients Twitter restent cantonnés à mon iPad.

Si j’ai définitivement coupé les ponts avec FB (rappel, je suis un no-life2), je conserve Instagram pour donner quelques signes de vie aux amis accros à FB ainsi que LinkedIn (…même si l’usage de ce dernier se réduit graduellement).

Enfin, je conserve un compte sous Mastodon que je consulte via Amaroq for Mastodon.

Note pratique : pour publier simultanément une info tant sur Twitter que Mastodon, j’utilise Linky.

Pour publier automatiquement sur Twitter (en double, dois-je le préciser) mes entrées Instagram comme mes nouveaux billets de blog, j’utilise IFTTT.

Lire aux étapes ou dans les transports en commun…!

Si j’évite d’emporter des cartes papier, des guides touristiques en papier, je n’emporte plus de livres !
En papier, CQFD.

Apple nous propose Apple Books …que l’on retrouve sous le nom de …Livres sur nos iPhones. Cela nous permet, à l’étranger, d’obtenir immédiatement s’il est disponible au format ePub tel ouvrage évoqué dans tel journal ou annoncé sur Twitter. En complément, j’apprécie Marvin 3 même s’il n’a pas été mis à jour depuis longtemps.

En parlant de lire, nous avons un compte commun au Monde pour nous informer. Entre Le Monde, le Journal Le Monde et La Matinale, cela offre un bon éclairage même si je devrais multiplier les supports.

C’est pour cela que s’abonner à divers comptes Twitter de sensibilité autres est indispensable pour varier regards et points de vue.

Enfin, pour ne pas lancer Firefox ou Safari, j’utilise Reeder 4 pour relever mes fils RSS ou ATOM.

reduc-450

Cette app me permet de ne lire (et charger l’iconographie) que des articles qui m’intéressent…

reduc-450

Enfin, j’emporte l’indispensable GoodReader pour me permettre de lire et annoter des fichiers PDF.

Guides, traducteurs et dictionnaires

À côté des livres au format ePub, je garde à disposition des dictionnaires et outils de traduction, éléments indispensables quand ma fille est absente3.

Ainsi Microsoft Traducteur, Reverso Context Traduction, Dictionnaire Français-Espagnol, etc.

Par ailleurs, de vrais dictionnaires français (…pour nous départager quand on discute entre nous…!) comme Dictionnaire Le Robert Mobile, Dictionnaire Le Petit Robert, Dictionnaire Robert Historique, Bescherelle Synonymes, antonymes, paronymes, Bescherelle Conjugaison, Dictionnaire Littré. Sans oublier le Dictionnaire de français TLFi quand j’ai de la connexion…

Enfin quelques guides nature : depuis Oiseaux en poche à Fleurs en poche en passant par Arbres et arbustes en poche (désolé, j’apprécie les apps de ce développeur…!).

Si je devais trimballer les versions papier de ces ouvrages (et ceux dans Apple Books ou Marvin), c’est avec une brouette que je devrais me déplacer…!

Photographier

Avec le iPhone 11 Pro Max, pas mal de choses ont radicalement changé.

Si je conserve Camera+ 2 pour les images rapprochées, ProCamera., Provoke Camera, Halide, BLACK, c’est bien l’application de la pomme — Appareil Photo — qui a désormais ma préférence pour sa gestion des extra-pixels.

Le format HEIC est remarquable pour réduire le volume de stockage tout en conservant une incroyable qualité picturale. Enfin, les extra-pixels permettent de recadrer a posteriori ces derniers, redresser les perspectives, désincliner, entre autres.

Les clichés sont édités et sychronisés sur iCloud via Photos.

Les plus chouettes sont expédiés chez EyeEm, d’autres sur le blog que je partage avec ma fille. J’en publie quelques-uns sur Instagram, clichés que je retrouve d’ailleurs dans …Day One.

Enfin, je garde dans un coin du iPhone Scanner App & Fax - Scanbot, histoire de conserver tickets et factures, courriers sensibles et ne plus m’encombrer de leurs originaux papier. Voir expédier avec le PDF un courriel de demande d’explication à l’administration concernée. Vivre à distance demande pas mal d’organisation.

S’organiser

Quitte à faire des listes, prévoir des évènements, autant opter pour un outil pratique qui permet de créer des projets et de cocher chaque étape des tâches à réaliser.

J’emploie depuis des années Things 3 qui répond bien à nos besoins tout en restant assez évident en terme d’interface. De plus avec le protocole x-callback-url, facile d’expédier de nouvelles tâches depuis Drafts…!

Journal de bord

Dernier exercice indispensable, la prise de notes agrémentée de photos de nos voyages, virées, balades, évènements.

Sur le coup, on a en tête la mémoire de tous les faits et anecdotes du jour. Mais, dès le lendemain, nombre de détails s’estompent…! Et ça s’arrange pas en vieillissant…!

C’est pourquoi un support écrit sous la forme d’un carnet de bord numérique reste une manière astucieuse de conserver en mémoire ces tranches de vie.

Sans aucune réserve, je conseille l’emploi de Day One journal + mémoire. J’en ai parlé l’an passé dans ce billet, urbanbike | En voyage : Day One.

Comme je prends beaucoup de photographiques géo-localisées, elles me servent pour créer de nouvelles entrées dans Day One.

L’application ajoute immédiatement une carte et d’utiles informations météo. En fonction de vos réglages, vous pouvez y trouver votre nombre de pas et même la musique que vous écoutiez alors.

L’application ne cesse d’évoluer et ajoute depuis quelques mois les entrées de votre compte Instagram si vous en possédez un.

En étant astucieux, vous pouvez nourrir en partie depuis Instagram divers réseaux sociaux, de FB à Twitter et, en sus, votre journal personnel, Day One. Ajoutez-y un peu de IFTTT et vous pouvez automatiser toute une série de publications sans effort.

Ce carnet numérique et ses divers journaux sont synchronisés sur tous les écrans que vous utilisez (du Mac au iPad et iPhone si vous le souhaitez), avec tous les contenus. Les clichés en haute résolution sont stockés sur le cloud même de l’éditeur.

J’insiste sur les journaux car vous pouvez en créer un grand nombre. Enfin chaque entrée peut recevoir un grand nombre de clichés. Cela a un coût mais me semble préférable à un service gratuit, éphémère et qui dispose sans contrepartie de vos écrits et données !

Quel temps cet après-midi, demain, la semaine prochaine ?

Voyager demande à la fois de la logistique mais aussi un poil de souplesse.

Visiter telle ville sous la pluie alors que les probabilités de beau temps sont au maximum dans une ville voisine (…façon de parler, c’est parfois à cinquante kilomètres de distance), ville que vous aviez également prévu de traverser mérite d’ajuster, modifier le parcours prévu…!

Notre expérience nous conduit à nous décider souvent au dernier moment pour augmenter nos chances de ne pas être rincés en cours de route…!

Du coup, AccuWeather et son module prévision de pluie pour les deux heures à venir…

reduc-450

Windy.com

reduc-450

Ou encore Weather4D sont des outils que nous consultons régulièrement.

Après, comme les prévisions changent assez vite, il y a une part de chance et de bon sens qui joue…! Mais il est clair que l’on se décide au dernier moment, quitte à chercher sur Booking.com des offres annulables pour réorienter notre périple.

Néanmoins, comme rien n’est certain, nous listons des lieux couverts à visiter dans chaque ville car si les risques d’orage peuvent être importants (…souvenir de la visite de la Casa de Pilatos à Séville), cela peut être aussi le choix d’un musée climatisé …en pleine canicule !

reduc-450

Ci-dessus, un exemple de Day One couplé à Instagram…! Date et localisation sont automatiquement ajoutés à cette entrée…

De l’usage des apps Apple

Les briques logicielles par proposées par Apple sont épatantes et essentielles. Cela va de l’application Contacts au Calendrier que nous partageons (…et ce même si nous lui préférons l’ergonomie de Fantastical 2 pour iPhone).

Temps d’écran offre une astucieuse photo de nos usages en voyage…

reduc-450

Je suis sensible aux informations délivrées par l’app Santé qui m’informe quotidiennement sur le nombre de pas effectués, les étages gravis (bonne cardio…!), les kilomètres avalés.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Enfin, en acceptant mutuellement de nous suivre les uns et les autres, Apple nous permet de partager nos localisations et d’éviter de nous téléphoner inutilement pour savoir où nous nous trouvons…!

reduc-450

Localiser peut être perçu comme un outil intrusif mais s’avère bien pratique, ne fusse-que pour se retrouver dans une ville.

Des outils de test de connexion, pourquoi faire ?!

Petite parenthèse pratique : en voyage, il est pratique de posséder d’outils de mesure des connexions. Ainsi nPerf, 5GMARK, Speedtest. Ou encore Sensorly.

reduc-450

Pourquoi…? Pour ne pas perdre de temps à s’interroger sur la qualité de la connexion de l’hébergement. Ou retrouver à proximité une zone mieux couverte, adaptée à la 4G.

reduc-450

Mots de passe à l’abri

Voyager (…ou pas), c’est avoir accès sécurisé à tous ses mots de passe et identifiants, voire utiliser une app qui possède son propre navigateur pour rester dans cet espace sécurisé quand on se connecte sur un site sensible.

Notre recommandation ? 1Password - Password Manager, un point c’est tout…! Avec sauvegarde des données cryptées sur le Cloud et synchronisation avec tous vos écrans.

Calculer

Depuis mon premier iPhone, l’indestructible i41CX+ (notation Polonaise inversée) et, récemment, MyScript Calculator qui me permet de poser mes opérations à la main (au doigt…!)

Parking et carburants pour limiter les frais…

Nombre de nos balades et grands déplacements s’effectuent en voiture. Indispensable pour s’installer quelques mois à l’étranger.

reduc-450

En territoire inconnu (sic !), pas inutile d’avoir une fourchette des prix des carburants. Essence&CO fait partie de ces applications qui vous permettent de faire un léger détour pour aller vous ravitailler à une pompe low-cost et économiser quelques sesterces.

reduc-450

Et puis, en France comme à l’étranger, reste la question des paiements des stationnements sur les bornes : PayByPhone - Parking, Flowbird parking mais aussi Telpark ou ElParking-App para conductores pour l’Espagne s’avèrent toutes indispensables surtout quand on a plus un poil de monnaie sur soi. Ou quand il …pleut.

Ensuite, rien de plus idiot que de retraverser une ville à pied pour augmenter la durée d’un stationnement : autant le faire à distance !

En conclusion

Ce qui précède est un partage d’expériences, pas un guide à suivre scrupuleusement !

Mes choix sont subjectifs, basés sur mes ressentis et donc sujet à discussion. Discussion que je me garderais d’aborder pour argumenter sur telle app plutôt que telle autre, celle dont untel vous a dit4 le plus grand bien.

Un point sur le iPad ?

Certes, parfois le iPad m’a manqué.

Plus exactement le Apple Pencil avec Stylus ou bien encore MyScript Nebo pour la simple et bonne raison que j’aime écrire à la main (…les lecteurs de ces pages le savent, je les bassine depuis des lustres avec ça…!).

J’en profite pour ouvrir et fermer illico une parenthèse en attendant un iPhone5 adéquat qui supportera un Pencil : je rêve également d’un grand MacBook Pro avec une surface d’écriture manuscrite en plus du clavier… illustration…!

reduc-450

À suivre…


  1. disons que c’est culturel, même si votre interlocuteur possède un iPhone, il ne va pas naturellement employer, consulter Messages

  2. urbanbike | Scoop | Il est possible de vivre sans Facebook, si, si… 

  3. même si l’on cause tous (plus ou moins bien) l’anglais, c’est elle qui assure les discussions en espagnol, portugais, italien et accessoirement en russe. Dernier défi pour rire, elle apprend l’allemand avec sa mère. 

  4. en ce cas, tranchez en faveur de la recommandation de untel, c’est préférable. 

  5. bien sûr, je peux néanmoins utiliser un simple stylet Wacom avec l’app Stylus (malheureusement retiré de la vente au profit de Nebo, uniquement disponible sur iPad et avec, uniquement encore, le Pencil d’Apple. 

le 05/11/2019 à 16:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Garder sa vieille voiture ?

Absolument…!

dans dans mon bocal | écouter | usages | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

Via twitter, je suis tombé sur ce lien : Pourquoi garder sa vieille voiture pollue moins qu’acheter une neuve? | Lucien Willemin | TEDxGeneva - YouTube, lien qui m’a conforté dans nos choix (nos, car c’est notre manière de fonctionner au sein de notre micro tribu…!).

Pour ceux qui me lisent, j’avais écrit ceci en avril 2018, urbanbike | Sortir du Diesel, de l’essence, du plastique, oui…, dans la lignée d’autres billets du même tonneau1 sur l’importance de garder et conserver, user.

Et ça fonctionne autant pour une voiture2 que pour une machine à café, un vélo, une veste tous-temps, des chaussures ou un fer à repasser. Mes propres grands-parents usaient le peu dont ils disposaient, leurs déchets rares.

Il ne s’agit pas de refuser d’acquérir de nouveaux produits mais de bien peser le pour et le contre.

Ce n’est pas à moi de faire la leçon après être passé au iPhone 11 Pro Max récemment. Certes, ma fille a récupéré mon iPhone 7+, son iPhone 6s+ est dans les mains de son grand frère, etc.

Par ailleurs, j’ai bien aimé cette intervention de Lucien Willemin3 qui explique avec humour pourquoi acheter une voiture de seconde main n’est pas inutile. Ou, pourquoi user celle dont on dispose est assurément la meilleure solution.

J’ai également apprécié sa mise en avant de l’Énergie grise (É-grise) qui possède cette incroyable capacité à disparaître de tous les discours marketing et/ou affiches publicitaires…!

Bref, au risque de me répéter, visionnez Pourquoi garder sa vieille voiture pollue moins qu’acheter une neuve?.

À suivre.


  1. urbanbike | Objets : réduisons nos envies d’obsolescence volontaire…! ou urbanbike | ObsolescenceMonQ | 2 

  2. La notre a près de 300 000 kilomètres et est de 2005. Et sert exclusivement pour les longues distances ou atteindre des villages éloignés. Ici, on marche (…tous les jours), on prend le bus (en ville… la ligne A de Aix-en-Provence est électrique) ou le train. 

  3. Conférences | Lucien Willemin 

le 10/10/2019 à 11:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iOS 13.x et Max | Repenser sa gestion de photos

HEIC, Photos, iCloud

dans ailleurs | dans mon bocal | nazbrokology | photographie | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Rappel contextuel : depuis quelques jours, j’utilise un iPhone 11, mon iPhone 7+ a atterri dans les mains de ma fille et son propre iPhone 6s+ dans celles de son frère.

Je suis lent : découvrir quelques facettes de ce nouvel écran qui fonctionne sous iOS 13.1.x ne se fait pas en un claquement de doigts. Heureusement, je réside pour quelques semaines dans une région particulièrement ensoleillée, ce qui ne nuit pas à la découverte tant de sa géographie que de ce nouveau compagnon …Max…!

Mais, au fur et à mesure que je prends conscience de certaines fonctions photographiques de Max, cela bouleverse allègrement des décennies de pratique. Et comme je suis curieux…

En résumé : l’accès à un iPhone 11 Pro Max a modifié ma manière de réaliser des clichés.

Je devrais m’arrêter .

Sauf que cela remet aussi en question ces décennies d’images : quid de nos milliers de photos actuellement conservées sur 4 backups (disques durs physiques1) et accessibles exclusivement via une antique version de Adobe Lightroom depuis mon MacBook Pro…? Que faire de ce témoignage d’une ancienne pratique2…!!

Certes, il y a certes un poil de provocation (…quoi que !) dans cette manière de présenter les choses mais j’avoue que c’est proche de ce que je ressens depuis que je teste cet étrange attelage d’optiques.

Au quotidien, cela couvre 90 % de mes besoins

Relativisons !

Je suis devenu, par la force des choses, un vieil homme (…et zut…!). Qui n’a plus l’énergie (ou l’envie, au choix) de se balader avec un sac photo généreusement garni de pesantes optiques.

J’apprécie le confort de balades quasi les mains dans les poches, Max glissé dans l’une d’elles. De pouvoir prendre des clichés sans m’interroger. Je cadre, sélectionne l’optique idoine, ajuste la scène et déclenche.

Avec la gestion des pixels excédentaires, option à cocher dans les préférences, c’est en rentrant que je peux redresser proprement une porte, une grille de château, voire recadrer en allant chercher des informations non présentes dans la scène initiale comme je l’ai montré sur twitter.

Du coup, ça change abruptement ma manière de photographier car j’anticipe désormais la suite avec ces options disponibles !

Ça ne manque pas de pixels…!

Pour des informations techniques sur ces extra-pixels (!!), vous référer à vos sites d’information habituels. Je ne suis qu’un simple utilisateur qui découvre ces options et joue modestement avec elles.

Quand je déguste un plat savoureux, je l’apprécie sans chercher à connaître à tout prix sa recette…!

Ce que je constate, c’est le plaisir que cela me procure et la simplicité (et vitesse) des procédures.

Etonnamment, la chromie est excellente et donc cela m’évite d’ajuster maladroitement mes clichés. Ensuite, les autres opérations s’effectuent avec célérité, directement dans Photos.

Du coup, j’ai exclu nombre d’applications habituelles, préférant employer Appareil Photo d’Apple. Hormis le Live View que je dois désactiver, c’est épatant.

Ces derniers jours, entre Aix et Forcalquier, nous nous sommes pas mal baladés. Ma fille est ravie de son 7+ et trouve iOS 13.1.1 très récréatif. Et moi, je fais toute confiance à Max pour sa capacité à calculer la meilleure exposition.

reduc-450

Le soir, un poil de Post-Traitement, l’enregistrement sur iCloud des clichés du jour.

reduc-450

  • Ici en automatique, un simple redressement de l’image, cliché pris dans la pénombre…

reduc-450

  • Mais ce redressement peut s’accompagner d’un recadrage, autre exemple…

reduc-450

  • Car vous avez encore un peu de pixels sous le pied…

reduc-450

  • Ou au-dessus…!

reduc-450

  • Ne pas toujours se fier au redressement automatique… Il vous faudra parfois reprendre le contrôle…!

reduc-450

  • NB : j’apprécie ces extra-pixels…! Sauf qu’il faut quand même valider…

Conversion en JPG

Cela ne m’empêche pas d’exporter mes HEIC sur notre antique MacBook Pro3, de convertir4 puis d’enregistrer après compression ces clichés5 dans ma vieille version de Lightroom …avec mes autres clichés.

Bref, ceci est un simple témoignage d’utilisation plan-plan de cet iPhone.

Voilà. Merci Max…!


  1. FireWire 400 et 800 ! C’est lent mais ça a le mérite de fonctionner… 

  2. D’autant qu’il existe des outils pour convertir du JPG en HEIC et cela commence à me trotter dans la tête. 

  3. 2009 et, du coup, qui va encore tenir une année ou deux… 

  4. iMazing HEIC Converter qui tourne sous macOS El Capitan… 

  5. JPEGmini que j’ai depuis des lustres… 

le 29/09/2019 à 11:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

11 Pro Max, une trentaine d’heures plus tard…

Adopté !

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | nazbrokology | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

“Prix stratosphériques, absence de 5G, absence d’un vrai téléobjectif, photos trop petites, design vieillissant, etc.” N’en jetez plus, tout est bon pour dénigrer cette nouvelle série. Jusqu’au… “l’an prochain, il y aura quatre (voire cinq…!) objectifs.

Laisser passer cette version ? Je l’ai fait depuis l’iPhone 7+. Or, la vie passe et le décompte des années ne joue pas en ma faveur !

Ensuite, l’accès à un ultra wide (13 mm en plus du 26 et du 51 mm) m’a électrisé ! Mais pas que ça.

Ce qui change pour mes usages

En vrac :

  • La qualité des clichés, d’autant que l’app Appareil Photo signée Apple est épatante ! Et inutile de gloser sur les 3 optiques, tout le monde a pigé qu’une étape venait d’être franchie.
  • Certes, que 12 MP pour les clichés1 mais pour délivrer de superbes clichés dans un format HEIC fort pratique côté stockage…
  • J’apprécie la vitesse d’exécution des apps (célérité des apps comme Day One ou Drafts, iA Writer), que ce soit en post-traitement ou lors de la communication 4G ou WiFi, la fluidité de l’OS en général.
  • Même avec mes propres bugs (absence de stéréo visuelle), épaté par Face ID …qui est bien le seul à me reconnaître sans prendre peur ! Bon, parfois, ça patine si je ne regarde pas de l’oeil droit…
  • L’air de rien : l’autonomie pour le peu que j’ai pu en juger ! Le iPhone 7+ tenait déjà bien la journée !
  • Le retour de l’écriture manuscrite avec son fidèle Stylus et un stylet Wacom à pointe caoutchouc : réaction quasi immédiate et belle plage d’écriture disponible en mode paysage. Là, c’est une très belle surprise …qui n’intéressera que deux ou trois personnes.

Alors, oui, j’ai lu dans un magazine de référence — en gros — que ce iPhone ne méritait pas la mention pro, que les images étaient juste un poil améliorées et que le design du iPhone2 était vieillissant. Et qu’il fallait attendre la 5G.

Pour ma part, je n’attends pas la 5G dans les coins habituels où je vis, nous serions déjà agréablement surpris d’avoir de la 4G d’une puissance minimale. C’était l’un des points agréables de l’Espagne, même dans une sierra perdue…

Bref : bien que j’ai encore quelques jours pour rendre ce iPhone chez Apple et même si le iPhone 12 disposera d’une façade acnéique bardée d’optiques encore plus excitantes, je sens que je suis parti pour quelques années avec …Max, nouveau compagnon de mes balades quotidiennes.

À suivre…


  1. Bref, bien loin du Samsung Unveils 43.7MP Smartphone Sensor with the World’s Smallest Pixels 

  2. Je partage le même sentiment que cet expert sur d’autres produits : ainsi, le design des crayons de bois n’a pas évolué depuis des siècles et c’est bien regrettable ! Non, je déconne… 

le 25/09/2019 à 17:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Changer ou pas ?!

Épineuse question

dans grospod | nazbrokology | photographie | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Après un semestre en Espagne suite à notre départ (définitif ?) de la région parisienne et, surtout, après avoir mis en caisses toutes nos affaires, je m’interroge sur ma pratique nazbrokologique…!

En résumé : à quoi cela sert de conserver — à l’instar de mes vieux disques durs (mon correcteur a remplacé les deux termes précédents par disloqués : bien vu !) — cette petite collection d’optiques et de boîtiers numériques réflex ? La réponse est contenue dans la question…

Dans la pièce que nous ont laissé nos enfants, je pense ne conserver que deux (ou trois) optiques, un (…deux ?) boîtiers et basta.

Naguère, j’avais tardé à céder le Hasselblad et ses optiques : ne suis-je pas en train de prendre le problème à l’envers une fois de plus ?!

Quelle est ma pratique de la photo depuis le iPhone 7+ ?

Depuis l’arrivée du iPhone 7+ dans mon quotidien, il est clair qu’il a remplacé mon vieux 5D.

Même le M et son chouette 22 mm ont du mal à se faire une place dans mon sac-à-dos. Quand cela arrive, ils restent au fond du sac et rares sont les occasions de les prendre en main.

À chaque fois, je préfère utiliser ma boîte à pixels à la pomme.

Bien entendu, j’ai plein d’arguments pour revenir à une photo traditionnelle …sauf que je peux les démonter (…de mon point de vue) aussi vite.

Bref, pour le moment, c’est le statuquo.

Plus question même de remplacer mon MacBook Pro 171. Je vais essayer de le faire durer encore quelques années …histoire de ne conserver, via ma vieille version de Lightroom, que l’essentiel de nos images2.

Bref, j’attends simplement de prendre en main un 11 pro max pour me décider, pas de précommande, urbanbike n’est pas un blog professionnel, pas de pub, etc. Juste quelques copains qui passent un oeil parfois ici…

Certes, notre fille attend patiemment mon iPhone 7+, son frère récupérera assurément son increvable iPhone 6s+. Et ma compagne, satisfaite de son iPhone 5s qui lui sert de téléphone, utilise essentiellement un iPad Air 2.

“Obsolescence” disent les…

Car tous ces écrans tiennent dans la durée, contrairement aux âneries que je lis parfois.

Ensuite, le recyclage se fait tranquillement en famille, voire auprès des amis.

Mais je reviens à l’objet à peine masqué de ce billet : de quel appareil photo ai-je besoin ? Voire : en ai-je besoin ?

Je peux déjà répondre sur certains points…

  • certainement pas d’un boîtier qui excède les 12 MP (d’ailleurs Apple ne s’est pas étendu sur ce sujet contrairement aux concurrents qui sont dans une course au capteur)
  • deux ou trois optiques avec une bonne qualité de rendu (groupées, c’est mieux)
  • un stockage en ligne imparable en plus d’un stockage intégré3
  • un écran qui ne prendra pas que des photos mais m’accompagnera comme le iPhone 7+ en voyage, en courses ou dans mes insomnies…
  • une autonomie énergétique encore plus large
  • une très bonne étanchéité à la pluie
  • bref, un écran bloc-notes, afficheur de ePubs, riche de quelques podcasts pour la route, de cartes si nécessaire…

Mais tout ceci, je l’ai déjà écrit dans urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone fin 2018.

Réponse dans quelques semaines.

Ou pas !


  1. dix ans… 

  2. et sauvegardées néanmoins en 4 versions (deux disques de trois To dans deux lieux éloignés) 

  3. 128 Go sur le iPhone 7+, peut-être doubler sur le max 

le 15/09/2019 à 18:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MyScript Nebo : pour réapprendre à écrire à la main…?

Pas que. Mais ça ne peut pas faire de mal !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Depuis 2016, et grâce à Stylus, je me suis remis à écrire à la main et au stylet avec cette application épatante de reconnaissance de mon écriture manuscrite et sa transformation immédiate en caractères d’imprimerie. Dès 2011, j’employais un Bamboo Wacom à pointe caoutchouc mais uniquement pour dessiner. Avec Stylus, ce fut une révélation, l’aboutissement d’un rêve, celui de me passer d’un clavier mécanique pour simplement former des lettres, des mots tout en étant compris par l’outil informatique. Damned !

Pas une mais deux applications révolutionnaires

Quelques mois après ma découverte de Stylus est arrivé MyScript Nebo.

Un produit nettement plus fermé : là où Stylus était utilisable en lieu et place du clavier sous n’importe quelle application, Nebo effectue cette reconnaissance de l’écriture manuscrite avec plus de virtuosité que dans son seul cadre.

Plus de clavier, une simple feuille blanche avec des lignes de conduite et à l’utilisateur d’écrire à la main sur cette page infinie. Et, je vais l’écrire plusieurs fois, l’obligation de s’offrir un Apple Pencil.

Comme les deux produits étaient disponibles, cela ne m’a pas gêné ni interpelé …même si je passais déjà plus de temps avec Stylus à écrire sous Drafts: Capture ‣‣ Act, Ulysses ou iA Writer, histoire de baliser mes textes en markdown.

Puis, quelques mois plus tard, Stylus a disparu de l’AppleStore.

Je ne m’en suis pas rendu compte, ce sont les personnes qui essayaient de l’obtenir après avoir lu urbanbike qui m’ont alerté. J’ai trouvé (…et je trouve encore avec le recul) que cette décision était maladroite. Stylus était (et reste) un très bon produit d’approche avec un aspect ludique incomparable offert par un accès sur iPad ou iPhone.

De plus, comme déjà rappelé précédé, Stylus ne nécessitait pas l’aquisition du coûteux Apple Pencil et, surtout, s’employait sous n’importe quelle application même si le dispositif de reconnaissance de l’écriture reste (je l’emploie toujours) moins performant que celui de Nebo.

Bref, Stylus reste l’application qui m’a permis de reprendre goût à l’écriture manuscrite en transformant à la volée mes glyphes en caractères d’imprimerie.

Et ce aisèment sous n’importe quelle app et avec la possibilité de revenir immédiatement au clavier en cas de difficulté ou d’incapacité à écrire un mot.

D’où ma défense acharnée de ce produit pour lequel je suis encore prêt à régler un abonnement annuel pour le retrouver sous n’importe laquelle de mes applications.

Aujourd’hui, Stylus est toujours présent dans mon iPad …et mon iPhone, ce qui explique pourquoi je conserve précieusement mes Wacom à pointes caoutchouc. Mais pour combien de temps…?

Mais revenons à Nebo qui oblige, certes, l’utilisateur à s’offrir un iPad Pro et — surtout — ce fameux Pencil qui doit se recharger et reste, à l’usage, un peu plus bruyant1, sa pointe en plastique dur frappant l’écran. C’est loin d’être un détail.

Ensuite, si Stylus disposait d’un mode Nuit, Nebo reste éblouissant2 avec un écran ultra lumineux et blanc alors que nombre de traitements de texte disposent d’un mode sombre3 confortable.

Une fois tout ceci posé, je reste un utilisateur assidu de Stylus sur Drafts. Mais également de Nebo. Le corps de ce billet a été écrit dans Nebo puis transféré dans Drafts.

Aussi, si vous venez de vous offrir un iPad Pro et que ce dernier supporte Nebo, ajoutez une centaine d’euros pour lui offrir un Apple Pencil. Sinon cela ne fonctionnera pas. Ça fait cher pour s’essayer à l’écriture manuscrite là où l’on pouvait s’essayer au doigt (si, si !) avec Stylus mais bon.

Pourquoi ?

En dehors des réserves émises précédemment et du coût global pour obtenir un ensemble totalement actif, c’est essentiellement le retour à l’écriture manuscrite qui me semble clé.

Or le meilleur professeur pour vous indiquer les points sur lesquels votre écriture est approximative, que ce soit la formation même des lettres ou encore la correction en direct de vos fautes d’orthographe reste …Nebo.

En trois années, j’ai repris le contrôle de ma main, j’arrive à écrire des pages d’écriture lisibles par autrui.

Et j’ai gommé peu à peu certaines erreurs orthographiques, corrigé de mauvaises habitudes, épaulé en cela par le correcteur intégré de Nebo même si je lui reproche parfois d’être un peu trop strict.

Et si…

J’entends déjà les remarques amusées, acides : écrire à la main ne sert plus à rien. Voire un “Tous les écrans utilisent des claviers et, mieux, demain il suffira de dicter au lieu d’enfoncer ou effleurer des touches”.

Sauf que… Dans tous les cas évoqués, nous partons du postulat qu’il y a toujours une machine intelligente pour transcrire votre frappe ou vos paroles. Qu’il n’y a jamais d’impondérables en résumé…!

Sans tomber dans la description anxiogène d’une société de surveillance tous azimuths, que se passe-t-il bêtement en cas de grosse panne ?

Ou d’appareils rendus indisponibles, hors service faute d’énergie…?!

Comment laisser alors une information à vos proches si le réseau téléphonique est en rade, l’ordinateur en rade. Pire, si vous ne savez plus écrire ?!

Ou si mal que votre note manuscrite va …leur demander des plombes pour être décryptée ?!!

Ensuite, imaginez aussi que vous n’aillez plus envie de confier à un Cloud vos pensées les plus intimes…? là, le carnet composé de feuilles de papier reste un incontournable…!

Mais effectivement, comme un couteau pour une poule, si vous avez définitivement perdu l’habitude de dessiner, d’écrire, c’est inutile d’en discuter, hein…?!

Mieux vaut continuer à nourrir le big data (je grossis à dessin le trait…!) de vos aspirations les plus secrètes tapées au clavier ou dictées à la borne qui vous sert également de haut-parleur, cet espion que vous avez volontairement introduit chez-vous pour lui demander d’éteindre la lumière ou ouvrir les stores !

Je galèje ! Quoi que !

Réapprendre à écrire, rééduquer sa main…

Alors, comme nous ne sommes plus à un paradoxe près, le meilleur moyen de réviser votre écriture manuscrite bien émoussée depuis la dernière année de scolarité est — peut-être — de se remettre à …écrire avec ce professeur implacable qu’est Nebo.

D’aucuns tempêteront en soulignant que leur écriture n’est pas reconnue par cette application (…je lis les commentaires dans l’AppleStore et, parfois, pffffff…). S’ils sont honnêtes, ils reconnaîtront qu’ils ont, eux-même, quelques difficultés à se relire…! Et je ne parle pas de l’orthographe ou de la grammaire (même si, pour se faire comprendre par autrui, pas inutile de faire quelques efforts, redécouvrir le Bescherelle Conjugaison ou le Bescherelle Synonymes, antonymes, paronymes que j’aimerais, pour ma part, plus intégrés à mes outils de traitement de texte). Bon, n’étant pas un champion dans ce domaine, ce billet est certainement truffé de fautes malgré mes efforts.

Mais retrouver cette capacité d’écrire à la main, une nettement plus grande mobilité fine est très agréable.

Réapprendre à former des lettres, retrouver le plaisir d’écrire sur l’écran puis, si, si, sur une feuille de papier !

Que ce soit pour laisser un mot lisible à vos proches ou à des amis un jour de grosse déconnexion générale pour cause d’intempéries ou de perturbations du réseau. Ou juste rédiger une lettre de motivation pour un emploi.

Voire, pour redécouvrir la furtivité4 de la mine de crayon sur une feuille de papier.

C’est tout !

Note de fin : idée qui me revient en relisant ce billet : et si Nebo restait à la fois cet outil de prise de notes et, accessoirement, …un clavier prêt à assister toute application ouverte[][5] sous iOS ? Plus besoin de Stylus dès lors.

[5]: rêve : une version de Nebo qui tournerait également sous iPhone grand format dans cette perspective !


  1. les neurotypiques ne sont pas autant sensibles au bruit que les personnes autistes. Or l’un des défauts majeurs du Pencil de première génération, hors une grande capacité à se décharger à l’usage, est le bruit du contact de la pointe sur l’écran. Détail insignifiant pour vous mais pas pour moi. 

  2. urbanbike | Utiliser Nebo en mode nuit sur un iPad 

  3. c’est aussi l’explication du succès de Ulysses dans les usages de ma propre fille autiste. Elle utilise les divers modes sombres disponibles via les styles de cette application dont mon blue-note, lire urbanbike | Ulysses, thèmes et coloration syntaxique 

  4. c’est un peu le thème du dernier bouquin de Alain Damasio 

le 10/05/2019 à 15:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?