Urbanbike

Recherche | mode avancée

Pourquoi je conduis — quand même — un méchant SUV ?

Accessoirement : comment perdre ses lecteurs…

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | usages
par Jean-Christophe Courte

Ces derniers mois, je lis des billets, humeurs, tweets rageurs à propos des SUV. Tout le monde a un avis définitif …en oubliant qu’il n’y a pas un unique usage de ce type de véhicule mais bien des tas (et que la géographie peut avoir une incidence notable).

Oui, ça ne sert pas qu’a déposer ses rejetons devant l’école…!

Etant piéton 97 % de mon temps, je n’apprécie pas plus que vous, lecteur, la désinvolture de certains conducteurs à notre égard. Et ce, quelque soit l’encombrement de leur véhicule (gros ou petit, sans distinction), j’exècre ceux qui font fi du code de la route et nous menacent physiquement par leurs manœuvres absurdes, masqués derrière les vitres teintées de leurs habitacles.

Car, en ce cas, pourquoi souhaiter n’interdire que les SUV ?!

En ce qui me concerne, les rares fois où j’ai été agressé en tant que piéton sur un passage piéton en ville, voire en tant que conducteur (…toujours en ville), ce n’était pas par des SUV !

…peut-être un problème d’éducation ?

En France, si je m’arrête pour laisser passer une personne âgée ou un gamin, je ne compte plus les coups de klaxon, voire les insultes ou gestes vulgaires au feu suivant !

En Espagne, c’est l’inverse : les véhicules s’arrêtent d’emblée pour vous laisser passer comme piéton (…mais vous engueuleront — à raison — si vous le faites hors des clous). Je peux vous dire que c’est très agréable de voir le code de la route1 respecté.

Mais je m’égare : ces dernières années, je suis avant tout un piéton à 97 % (…estimation au doigt mouillé).
Et un piéton qui prend parfois le bus si trop chargé ou si ses jambes ne tiennent plus.

reduc-450

  • Ce matin, le bus pour rejoindre mon vieux copain Thierry Seray…

Pour un petit pour-cent de mon temps, je me juche sur un vélo pour me rendre d’un point à un autre ou filer au marché.

Et les 2 % du temps qui reste ?

Je roule dans un méchant SUV.

Pourquoi pas un petit véhicule ?

Vous vous doutez que nombre de personnes refusent d’associer urbanbike à ça !
Et pourtant, même pas honte !

Certes, nous aurions pu acquérir un véhicule neuf, une petite citadine pas chère (…mais plus chère que notre véhicule de seconde main) ces dernières années. Sauf que non.

Le paradoxe réside dans nos usages.

La semaine, on ne roule pas. Mais dès que nous avons du temps libre, nous partons généralement à trois ou quatre et, souvent, chargés (…valises, meubles et même piano en Espagne) pour nous rendre ou revenir d’une destination éloignée.

reduc-450

  • Ici, départ de Salamanca (en ayant laissé nos sur-matelas qui étaient roulés à l’aller et, heuuuu, pas du tout encombrants)…

“Mais une petite citadine fait parfaitement l’affaire !”

Toujours pas.
Pour des raisons qui vont de l’envie de rester sur la chaussée lors d’un épisode météo violent2, un réel besoin de confort sur de très longues distances (…pas fan du mode sardines et buée) et les habituelles parenthèses sur routes défoncées ou disparues sous 15 cm d’eau.
Et, accessoirement, ne pas finir en mode puzzle en cas d’accident.

Bref, j’utilise un SUV, un vrai, un tatoué (!), de ceux qui tiennent sur la durée3.
L’actuel est un Jeep de 2005 qui tutoie les 300 000 kilomètres au compteur. Nous l’avons acquis d’occasions début de l’an passé et fait entièrement révisé par étapes.

Son empreinte écologique4 n’est plus (…à la louche) que le carbone5 qu’il relâche quand nous l’utilisons, c’est à dire pas grand chose vu notre faible kilométrage.

Oui, le train reste la meilleure alternative quand nous ne sommes pas chargés. Quant à l’avion, c’est non.

Et comme expliqué plus haut, hormis de rares courses de proximité6 (une fois par mois7…?), l’objectif est de couvrir de longues distances à plusieurs, non d’aller en voiture au supermarché à 400 mètres pour ne pas être mouillé au retour…!

Usage non urbain

En Espagne, ce Jeep8 nous a servi pour rejoindre des lieux éloignés (Salamanca est situé sur un plateau à 800 m d’altitude et il faut fréquemment franchir des cols9 localement, voire les Pyrénées pour revenir en France !).
Les villages de montagne comme La Alberca sont à une heure de route, les villes comme Valladolid ou Cáceres assez éloignées.

reduc-450

  • C’est un poil montagneux, le différentiel de température étonnant (des journées entre -4° et 22°) et peu de mitage urbain…

Si le réseau routier est en bon état, ça se gâte parfois quand on arrive à destination …au bout du bout de la Sierra.

Disposer d’un véhicule avec une large garde au sol nous a fréquemment tiré d’affaire, que ce soit dans le Queyras, dans les Marches en Italie et, bien entendu, au Portugal comme en Espagne.

Un jour la fin du voyage

Tout ceci prendra fin un de ces quatre.
Le jour où nous cesserons de nous balader, nous larguerons sans regrets la voiture.
Sauf que celle-ci aurait été utilisée, usée et connaîtra (…sauf accident) un nouveau propriétaire.

En attendant, ce Jeep devrait pouvoir effectuer — avec parcimonie — 150 000 kilomètres de plus (…nous, peut-être pas…!) et nous permettre de retourner en Italie, en Espagne mais aussi nous balader dans les Cévennes, etc.

Certes, c’est un choix que l’on peut contester, dénigrer mais c’est le notre.

Maintenant, libre à vous de me caser dans la catégorie des abomifreux pas écolos (…or, ça se discute, vous avez quelques arguments ici et là4), voire carrément cesser de lire Urbanbike… le (très) mal nommé du coup !


  1. Passage pour piétons en France 

  2. Nous ne nous sommes pas trouvés sous un épisode Cévenol cette année mais le souvenir de la A86 impraticable (nous étions les seuls sur la route à circuler sur la pente entre Vélizy et Versailles) pour cause de neige. Ou, vers Uzerche, la mémoire d’un passage de grêle inattendu associée à la pluie verglaçante. Ce sont des moments où l’on apprécie d’avoir conservé un méchant SUV. Et d’être arrivés à bon port. 

  3. urbanbike | Garder sa vieille voiture ? 

  4. urbanbike | Sortir du Diesel, de l’essence, du plastique, oui… 

  5. c’est mon côté facétieux… Une Tesla Model 3 générerait-elle plus de CO2 qu’une Mercedes diesel ? 

  6. De l’avantage de pouvoir faire ses courses avec un sac à dos et à pied. Ou un simple vélo avec un panier. 

  7. Pour mémoire, on peut être conducteur de SUV et ne pas se conduire comme un beauf. Si, si. 

  8. quitte à choisir, un modèle haut de gamme d’occasion vous permet de retrouver des options désormais en standard dans les citadines du jour. Mais à un coût, réparations comprises, nettement inférieur (…okay, sans garantie constructeur, etc.). Sans oublier l’aspect réellement écologique …même si cela peut sembler incompatible à première vue. 

  9. En 2019, des conditions météorologiques pas trop extrêmes contrairement au printemps 2018 ou actuellement mi-novembre. 

le 21/11/2019 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |