Urbanbike

Recherche | mode avancée

CaptureOne 21 | Usages de base…

Bref workflow après une sortie nature…

dans nazbrokology | photo
par Jean-Christophe Courte

Suite au billet dédié au usages de Plantnet | Pour découvrir la flore de son territoire, un petit prolongement de mon propre usage de CaptureOne 211 qui s’avère, avec le temps, n’être pas un outil compliqué à utiliser2

reduc-450

Une session par sortie…

  • Importez vos images dans une nouvelle session, pensez à bien renseigner à gauche l’option Description
  • Sans oublier — en dessous — de spécifier avec quel Style vous souhaitez traiter automatiquement vos images…

reduc-450

  • Une fois validé quelles images vous souhaitez récupérer (généralement toutes), CaptureOne va traiter ces clichés (…ou pas, selon la méthode que vous avez déterminé… Pour ma part, je copie les RAW de ma CompactFlash vers un dossier créé sur un disque dur externe dédié…) puis créer des prévisualisations…

reduc-450

  • Selon les circonstances/besoins/humeur, je modifie en batch le rendu de toutes mes images en une seule fois, quitte à modifier individuellement chacune d’entre-elles au cas par cas à nouveau…

reduc-450

  • Comme toutes les photos restent sélectionnées, je leur attribue par défaut une série de mots clés, idem en batch

reduc-450

  • J’en profite ensuite pour renommer ces mêmes clichés…

reduc-450

  • …opération assez rapide comme toutes les autres…

reduc-450

  • Minute parano : Avant d’aller plus loin, je monte en arrière plan un disque de sauvegarde et je lance SuperDuper!, une application indispensable3 selon moi…

reduc-450

  • Puis je continue à bosser sur ces images : corrections, horizontalité, suppressions des clichés foireux (en masse !!) mais sans panique …vu que j’ai toujours le recours au contenu de ma CompactFlash au cas où…!
  • Et bien entendu rapide notation (en gros, image à développer ou pas, sachant que parfois je garde d’autres clichés en backup quand je n’arrive pas à me déterminer…).

reduc-450

  • Et donc, à la fin, je n’affiche que les images à convertir en JPG (Attention, le chiffre 79 sur le copie d’écran peut être trompeur : le hasard fait que j’ai mis de coté autant d’images que celles sélectionnées…, ça va sans dire mais c’est mieux en le disant)…

reduc-450

  • CaptureOne me permet d’exporter/traiter mes images simultanément dans plusieurs dossiers (tout ceci ne s’improvise pas : comme les styles, la gestion du nommage, les mots-clés, les types d’exports — avec ou sans filigrane — se réfléchissent murement. Mais quel gain de temps ensuite…).
  • Dans mon cas : un dossier haute définition (créé à chaque session par CaptureOne) et un second (fixe) pour les exports au format dédié au Web…

reduc-450

  • Pour finir, j’optimise tous mes JPEG (les gros comme les petits !) avec JPEGmini Pro 3, histoire de gagner de la place…
  • Puis range mes fichier JPEG haute résolution dans le dossier du jour sur mon disque externe de travail avant de relancer SuperDuper! pour réaliser non un mais deux clones… (J’alterne avec quatre duplicatas)

Voilà…

reduc-450


  1. Migration douce vers CaptureOne | 2 fin novembre 2020… 

  2. En sachant que je dois employer CaptureOne à 10 % de ses capacités, bien suffisantes avec notre boite à pixels hors d’âge… 2008 ? 

  3. SuperDuper! sous macOS 11.x… 

le 05/04/2021 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Plantnet | Pour découvrir la flore de son territoire

Nul besoin de dépasser 10 kilomètres pour s’évader

dans ancres | dans mon bocal | nazbrokology | voir
par Jean-Christophe Courte

Mais en vous/les rendant un peu plus observateur(s) tout en conciliant écran (celui-qui-ne-vous-quitte-jamais1) et balades nature ou urbaine…!
Sur les photos de famille, cette nature est bien plus (sic…!!) qu’un décor pour faire joli derrière.
Et si vous partiez explorer cette nature…?!

Lancez-vous sur les chemins vicinaux et sentiers autour de votre lieu de résidence ou de confinement, rues, squares2, routes communales avec un regard3 plus accentué (!!) qu’à votre habitude.

Les outils recommandés ? Un smartphone et/ou un appareil photo4, de bonnes chaussures montantes et de… patience !

Ensuite, en partant de chez vous (le voyage commence à votre porte comme l’écrit Jean-Didier Urbain dans Ethnologue, mais pas trop), objectif : votre environnement immédiat !

Prendre le temps, revenir sur ses pas pour débusquer la toute petite fleur qui se camoufle dans l’herbe ou dans une fissure de mur, se dissimule dans le caniveau.

Le seul exercice est de travailler la souplesse pour se pencher et voir ce qui est à vos pieds…

Examiner, immortaliser sans arracher, sans saccager. Prendre quelques clichés, c’est la règle du jeu.

Ensuite, reste à identifier chaque plante débusquée. Je vous engage à employer toutes les ressources de Plantnet et même de vous y inscrire.

J’abrège ce billet : avec ce type d’observation, c’est une façon singulière et participative de sensibiliser toutes les générations à l’environnement et à sa diversité.

C’est tout !

Oui, c’est bien gentil mais…

Un exemple… Je sors de chez moi et…

reduc-450

  • …ce chemin est déjà un fabuleux terrain d’expérience…

reduc-450

  • Non…? Si…! Au sol déjà… C’est quoi…? Crassule Mousse répond Plantnet…! Imparable (sauf si je fais le mauvais choix dans les réponses proposées…) !

reduc-450

  • Un peu plus loin, cette délicate fleur minuscule est une… Pâquerette

reduc-450

  • Ce duo ? Du Plantain lancé olé (très olé, olé même…!)

reduc-450

  • Ici, du Prunus Bois-de-Sainte-Lucie à ne pas confondre avec…

reduc-450

  • du Prunellier… Mais je peux me planter…

reduc-450

  • Ici de l’Ajonc… le seul qui ne vous contrôlera pas…

reduc-450 reduc-450

  • De le Grande oseille

reduc-450

  • Du Pulmonaire à feuilles longues (oui, il faut se baisser pour la voir)

reduc-450

  • Fumeterre des murailles (encore plus discret)…

Vous commencez à vous prendre au jeu, moi… aussi sauf que cela ferait un billet interminable car là, ce n’est que sur quelques mètres du sentier photographié en introduction…

C’est pourquoi j’ai converti un compte Twitter @nazbrokology en un carnet de balade qui se gonfle régulièrement de clichés #instatweet #enpartage…!

J’arrête ici, à vous de rebondir sur l’idée…
Ou pas…


  1. Je ne vais pas me moquer de vous : le mien est un iPhone 11 Pro Max… 

  2. Ça fonctionne aussi en ville, c’est fous les sauvages de ma rue qui prolifèrent… Sans oublier The Plant Game… 

  3. Pas celui des “gros mollets” fluo qui galopent sans jamais s’arrêter dans des coins exquis…! 

  4. Une bonne optique Macro serait un plus… Sur notre antique Canon EOS 5D de première génération, nous avons vissé un Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM. Le boîtier passe de mains en mains (avec un S à mains, plus sûr pour le transporter) 

le 04/04/2021 à 15:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

En 2021, peut-on encore faire des clichés avec du matériel déclassé ?!

Vieux reflex et vielles optiques

dans dans mon bocal | groummphh | nazbrokology | usages
par Jean-Christophe Courte

Prolégomènes : Avant d’aller plus loin, bonne année à mes trois lecteurs…!
J’ai du mal à réaliser que ce blog se maintient depuis septembre 2003.
Pas de promesse incongrue en ce début 2021, genre « je vais me remettre à écrire quotidiennement » (paroles, paroles…!), je vais juste essayer de publier quelques billets.
Depuis des mois, il m’est plus facile de rédiger quelques tweets sur des applications que je découvre. Ainsi, sur @urbanbikecom, j’ai évoqué Obsidian, etc.

Alors, question : est-ce sage d’employer du matériel déprécié en photo ?

Ironie, sarcasme de celui qui n’a plus la capacité de mettre à jour son matériel photographique ; questionnement légitime face aux performances croissantes des smartphones (…cela fait 13 ans que le iPhone a été lancé et je peux témoigner des avancées avec ce iPhone 11 Pro Max utilisé depuis une année) ; fatigue (…bien réelle…!) de mes bras et épaules lestés d’un combo boîtier + optique
Ou simple ras le bonnet1 de la course à l’armement matériel ?!

Ce billet n’a pour objectif que de souligner qu’utiliser des produits dépassés, déclassés n’a rien d’infamant !

La petite musique du “Tu devrais essayer le biiiiip de chez…”

…matériel récemment sorti qui est « forcément » une tuerie !!
Combien de fois ai-je ou lu des recommandations de mes copains, excellents photographes, qui me font part de leurs nouveaux boîtiers…?!!

J’entends leurs conseils mais me refuse à les prendre en compte, assommé par le coût de ces boîtiers. Car même si l’on m’explique (…avec raison) que tel boîtier de chez biiiip est scandaleusement bas, c’est omettre que mes optiques actuelles ne sont pas compatibles et qu’il me faudra bien en ajouter une (ou deux) lors d’une possible acquisition !

reduc-450

Il y a pourtant de quoi être ébranlés !
Entre les articles élogieux de revues professionnelles sur les derniers nés de tel ou tel ; la publicité insidieuse avec force publi-reportages (…de rêve); des vidéos impressionnantes autour d’un photographe pro ; les clichés qui claquent sous nos yeux émerveillés (et envieux…!), toute cette stratégie marketing ne doit pas nous déstabiliser !

Résistons…!!

Bien entendu, j’aimerais disposer d’un plus boîtier récent2 que mon Canon EOS 5D mark… 0. Ou du Canon EOS-1D Mark II que m’a passé l’ami Renaud3, visser des optiques à plus grande ouverture4 mais je me souviens qu’il faudra également envisager l’acquisition d’un ordinateur plus puissant, doubler la capacité des disques durs pour traiter et stocker des clichés de plus en plus lourds, etc.

Verroterie optique pas si dépassée !

Oui, on peut continuer à prendre des images avec du matériel franchement daté.

À ce propos, cet article m’a rasséréné ! KEH Reveals Top-Selling Used Cameras and Lenses from 2020

En résumé, il existe des tas d’allumés qui continuent à employer des boîtiers rincés, des optiques fatiguées…!
Pour ma part, je reste fidèle à Canon qui me permet de monter une optique EF ou EFS sur un simple M… Et demain, sur un R.

Qu’importe le boîtier pourvu que l’on cadre…!

Je me dois d’être honnête vis à vis de moi-même et de mon entourage : je fais de la photo pour mon plaisir, pour chasser les idées noires qui s’amoncèlent quand je ne fais pas trop gaffe…

Photographier peut devenir une activité coûteuse à fonds perdus… même si cela me revient certainement moins cher que de consulter un psy…!

reduc-450

Enfin, depuis mon passage au iPhone 11 Pro Max doté de trois optiques, ma pratique a sérieusement évoluée. Cet écran m’accompagne quotidiennement, ayant laissé mon increvable 7 plus à ma fille…

Poursuivre sans se soucier des regards obliques !

Chacun d’entre nous a des thèmes de prédilection, des obsessions ; tous n’auront pas le même intérêt !

Il est évident qu’immortaliser — en mode #EthnologuesChezNous — une rangée de ficoïdes colorées en contrejour face à l’océan n’est pas vendeur. Sauf pour moi et les émotions que ça me procure.

Mon propos ce matin (…j’écris ce billet dans Drafts sur mon iPhone…) est de rappeler que l’industrie continue (et tant mieux !) à proposer des cailloux splendides, des boîtiers remplis des plus splendides technologies.

reduc-450

Mais qu’une grande part du plaisir reste le moment de la composition de l’image effectuée par notre œil ! Et que ce soit au travers d’un viseur de reflex ou via un écran, ce plaisir est quasiment le même…

Vieux réflex, smartphone, mirorless… plaisir d’abord…!

Je me suis interrogé en 2020 sur l’usage de mes vieux appareils. Étonnamment, c’est la pandémie qui les a sauvés car les conditions requises pour les employer étaient réunies.

Je l’ai écrit plus haut, depuis pas mal d’années, je réalise la majeure partie de mes clichés avec mon iPhone qui est toujours dans ma poche…

Or la pandémie a combiné deux conditions nécessaires : demeurer longtemps au même endroit — confinement oblige — et disposer de temps.

Redécouvrir les qualités de ce qui faisait office de volumineux presse-papiers fût un plaisir !
Mon Brompton me servant souvent d’assistant, je pouvais — dans un rayon d’un kilomètre — déplacer ce matériel encombrant et lourd pour glaner quelques clichés non loin de notre abri côtier.

Comme j’avais du temps (…celui de la prise de vue associé à celui du post-traitement une fois rentré dans mes pénates), voire revenir prendre une image similaire quelques jours après au même endroit, les limites de ce matériel déclassé ne m’ont pas pesé pour le coup !

reduc-450

Et puis j’ai pris le temps de changer d’outil, lire urbanbike | Migration douce vers CaptureOne | 2. Et tourne désormais sur la version 21.

C’est dit.


  1. La casquette n’est pas trop adaptée à un univers marin… 

  2. Mon boîtier le plus récent est un Canon EOS M (lui aussi de première génération) 

  3. 8 ans, 8 millions de pixels et toujours actif… 

  4. Je rêve depuis des années de disposer d’un Canon EF 85mm f/1.2L II USM ou d’un Canon EF 24mm f/1.4L II USM, voire d’un Canon EF 200mm f/2.0 L IS USM…! Ce sera (ou pas) dans une vie prochaine…! 

le 10/01/2021 à 11:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Migration douce vers CaptureOne | 2

Après quelques semaines…

dans nazbrokology | photo | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Attention : Billet long et gonflant car truffé de “je”, de propos lénifiants avec parenthèses — pas toujours refermées — s’appuyant sur mon expérience d’utilisateur : vous êtes prévenus ! C’est la suite de ce premier billet daté de fin octobre 2020…

Ça va sans dire, mais c’est mieux en le disant : comme je l’avais écrit précédemment, je n’ai pas basculé sur CaptureOne par dépit ou hasard !

Ce retour à CaptureOne m’a amené à mener plusieurs actions simultanément dont, et ce n’était pas la plus aisée, celle d’apprivoiser le nouveau OS du Macintosh, ce fameux Big Sur.

reduc-450

Je persiste à le trouver fort agréable pour mon usage. Me retrouver dans un environnement au parfum d’iOS a également joué d’autant que je termine ce billet écrit au départ à la main (…au stylet) sous Nebo sur l’iPad, exporté en texte dans Drafts… Puis réouvert dans Drafts sous macOS, lui même relié à Marked 2 !

Douloureuses décisions…

Ce changement de machine et d’OS ne s’est pas effectué sans ruptures : j’ai du virer1 toutes mes applications Adobe.
Si, si, vous le savez bien : nos fameuses licences “à vie”. Quelle farce…!

Profitant opportunément du “Black Friday”, j’ai acquis trois produits Affinity pour remplacer Photoshop, Illustrator et même InDesign, l’achat des deux premiers produits contribuant largement à acquérir ce dernier. Je les évoquerais peut-être…

Certes, j’aurais pu poursuivre ma vie avec Adobe.
L’une de mes premières apps fut celle des frères Knoll et dérivée du Barney Scan ; l’autre étant Illustrator ; la dernière… la première version d’Acrobat qui m’avait été fournie — en avant-première — par mes amis de P-Ingénierie2.

Pourtant, plus question pour moi de souscrire à des abonnements dispendieux, mes ressources financières3 étant grevées en majeure partie par l’acquisition sur le refurb du MacBook Pro 16 (…sans regret, mon MacBook Pro 17 de 2009 ayant fini par ne plus se rallumer4).

CaptureOne 20

Je conservais le souvenir d’un excellent produit, tant dans sa version 6 que 8. Mon essai sur un vieux MacBook Air de 2010 au début du printemps m’avait conquis.

reduc-450

Bref, j’ai profité d’une légère réduction liée à ma version 8 de CaptureOne pour basculer sur la version 20 (…la 21 étant d’ors et déjà prise en compte dans ma nouvelle licence).
Sans abonnement, sans Styles prêts à l’emploi, une version capable de traiter mes vieux fichiers Canon.

reduc-450

Comme je l’ai indiqué (ou pas) dans un précédent billet, revenir sur une telle application nécessite de faire table rase de ses routines.
Cela tombait à point : j’ai décidé d’oublier toutes mes habitudes, tant sur Lightroom que sur CaptureOne.

Bref, repartir à zéro, apprendre !

Je sais que je ne sais rien !

J’ai procédé par petites touches, n’hésitant pas à me passer plusieurs fois les vidéos explicatives, tâtonnant à mon tour, revenant sur certaines opérations pour comprendre… ce qui m’avait échappé !

D’ailleurs, j’ai procédé de même avec Photos sous Big Sur, l’app de Apple pour traiter les images HEIC qui dispose aussi de sacrées outils.

Et, surtout, j’ai pris mon temps.

reduc-450

J’ai réappris à renommer mes photos directement depuis CaptureOne, à associer des mots-clés aux clichés, à utiliser ceux que j’avais mis en place dans Lightroom et importés.

Et puis, finalement, à employer les Styles
Non pas ceux livrés (…quoi que l’un d’eux pour renforcer la netteté) mais commencé à élaborer une série de styles pour améliorer, modifier mes clichés réalisés avec mes vieilles boites à pixel de chez Canon. Le 5D a repris du service avec le Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM.

reduc-450

Du coup, lors de l’importation d’une nouvelle séance de photos, j’alloue — par défaut — aux clichés un set de mes styles qui s’approche le plus de ce que je souhaite obtenir.

Gain de temps assuré, je peux me consacrer à la modification individuelle de chaque photo si besoin est. Ou pas si le résultat me semble correct, ce qui est souvent le cas car je suis paresseux.

Le point le plus compliqué a été d’assimiler les équivalents clavier pour chaque fonction clé. Sur le 16 doté de Touch ID avec répétition des touches à valider, ce ne fut pas très compliqué même si je dois parfois réviser !

reduc-450

La gestion des masques est limpide, reprendre les pétouilles et les poussières aisée.

reduc-450

Ou encore la suppression immédiate des clichés foirés depuis l’app.

reduc-450

En vieillissant, on va plus facilement à l’essentiel et je me prépare dans les mois à venir à procéder de même dans le stock de clichés numériques que je tribale depuis une grosse décennie.

la manière dont CaptureOne est conçu s’avère très agréable, à nous d’intégrer sa philosophie au lieu de vouloir y retrouver sans cesse nos routines héritées de Lightroom.

Quelques semaines pour assimiler

Sans crier victoire, j’en arrive (sic…!) à me convaincre que je maîtrise correctement entre 10 et 20% du potentiel de CaptureOne.
Mon ambition est d’approcher les 50% un de ces jours. Mais déjà, avec le peu que je comprends et emploie, je suis comblé. Je découvre un nouveau point à chaque nouvelle session (…ou je le redécouvre…!).

D’ailleurs, je reprends mes premières importations, vire les sorties réalisées au format JPG — qui me convenaient au départ — après avoir refait les réglages, supprimé les valeurs excédentaires d’options que je manipulais sans trop comprendre.

Le profil adapté à mon vieux Canon 5D, ceux pour les objectifs que nous possédons rendent ces corrections aisées.

reduc-450

Enfin la fonction comparaison avant - après est devenue essentielle (un simple appui sur la touche “Y”) même si j’ai encore à améliorer…

J’apprécie particulièrement l’outil pour remettre les horizons droits (…en bord de mer, c’est indispensable…!), la fonction pour basculer alternativement des miniatures à l’image plein écran, la simplicité des fonctions d’export, etc.

reduc-450

Bref, en un mot, je suis ravi.

J’ai même profité de ces quelques semaines pour modifier les usages de mes disques durs (sachant que certains sont — comme moi — vieillissants…!). Et toujours trois copies…

J’espère simplement que CaptureOne va prendre en compte un de ces quatre les fichiers HEIC issus de mon iPhone. Je me suis débarrassé de nombreuses apps sous iOS pour n’en conserver que deux ou trois.
Celle d’Apple, Appareil Photo, étant la plus remarquable à l’usage.

Je regrette simplement que mon vieux Canon M et son 22 mm ne soit pas pris en compte dans la liste des profils mais le générique Canon remplit convenablement cette tâche.

reduc-450

Pour finir, j’ai effectué la mise à jour de JPEGmini Pro en version 3 de base. Et je l’utilise pour retraiter toutes les images exportées, les réduire en poids (il existe un add-on mais je l’ai loupé lors de ma Maj).

À suivre !


  1. Adobe n’est pas le seul à avoir morflé, c’est fou comme on a une forte tendance à garder des tas de trucs au cas — improbable — où cela puisse nous servir un jour (…bon, tout est néanmoins sur des disques durs additionnels) 

  2. Je n’oublie pas tous ceux que j’ai croisé dans ma vie et, quand j’en une ou un au téléphone, on se parle comme si nous nous étions quitté hier… Mais je diverge à nouveau… 

  3. J’attends toujours le règlement au titre de l’article 700 de mes frais judiciaires ! Sachant que nos adversaires ont attaqué en 2014, je vise 2024 ! 

  4. Sur mon île, pas de Store mais un adorable revendeur de matériel électroménager, Mac User lui même et doté des bons outils… On va procéder à un simple nettoyage et essayer de le refaire démarrer une dernière fois… 

le 30/11/2020 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

À l’usage | L’app Appareil photo de préférence sur iPhone

…et Camera+2 pour son mode macro

dans dans mon bocal | nazbrokology | photo
par Jean-Christophe Courte

Les mises à jours d’iOS se succèdent et, depuis quelques semaines, Smart HDR + Capture hors du cadre font désormais bon ménage sous iOS 13.x dès lors que l’on utilise un iPhone 11. Voilà un rare et récent investissement que je ne regrette pas malgré qu’il m’ait fallu vendre un de mes reins1

Alors ? Est-ce le moment de se passer de l’application native d’Apple ? Non !

C’est d’autant plus incongru que mon iPhone dispose des excellents …Halide, ProCamera, Focos et de bien d’autres apps de qualité. Et pourtant, je reviens sans cesse à Appareil Photo.
Pourquoi ?

Toutes les applications précitées me proposent des « expériences photographiques exceptionnelles », uniques, le tout assorti de « fonctionnalités décoiffantes » (comprendre une manière originale de nous aider à prendre des photos), une tripotée de filtres, des grilles modulables, etc.

Et il est vrai que ces approches sont de qualité, me permettant de contourner Live View par exemple ou de gagner en réactivité.

Je garde Appareil Photo

Du temps lointain où je rédigeais des billets sur certains blogs collaboratifs, nous en arrivions pratiquement tous à la même conclusion. Apple conserve quelques longueurs d’avance et je ne serais pas surpris que cela prenne encore plus d’importance avec les prochaines générations d’iPhone.

Mais cela se perçoit déjà nettement avec la dernière génération, notamment avec celle disposant de plusieurs optiques.

reduc-450

Certes, Smart HDR fusionne les infos de mes trois optiques (enfin, c’est ce qu’il me semble), c’est essentiellement la prise de vue hors du cadre que je trouve remarquable.

Je me répète car j’ai déjà évoqué ce que je nomme les extra-pixels, cette frange de pixels au-delà du cliché capturé et qui me permet de post-traiter mes images, redresser, recadrer sans souci.

Rappel en quelques copies d’écran

reduc-450

reduc-450

Redressement…

reduc-450

Rappel : on a de la marge (ici en haut pour le montrer) quand on a spécifié dans les réglages Capture hors du cadre

reduc-450

On recadre…

reduc-450

Validation…

reduc-450

Et rien que pour cette épatante capacité, je suis client quotidiennement de ce moment où je peux passer en revue mes clichés et les retraiter tranquillement sur l’iPhone sans que cela ne prenne un temps fou !

Ensuite, ce serait à confirmer, mais il me semble — degré d’incertitude2 de 50 % — que mes clichés fusionnent des infos des images prises par toutes les optiques. Deep fusion ? Où est-ce mon subconscient (…ou ce qu’il en reste !) qui voit des phénomènes qualitatifs ?!

Toutes oubliées ? Non…

Mon côté beauceron n’incite à ne jamais jeter définitivement une application. Donc elles restent en petit nombre à portée de doigts, même peu sollicitées !

Néanmoins, la seule application que j’utilise régulièrement est Camera+ 2 pour son fabuleux mode photo rapprochée.

Par ailleurs, je suis à la recherche d’une application qui ajouterait des mots clés intelligents à mes clichés comme le fait EyeEm sur son propre site → se souvenir que les mêmes développeurs proposaient naguère une application iOS nommée The Roll. Mais désormais arrêtée.

C’est tout !


  1. C’est une illustration bien que je la trouve exagérée → le coût est certes élevé mais je conserve au quotidien mon MacBook Pro 17” (de 2009) et mon grand iPad Pro de 1ère génération, chacun avec quelques signe d’épuisement mais, désolé pour les tenants de l’obsolescence programmée, toujours fonctionnels. 

  2. je suis de plus en plus partisan (!!) d’ajouter cette info dans mes billets, plus encore après avoir écouté Notre cerveau est-il un allié fiable ?. J’ajoute ce copié/collé de la page de l’émission d’Etienne Klein ► « Avec Mariam Chammat, docteur en neurosciences cognitives, Chef de projet en sciences comportementales appliquées aux politiques publiques et Albert Moukheiber, docteur en neurosciences cognitives, psychologue clinicien, auteur de Votre cerveau vous joue des tours (Allary éditions, 2019) ». 

le 10/03/2020 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Focos et iPhone 11 Pro Max

…par les développeurs de MaxCurve

dans ancres | dans mon bocal | grospod | nazbrokology | photo | usages
par Jean-Christophe Courte

Petit clin d’œil à mes trois courageux lecteurs : merci pour votre patience1…!

Au risque de me répéter, l’intérêt de changer de iPhone et de disposer d’une capacité de stockage supérieure est de pouvoir tester à nouveau des apps entrevues naguère avec un dispositif matériel nettement plus véloce.

Ainsi Focos que j’avais évalué avec mon iPhone 7+ mais sans pouvoir en faire le tour du fait même des limites de cet iPhone.

Avec un iPhone 11 Pro Max, tout devient lisible pour mes usages même s’il y a des pans entiers de cette application qui me dépassent.

Par contre, la gestion du flou m’amuse d’autant que l’app est ludique à l’usage.

Comme je connais MaxCurve2 dont j’ai apprécié les nombreuses mises à jour, je suis passé d’emblée à a formule d’acquisition à vie de Focos.

Deux façons de l’utiliser

  • Soit en post-traitement des photos prises avec l’app Appareil Photo en mode Portrait ;
  • soit en shootant directement avec Focos et en traitant l’image dans la foulée.

À l’usage, je préfère utiliser Appareil Photo puis traiter (ou non) les clichés réalisés dans Focos.

reduc-450

reduc-450

À quoi ça sert ?

En ayant pris votre photo en mode portrait, vous pouvez (ne me demandez pas d’entrer dans les détails !) modifier la mise au point en changeant votre centre d’intérêt !

reduc-450

reduc-450

Mais également le rendu de ce focus…

reduc-450

Avec nombre de points d’action…

reduc-450

Du coup, en me baladant dans Aix-en-Provence ou en récupérant d’anciennes photos réalisées en mode portrait (ce premier semestre en Espagne et au Portugal), j’ai pu me familiariser (je n’ai pas écrit maîtriser) avec cette application épatante. Enfin comprendre ce que je pouvais en attendre pour mes besoins de nazbrokologue3

Avant d’aller plus loin, se souvenir que l’application finale des divers réglages sur l’image prend un peu de temps et c’est également là que le iPhone 11 Pro Max fait des merveilles.

reduc-450

Permet également de traiter ou amplifier des déformations…

Focos permet de prendre des images mais le traitement se réalise après prise du cliché…

reduc-450

reduc-450

En jouant sur les simulations des principales optiques connues…

reduc-450

Mais le plus intéressant reste le choix du point d’attention à partir de la même image…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Redoutable…

reduc-450

Bref, on gère avec Focos le flou en amont et en aval de l’élément sur lequel on fait sa mise au point. Et cela peut vite devenir un chouïa créatif.

Ce billet est destiné à vous inciter à vous balader dans l’app, pas à rédiger un mode d’emploi exhaustif, ce dont je suis totalement incapable !

Un exemple, cette borne de validation des tickets dans le bus…!

reduc-450

Un des points qu’il faut que j’explore plus encore est la possibilité d’ajouter une nouvelle source lumineuse dans une image. Après coup, CQFD.

reduc-450

Et avec quelques réglages de flou associés, on peut s’amuser…

reduc-450

Mais conservez l’idée de le tester après avoir pris des clichés en mode portrait …et pas que de personnes !

Pour finir, quelques autres clichés…

reduc-450

Dont la fontaine des trois ormeaux à Aix-en-Provence…

reduc-450

reduc-450

À suivre…


  1. suis en train de finir un courrier au service abonné de mon opérateur et j’espère qu’il sera bien reçu : au lieu de les quitter, c’est une simple demande de changement de box (…passer de la Mini 4K pensée Androïd à la Delta S qui est plus bâtie pour la techno Apple). Après, et seulement après, j’envisageais de changer d’opérateur. 

  2. voir ce précédent billet, urbanbike | MaxCurve sous iOS 13.x 

  3. je vais finir par l’écrire cet …imprécis de nazbrokology ! 

le 13/11/2019 à 09:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Mon boîtier photo est un iPhone

Max et ses trois optiques dans ma poche

dans ancres | nazbrokology | photo | usages
par Jean-Christophe Courte

Je n’ai pas définitivement renoncé à utiliser nos vieux boitiers numériques ni à leurs optiques interchangeables. Mais ces derniers sont restés dans un carton quelque part, par là autour ! En cause, l’iPhone, CQFD.

Si mon Canon M avec son chouette 22 mm reste à portée de main, il prend la poussière, posé sur un coin de bureau.

En cause, son encombrement (…même s’il reste le plus compact de nos boîtiers !), sa relative lenteur et, désormais, son absence criante d’options évoluées auxquelles je me suis habitué avec l’iPhone.

  • Comprendre la localisation, Les trois optiques immédiatement disponibles sans à dévisser, visser le télé pour passer au grand angle.

  • Et, désormais les épatants outils de recadrage en jouant sur ces extra-pixels du iPhone 11 Pro Max.

reduc-450

Illustration banale pour ce billet : de la photo originale (en haut à gauche) prise à l’arrache dans le bus…

reduc-450

À droite | …à l’image recadrée (en bas à droite), une série de corrections directement effectuées dans le iPhone (je me répète — cf. billets précédents — mais c’est mon quotidien)…

Le tout dans un volume restreint qui se glisse dans ma poche avec, en prime, les spécificités d’un écran de compétition.

Nouveaux usages…

Avant d’opter pour Max, j’ai longuement hésité en envisageant d’investir dans le nouveau Canon M (le 6 Mark II). Ce dernier est désormais visible dans un magasin de photo à Aix (SMS arrivé ce jour). Mais, entre temps, Apple a rendu immédiatement disponible sa nouvelle gamme.

Je me souviens de la remarque de Lukino, il y a quelques années, remarque que je n’avais pas pris au sérieux. Sauf que c’est bien Jacques qui avait vu juste : le meilleur appareil photo est celui que l’on a dans sa poche. Et il évoquait déjà l’iPhone1.

De fait, le marché de la photo subit frontalement la concurrence des smartphones qui ne cessent de progresser, ce qui se traduit par une chute drastique des ventes des boîtiers pro traditionnels. Ce n’est que le début, il restera peu de concurrents au final.

Or l’amateur que je suis apprécie la polyvalence du iPhone mais, également, la qualité des images produites.

Innover ou périr…

Certains photographes ne se résolvent pas à la révolution annoncée, leur légitime amertume s’exprime2 dans les blogs spécialisés mais ces derniers oublient que ce sont les marques elles-mêmes qui jouent leur survie à court terme.

Pour mémoire, j’ai malheureusement vu Contax disparaître après une stratégie marketing hallucinante3 qui rendait mon 18 mm argentique incompatible avec la nouvelle gamme des boîtiers numériques que le constructeur lançait. Leur stratégie se traduisit par un flop industriel sans précédent. Sur ce plan, Nikon, Canon et quelques autres eurent la sagesse de permettre à leurs gammes numériques naissantes d’utiliser les anciennes optiques argentiques…!

Un jour, je sortirais de leur carton ces boitiers mais plus question de les transporter dans mes périples : je souhaite voyager de plus en plus léger4 et ne disposer que d’un seul écran.

Et vous…?


  1. urbanbike | Pfffff… faire des photos avec un iPhone, c’est n’importe quoi…! 

  2. Top Leica Expert Says Farewell: ’Soul of Leica Products Has Been Eradicated’ 

  3. En résumé, les optiques de mon RTS III argentique étaient incompatibles avec la nouvelle gamme numérique, Contax changeant froidement la monture des optiques, imaginant que leurs clients allaient basculer vers la nouvelle génération et poubelliser sans remords l’ancienne. Notez que c’est malheureusement ce qui arriva finalement vu que la marque disparut en quelques années. 

  4. urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone 

le 22/10/2019 à 22:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?