Urbanbike

Recherche | mode avancée

Château de Bonnelles | 2

Jamais bon de revenir sur certains lieux…

dans ailleurs | dans mon bocal | mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’avais écrit quelques lignes en 2007 sur le Château de Bonnelles. Puis en 2008, ce bâtiment a brûlé. J’en avais parlé ici, lors de la sortie du livre de Pierre-Henry Muller sur la Photographie HDR. De fait, les dernières photos de ce bâtiment, déjà en ruine mais encore restaurable à moindre coût, sont dans ce livre.

Hier, nous sommes allés voir notre ami François non loin de là. Ce dernier m’a prêté pour quelques semaines un catalogue original de Manufrance de 1951.

reduc-450

Pas une petite madeleine mais un quatre-quarts de souvenirs…!

Dans son bric-à-brac, il a même extirpé un moine, ce qui m’a permis d’illustrer avec cette pièce de cuivre faite pour recevoir une brique réfractaire cet autre billet urbanbike | Vivre avec des températures réduites…? | 2.

reduc-450

On est bien loin du thermostat Nest désormais en place chez nous.

Du coup, comme nous étions non loin de Bonnelles, j’ai emmené à sa demande ma fille sur place pour qu’elle découvre la chouette pension dans laquelle j’ai passé sept ans de ma vie avec quelques copains comme Marc M. ou Dominique P.… qui se reconnaîtront s’ils tombent sur ce texte.

reduc-450

Et, bien sûr, nous sommes arrivés devant les ruines, cette fois-ci calcinées, du château (ex. Charles de Foucault1), désormais entouré de pavillons2.

reduc-450

En terminale, j’étais dans en haut à droite dans une chambre sous la toiture. En bas à gauche, l’étude où il n’était pas question de parler3. Le bâtiment moderne en briques qui était à sa droite, avec force box à l’étage et salles de cours au rez-de-chaussée, a été rasé il y a longtemps.

Ma fille était surprise que l’on puisse balancer son gamin 7 ans de rang dans ce lieu en pension. Surtout en habitant à 20 minutes à voiture. Allez, il y a prescription.
Ma situation était moindre que celles de mes deux condisciples précités. Bref, on a jamais eu envie, les uns et les autres, de s’épancher sur ces années biiiiiiiiiiiiiiiiiip. Et je suis poli.

Je vous engage à parcourir un livre de Modiano pour vous remettre dans l’ambiance, De si braves garçons | Roman. Pas le même lieu (là, Jouy, à deux pas de Versailles) mais pas mieux.


  1. Lire aussi cette chronique : urbanbike | Chagrin d’école 

  2. Même Bullion à quelques kilomètres n’a plus grand chose avec à voir avec mes souvenirs même si je me suis repéré sans aucune difficulté. 

  3. La notion du travail collectif entre élèves ne les a jamais effleurés. 

le 06/12/2015 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?