Urbanbike

Recherche | mode avancée

Redresser, recadrer mais aussi dézoomer…

Ou pourquoi Max est devenu un compagnon incomparable…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | nazbrokology | photographie | usages
par Jean-Christophe Courte

Max est le sobriquet de mon iPhone 11 Pro Max et, accessoirement, cet écran m’accompagne désormais jour et nuit !

Si le iPhone 7+ était un compagnon fabuleux, Max possède quelques arguments en plus côté prise de vue.

Explications en images1 même si cela est redondant pour les quelques personnes qui ont la faiblesse de me suivre sur Twitter…!

Cinq séquences avec répétitions d’actions pour que cela vous donne envie de tester à votre tour.

Et bien entendu cela fonctionne avec le concours des ultra-pixels, ces informations en plus de l’image capturée et conservées 30 jours dans votre iPhone (voir les épisodes précédents).

1 : dans l’escalier

reduc-450

iOS 13.x propose un outil de redressement automatique…

reduc-450

Qui donne d’excellents résultats…

reduc-450

Mais il vous reste encore un peu de pixels sous le pied (enfin, dans l’image)… Et peut-être de assez pour visualiser les deux rambardes…? Pincez l’image…

reduc-450

Puis déplacez-là dans le cadre…

reduc-450

Affinez votre cadrage (dans un sens ou l’autre)…

reduc-450

Les rambardes sont visibles…? Validez !

reduc-450

Rappel : nous sommes bien parti de l’image source (voir la première au-dessus)…! Merci pour ces …extra-pixels…

2 : coin de ciel bleu…?

reduc-450

Cadrage initial…

reduc-450

Idem : on pince pour récupérer de l’info…

reduc-450

Et hop…

reduc-450

3 : et les sets de couleur ?

reduc-450

Bon, recadrage, déplacement…

reduc-450

Et choix du set (…qu’il est possible de moduler)

reduc-450

4 : Mon bras, où est mon bras…!!

reduc-450

Bon, l’une des cariatides l’a réellement perdu mais pas l’autre…!

reduc-450

Redressement et déplacements…

reduc-450

Rappel : vous n’êtes pas limité à un déplacement… cela va sans dire…

reduc-450

5 : Capitaine Crochet

reduc-450

La patte droite a souffert…

reduc-450

Option isolation du volatile…

reduc-450

En conclusion…

En utilisant l’application Appareil Photo d’Apple pour jouer avec ces ultra-pixels (qui semblent n’être disponibles que sur cette app), c’est assurément la révolution apportée par cette dernière gamme d’iPhone.

Aussi je trouve épatant la possibilité de recomposer mes clichés (…littéralement, vu que je vais chercher parfois de l’info en dehors du cadrage initial…) avec le grand angle et le télé du 11 Pro.

Il semble que d’autres options vont arriver avec la prochaine version d’iOS 13.x mais déjà ceci change ma propre manière de prendre mes clichés.

Parfois, j’anticipe car j’ai intégré cette possibilité amusante (mais pas que…!) de pincer l’image, option loin d’être anecdotique, n’en déplaise aux puristes.

Je ne vous fais par un dessin, j’adore…

À suivre…


  1. Bon, pas de mise à jour de LongScreen malheureusement pour réaliser mes habituels montages. 

le 13/10/2019 à 19:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iOS 13.x et Max | Repenser sa gestion de photos

HEIC, Photos, iCloud

dans ailleurs | dans mon bocal | nazbrokology | photographie | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Rappel contextuel : depuis quelques jours, j’utilise un iPhone 11, mon iPhone 7+ a atterri dans les mains de ma fille et son propre iPhone 6s+ dans celles de son frère.

Je suis lent : découvrir quelques facettes de ce nouvel écran qui fonctionne sous iOS 13.1.x ne se fait pas en un claquement de doigts. Heureusement, je réside pour quelques semaines dans une région particulièrement ensoleillée, ce qui ne nuit pas à la découverte tant de sa géographie que de ce nouveau compagnon …Max…!

Mais, au fur et à mesure que je prends conscience de certaines fonctions photographiques de Max, cela bouleverse allègrement des décennies de pratique. Et comme je suis curieux…

En résumé : l’accès à un iPhone 11 Pro Max a modifié ma manière de réaliser des clichés.

Je devrais m’arrêter .

Sauf que cela remet aussi en question ces décennies d’images : quid de nos milliers de photos actuellement conservées sur 4 backups (disques durs physiques1) et accessibles exclusivement via une antique version de Adobe Lightroom depuis mon MacBook Pro…? Que faire de ce témoignage d’une ancienne pratique2…!!

Certes, il y a certes un poil de provocation (…quoi que !) dans cette manière de présenter les choses mais j’avoue que c’est proche de ce que je ressens depuis que je teste cet étrange attelage d’optiques.

Au quotidien, cela couvre 90 % de mes besoins

Relativisons !

Je suis devenu, par la force des choses, un vieil homme (…et zut…!). Qui n’a plus l’énergie (ou l’envie, au choix) de se balader avec un sac photo généreusement garni de pesantes optiques.

J’apprécie le confort de balades quasi les mains dans les poches, Max glissé dans l’une d’elles. De pouvoir prendre des clichés sans m’interroger. Je cadre, sélectionne l’optique idoine, ajuste la scène et déclenche.

Avec la gestion des pixels excédentaires, option à cocher dans les préférences, c’est en rentrant que je peux redresser proprement une porte, une grille de château, voire recadrer en allant chercher des informations non présentes dans la scène initiale comme je l’ai montré sur twitter.

Du coup, ça change abruptement ma manière de photographier car j’anticipe désormais la suite avec ces options disponibles !

Ça ne manque pas de pixels…!

Pour des informations techniques sur ces extra-pixels (!!), vous référer à vos sites d’information habituels. Je ne suis qu’un simple utilisateur qui découvre ces options et joue modestement avec elles.

Quand je déguste un plat savoureux, je l’apprécie sans chercher à connaître à tout prix sa recette…!

Ce que je constate, c’est le plaisir que cela me procure et la simplicité (et vitesse) des procédures.

Etonnamment, la chromie est excellente et donc cela m’évite d’ajuster maladroitement mes clichés. Ensuite, les autres opérations s’effectuent avec célérité, directement dans Photos.

Du coup, j’ai exclu nombre d’applications habituelles, préférant employer Appareil Photo d’Apple. Hormis le Live View que je dois désactiver, c’est épatant.

Ces derniers jours, entre Aix et Forcalquier, nous nous sommes pas mal baladés. Ma fille est ravie de son 7+ et trouve iOS 13.1.1 très récréatif. Et moi, je fais toute confiance à Max pour sa capacité à calculer la meilleure exposition.

reduc-450

Le soir, un poil de Post-Traitement, l’enregistrement sur iCloud des clichés du jour.

reduc-450

  • Ici en automatique, un simple redressement de l’image, cliché pris dans la pénombre…

reduc-450

  • Mais ce redressement peut s’accompagner d’un recadrage, autre exemple…

reduc-450

  • Car vous avez encore un peu de pixels sous le pied…

reduc-450

  • Ou au-dessus…!

reduc-450

  • Ne pas toujours se fier au redressement automatique… Il vous faudra parfois reprendre le contrôle…!

reduc-450

  • NB : j’apprécie ces extra-pixels…! Sauf qu’il faut quand même valider…

Conversion en JPG

Cela ne m’empêche pas d’exporter mes HEIC sur notre antique MacBook Pro3, de convertir4 puis d’enregistrer après compression ces clichés5 dans ma vieille version de Lightroom …avec mes autres clichés.

Bref, ceci est un simple témoignage d’utilisation plan-plan de cet iPhone.

Voilà. Merci Max…!


  1. FireWire 400 et 800 ! C’est lent mais ça a le mérite de fonctionner… 

  2. D’autant qu’il existe des outils pour convertir du JPG en HEIC et cela commence à me trotter dans la tête. 

  3. 2009 et, du coup, qui va encore tenir une année ou deux… 

  4. iMazing HEIC Converter qui tourne sous macOS El Capitan… 

  5. JPEGmini que j’ai depuis des lustres… 

le 29/09/2019 à 11:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

11 Pro Max, une trentaine d’heures plus tard…

Adopté !

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | nazbrokology | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

“Prix stratosphériques, absence de 5G, absence d’un vrai téléobjectif, photos trop petites, design vieillissant, etc.” N’en jetez plus, tout est bon pour dénigrer cette nouvelle série. Jusqu’au… “l’an prochain, il y aura quatre (voire cinq…!) objectifs.

Laisser passer cette version ? Je l’ai fait depuis l’iPhone 7+. Or, la vie passe et le décompte des années ne joue pas en ma faveur !

Ensuite, l’accès à un ultra wide (13 mm en plus du 26 et du 51 mm) m’a électrisé ! Mais pas que ça.

Ce qui change pour mes usages

En vrac :

  • La qualité des clichés, d’autant que l’app Appareil Photo signée Apple est épatante ! Et inutile de gloser sur les 3 optiques, tout le monde a pigé qu’une étape venait d’être franchie.
  • Certes, que 12 MP pour les clichés1 mais pour délivrer de superbes clichés dans un format HEIC fort pratique côté stockage…
  • J’apprécie la vitesse d’exécution des apps (célérité des apps comme Day One ou Drafts, iA Writer), que ce soit en post-traitement ou lors de la communication 4G ou WiFi, la fluidité de l’OS en général.
  • Même avec mes propres bugs (absence de stéréo visuelle), épaté par Face ID …qui est bien le seul à me reconnaître sans prendre peur ! Bon, parfois, ça patine si je ne regarde pas de l’oeil droit…
  • L’air de rien : l’autonomie pour le peu que j’ai pu en juger ! Le iPhone 7+ tenait déjà bien la journée !
  • Le retour de l’écriture manuscrite avec son fidèle Stylus et un stylet Wacom à pointe caoutchouc : réaction quasi immédiate et belle plage d’écriture disponible en mode paysage. Là, c’est une très belle surprise …qui n’intéressera que deux ou trois personnes.

Alors, oui, j’ai lu dans un magazine de référence — en gros — que ce iPhone ne méritait pas la mention pro, que les images étaient juste un poil améliorées et que le design du iPhone2 était vieillissant. Et qu’il fallait attendre la 5G.

Pour ma part, je n’attends pas la 5G dans les coins habituels où je vis, nous serions déjà agréablement surpris d’avoir de la 4G d’une puissance minimale. C’était l’un des points agréables de l’Espagne, même dans une sierra perdue…

Bref : bien que j’ai encore quelques jours pour rendre ce iPhone chez Apple et même si le iPhone 12 disposera d’une façade acnéique bardée d’optiques encore plus excitantes, je sens que je suis parti pour quelques années avec …Max, nouveau compagnon de mes balades quotidiennes.

À suivre…


  1. Bref, bien loin du Samsung Unveils 43.7MP Smartphone Sensor with the World’s Smallest Pixels 

  2. Je partage le même sentiment que cet expert sur d’autres produits : ainsi, le design des crayons de bois n’a pas évolué depuis des siècles et c’est bien regrettable ! Non, je déconne… 

le 25/09/2019 à 17:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Plus pratiques que deux : trois optiques

iPhone 11 Pro Max

dans ailleurs | grospod | nazbrokology
par Jean-Christophe Courte

Après avoir longuement réfléchi (si, si…), hésité, discuté avec mon gouvernement, j’ai décidé de laisser tomber au quotidien les boîtiers numériques et leurs optiques pour n’employer qu’une unique boîte à pixels à tout faire. Ce billet est d’ailleurs rédigé sur Drafts.

En même temps, cela n’est pas une surprise. Depuis le début de l’année, j’ai du sorti avec le 22 mm et le Canon M que deux fois pour réaliser quelques images en Espagne. J’étais néanmoins parti pour tester le Canon EF-M 32mm f/1.4 STM avant de me poser une question quasi existentielle : n’est-ce pas (pour moi) la fin d’une époque ? Ma jambe fatiguée comme mon dos ont fini de me convaincre.

Que devient le iPhone 7+ ? Dans les mains de ma fille prochainement. Deux optiques valent mieux qu’une seule…!

Le passage du contenu du 7+ s’est fait rapidement, la seule contrainte pour moi fut de charger iOS 13.1 bêta 4 sur le iPhone 11 Pro Max. Puis de récupérer ma dernière sauvegarde.

Voyager léger

Je retrouve strictement les mêmes infos, apps aux mêmes endroits avec les mêmes fichiers. Seuls MAPS.ME – Cartes et itinéraire et TomTom GO Navigation ont nécessité de recharger leurs cartes respectives (Espagne, Italie et France).

Et les images ?

Attention : Fichiers pleine résolution juste convertis en JPG puis compressés avec JPEGemini. Et pas redressés…!

Hormis retrouver un précieux de même taille, j’ai trouvé un écran plus vaste, FaceID1 et ce bloc de trois optiques dont un ultra grand angle pratique en photo urbaine.

Juste un point : avec ce dernier, pensez à vos doigts qui peuvent apparaître sur l’image !

Pour l’instant, j’attends les mises à jour des apps photo et testé uniquement le mode Macro de Camera+ 2 en attendant sa mise à jour pour les trois optiques

reduc-450

…et l’app Photos.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Le reste se passe de commentaires.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Aucune retouche… Brut de fonderie.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

À suivre.


  1. pas de souci avec mes deux yeux qui divorcent, soulagement ! 

le 24/09/2019 à 14:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Changer ou pas ?!

Épineuse question

dans grospod | nazbrokology | photographie | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Après un semestre en Espagne suite à notre départ (définitif ?) de la région parisienne et, surtout, après avoir mis en caisses toutes nos affaires, je m’interroge sur ma pratique nazbrokologique…!

En résumé : à quoi cela sert de conserver — à l’instar de mes vieux disques durs (mon correcteur a remplacé les deux termes précédents par disloqués : bien vu !) — cette petite collection d’optiques et de boîtiers numériques réflex ? La réponse est contenue dans la question…

Dans la pièce que nous ont laissé nos enfants, je pense ne conserver que deux (ou trois) optiques, un (…deux ?) boîtiers et basta.

Naguère, j’avais tardé à céder le Hasselblad et ses optiques : ne suis-je pas en train de prendre le problème à l’envers une fois de plus ?!

Quelle est ma pratique de la photo depuis le iPhone 7+ ?

Depuis l’arrivée du iPhone 7+ dans mon quotidien, il est clair qu’il a remplacé mon vieux 5D.

Même le M et son chouette 22 mm ont du mal à se faire une place dans mon sac-à-dos. Quand cela arrive, ils restent au fond du sac et rares sont les occasions de les prendre en main.

À chaque fois, je préfère utiliser ma boîte à pixels à la pomme.

Bien entendu, j’ai plein d’arguments pour revenir à une photo traditionnelle …sauf que je peux les démonter (…de mon point de vue) aussi vite.

Bref, pour le moment, c’est le statuquo.

Plus question même de remplacer mon MacBook Pro 171. Je vais essayer de le faire durer encore quelques années …histoire de ne conserver, via ma vieille version de Lightroom, que l’essentiel de nos images2.

Bref, j’attends simplement de prendre en main un 11 pro max pour me décider, pas de précommande, urbanbike n’est pas un blog professionnel, pas de pub, etc. Juste quelques copains qui passent un oeil parfois ici…

Certes, notre fille attend patiemment mon iPhone 7+, son frère récupérera assurément son increvable iPhone 6s+. Et ma compagne, satisfaite de son iPhone 5s qui lui sert de téléphone, utilise essentiellement un iPad Air 2.

“Obsolescence” disent les…

Car tous ces écrans tiennent dans la durée, contrairement aux âneries que je lis parfois.

Ensuite, le recyclage se fait tranquillement en famille, voire auprès des amis.

Mais je reviens à l’objet à peine masqué de ce billet : de quel appareil photo ai-je besoin ? Voire : en ai-je besoin ?

Je peux déjà répondre sur certains points…

  • certainement pas d’un boîtier qui excède les 12 MP (d’ailleurs Apple ne s’est pas étendu sur ce sujet contrairement aux concurrents qui sont dans une course au capteur)
  • deux ou trois optiques avec une bonne qualité de rendu (groupées, c’est mieux)
  • un stockage en ligne imparable en plus d’un stockage intégré3
  • un écran qui ne prendra pas que des photos mais m’accompagnera comme le iPhone 7+ en voyage, en courses ou dans mes insomnies…
  • une autonomie énergétique encore plus large
  • une très bonne étanchéité à la pluie
  • bref, un écran bloc-notes, afficheur de ePubs, riche de quelques podcasts pour la route, de cartes si nécessaire…

Mais tout ceci, je l’ai déjà écrit dans urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone fin 2018.

Réponse dans quelques semaines.

Ou pas !


  1. dix ans… 

  2. et sauvegardées néanmoins en 4 versions (deux disques de trois To dans deux lieux éloignés) 

  3. 128 Go sur le iPhone 7+, peut-être doubler sur le max 

le 15/09/2019 à 18:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Photo : retour à Camera+ 2 sous iOS

Version iPhone et iPad

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | nazbrokology | photographie | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai abondamment utilisé pendant 72 heures Pixelmator Photo, application qui ne tourne que sous sous iPad, est-il besoin de le préciser.

Puis je l’ai froidement poubellisée1.

Je ne remets pas en cause cette application, elle ne correspond pas à mes besoins de photographe amateur2 (…ceci explique certainement cela) aux usages limités. C’est aussi simple que cela.

En fait, je deviens de plus en plus paresseux en vieillissant (et je pense même que cela n’est pas un défaut, de plus…!).
Je veux simplement employer des apps qui vont à l’essentiel :

  • pour écrire, Drafts: Capture ‣‣ Act3 me permet de noter ;
  • pour capturer une scène, Camera+ 2 me propose d’opter pour le mode de prise de vue qui me convient.
    Point barre.

reduc-450

  • La nouvelle interface sortie il y a quelques jours propose les mêmes infos qu’avant mais de manière plus directe, brutale. J’en suis satisfait…

Le premier utilise du markdown, le second du RAW. Oui, je sais, le parallèle est osé mais j’y trouve bien un rapport.

Drafts me permet ensuite d’exporter vers qui je le souhaite, web ou traitement de textes ; Camera+ 2 m’offre deux manières de modifier mon cliché : soit en mode “j’ai un fichier RAW” et je le post-traite comme un pro (!!) ; soit en mode “clarté pro” qui, avec l’option redresser, suffit généralement à 99 % de mes clichés d’ambiance (je ne suis pas exigeant). Puis, de les poster accessoirement dans Instagram, sur le web pour partager avec les amis ou dans une galerie en ligne.

reduc-450

  • Petit plus sur l’iPad, les infos sont directement lisibles dont la localisation et les traitements déjà utilisés… D’où l’absence de l’option infos.

reduc-450

  • Mais on retrouve, bien entendu, les mêmes outils de correction… Dont clarté pro.

reduc-450

Ce qui est intéressant dans cette app photo, c’est que ces deux modes sont accessibles aisément, seul le mode RAW nécessite impérativement de (re)passer par la Lightbox, la visionneuse dédiée, qui donne accès à toutes les options. Mais, si vous en avez rien à faire, autant rester sur les outils de base (pour ma part, je suis fan des options du Labo).

reduc-450

  • À noter, un widget revu comme le reste de l’interface…

Au début, totalement imprégné du livre de Volker4, je passais du temps dans les réglages RAW avant de découvrir les deux curseurs de clareté pro.

Depuis, je trouve que cela convient pas mal aux images capturées pour mon usage.

Néanmoins, comme j’utilise mon iPhone comme un simple support de stockage comme le je fais avec les cartes mémoire de nos reflex, je vide son contenu vers la vieille version 5 de Lightroom. Et je récupère alors un JPG et un DNG pour chaque cliché.

reduc-450

Je reviens à mon parallèle tiré par mes derniers cheveux : comme pour mon texte formaté en markdown qui me permet de conserver la possibilité d’exporter au format HTML ou DOCX, mes clichés peuvent être utilisés directement en JPG ou, accessoirement, corrigés plus subtilement via le format DNG.

Bref, je ne vais pas poursuivre (…il fait beau — -1° cette nuit, 15° maintenant — et plus envie de me balader avec ma fille), juste ce bref rappel que cette application est aussi l’une des rares à me permettre de faire de la photo rapprochée, à traiter proprement et rapidement directement mes fichiers sur l’iPhone, synchronise si on le souhaite via Photos nos images entre iPad et iPhone. Et Mac…!

Et génère une image RAW+JPG que je retraiterais si je veux…!

reduc-450

  • Traitement dans l’iPhone ou l’iPad… à la condition de repasser temporairement par la LightBox et ainsi retrouver une série d’outils plus complexes comme les courbes, disposer d’une correction d’objectif et d’options d’export…

Néanmoins, la véritable question est de savoir si l’on a besoin régulièrement de ces outils de post-traitement (…et, en ce cas, autant opter pour tout enregistrer de suite dans la dite LightBox par défaut).

Ou rarement.
Dans ma pratique de dilettante, c’est non…!

C’est tout.


  1. Surtout après l’avoir utilisée en mode intensif sur un iPad Pro grand format de première génération, même connecté avec un chargeur 12W, je perdais 1% de charge toutes les deux minutes… Ensuite la jungle dans les fichiers, le poids excessif des versions de traitement conservées par l’app et qu’il faut virer manuellement m’ont convaincu de revenir à un mode opératoire plus simple, sobre. Compatible avec mes deux neurones… 

  2. Ma réponse dans Twitter n’est pas de la fausse modestie, juste de la lucidité, ce qui ne m’empêche nullement de continuer à collecter des clichés pour mon plaisir. 

  3. Même problématique : de l’efficacité sinon rien ! 

  4. Ahhhhhhh ! Dix ans déjà ! urbanbike | Développer ses fichiers RAW | 3° édition 2009. Et pas de nouvelles de Volker depuis au moins 5 ans… 

le 12/04/2019 à 17:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le retour du M | 2

Même lent, cet antique Canon à 2 balles fait de chouettes clichés

dans dans mon bocal | nazbrokology | photographie | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Billet décousu…

Avertissement : Je suis toujours satisfait de mon fidèle iPhone 7+, cet écran qui m’accompagne au quotidien, glissé dans une poche de mon jean.

Même si je suis revenu à la formule JPG + RAW dans les préférences de Camera+ 2 pour m’éviter la multiplication des fichiers lors du déchargement des clichés du iPhone vers mon MacBook Pro 17” de 2009 et Lightroom 5, j’ai fini par glisser dans une autre poche (…celle d’une veste), mon vieux M blanc1 acheté en solde2 jadis.

Côté optique, je n’ai à disposition que le 22 mm3. Et c’est ainsi que je me balade, avec ce M dans une main comme un “jouet”.

Bon, déjà réapprendre à attendre !

L’autofocus ne s’est pas amélioré (sic…!). De fait, c’est moi qui suis impatient, habitué à la vitesse de l’iPhone. Je galèje, le premier M a toujours été lent et cela s’est heureusement dissipé sur les modèles plus récents, dit-on.

Bien entendu, pas de géolocalisation. Je fais parfois une photo au iPhone pour mémoriser un lieu précis mais qu’importe.

En six ans, la batterie ne s’est pas dégradée et le M tient la journée. À moi, le soir, de ne pas oublier de la recharger pour le lendemain.

Une fois rentré à Salamanca, reste à décharger les clichés réalisés via un câble connecté au MacBook Pro 17”.

Comme je l’ai écrit, il y a plus d’un an, je me refuse à m’offrir un abonnement mensuel pour disposer de la dernière mouture de Lightroom proposée par Adobe.

D’abord (…et ce n’est pas de la fausse modestie), je ne suis pas un photographe, juste un dilettante qui prend quelques clichés en balade. De plus, mes clichés n’ont rien de sexy, essentiellement des captations d’ambiance et d’architecture.

Ensuite, ce matériel de prise de vue est ancien, fatigué4. De plus, ma machine de travail, mon Mac portable, tutoie les dix ans d’utilisation et est définitivement bloqué à El Capitan…!

Cela vaudrait le coup si je continuais à prendre des photos avec la version iOS de L’application Lightroom sur iPhone mais cela dépend énormément du réseau téléphonique dans les coins où je me déplace !

Ici, en Espagne, je sois limité à la 3G5 et me retrouve dans les mêmes conditions que sur mon île !

Bien entendu, …si je disposais de boîtiers récents avec des optiques de prix…! On oublie, déjà économiser ce qui fonctionne est mon obsession.

Bricolage entre deux états de l’écran qui fasseille…

En parlant de machine fatiguée sous macOS, mon 17’ a une carte graphique qui fait clignoter l’écran, ce qui m’empêche littéralement de songer sérieusement à tout réel travail de post-traitement…!

Du coup, je décharge mes clichés dans ma vielle version de Lightroom 5 (…qui supporte tranquillement en ramant mes plus de 220 000 fichiers depuis le temps). Je le fais irectement avec juste l’application automatique d’un set de correction que j’avais élaboré naguère, comprendre à l’époque où j’avais encore un écran additionnel6…! Époque révolue où la carte graphique de mon portable n’était pas encore vrillée…!

C’est donc au pif que je gère mes images.

Je les ajoute sans les traiter. Je peux parfois, quand l’écran ne s’emballe pas trop, ajuster un détail mais sans plus. La seule chose que je fais parfois est de redresser un cliché, recadrer éventuellement.

Ensuite, je sélectionne quelques vues que j’exporte, que je traite en î pour réduire drastiquement leur poids avant de les balancer dans notre petit site en ligne. Et c’est alors que je les découvre en me connectant via l’iPad…!

C’est évidemment plus simple de tout gérer dans l’iPhone qui dispose d’un bon écran. Mais bon, comme je l’ai écrit, j’ai fait des choix7.

Certes, ce bricolage n’est pas l’optimum mais a le mérite de fonctionner, de ne plus rien coûter et de …m’occuper. De m’obliger à fonctionner à un autre rythme, souvent seul pour éviter de gonfler ma tribu…!

Le hasard fait qu’un cliché est parfois intéressant. Voire présentable. Comme je me fous du jugement des vrais photographes, je n’hésite pas à partager ces ambiances, bonnes ou pas terribles, avec mes amis lointains, âgés, qui n’auront pas le loisir de se balader dans les lieux que nous avons exploré.

Plaisir et partage

Ces balades urbaines sont de simples instantanés en partage.

Peu importe le capteur, faire des images est avant tout un état d’esprit qui rend heureux celui qui les prend. Et celui qui les regarde, amusé…

C’est ce projet de Nazbrokology démarré en mode gag mais que je n’arrive pas, par flemme, à dérouler. Bref, prendre des images et marcher, bouger, changer de point de vue, tout cela me libère de mes tensions.

Si un cliché dans le tas est réussi, tant mieux. Mais ce n’est pas le but recherché, je préfère l’idée de la (re)découverte de ce qui m’entoure, celle du #EthnologueChezSoi, du quotidien.

Et le faire avec un produit dépassé permet de garder le sens de la dérision, l’ironie nécessaire pour ne surtout pas se prendre au sérieux.

Note de fin : bien sûr, employer un Canon plus récent8, d’autres optiques, voire un de ces nouveaux bijoux numériques9 m’amuserait. Mais comme je n’au jamais cru au père Noël, je préfère me faire plaisir avec ce qui est à ma portée, cela m’évite de me faire des trous dans le dos…

À suivre…


  1. Après urbanbike | Le retour du M en 2015 

  2. Relire ce billet de 2014… urbanbike | Canon EOS M dans la poche | 1 

  3. Ça ressemble à la première photo de cet ancien billet urbanbike | Canon EOS M dans la poche | 3. Mes autres optiques sont dans un garde-meuble quelque part mais on s’habite assez vite à ne pas avoir le choix, à se contenter de ce que l’on a sous la main. 

  4. Á l’image de son propriétaire qui part également en morceaux…! 

  5. urbanbike | Abonnement ou pas, la vraie question reste la connexion à internet 

  6. Cet écran existe toujours, je l’ai simplement donné à mon fils qui en a besoin pour visualiser les images qui seront ajoutées dans le corps de sa thèse. 

  7. urbanbike | Reprise, publication…. Déjà heureux de ne pas m’être fait dépouiller, je préfère m’occuper de mes deux gamins plutôt que de dépenser le peu de liquidités dans du matériel qu’il faudra bien que je remplace un jour. Mais ceci est une autre histoire. 

  8. Caractéristiques et fonctionnalités - Canon EOS M6 - Canon France 

  9. Leica’s new Q2 has a 47-megapixel sensor - The Verge 

le 12/03/2019 à 22:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?