Urbanbike

Recherche | mode avancée

Réseaux sociaux et distraction…

Petit signe de vie au passage…

dans dans mon bocal | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

En ce moment, pour des tas d’excellentes raisons, je ne publie plus grand chose (en fait, rien…!).
Je passe mon temps à écouter des podcasts que j’avais mis de côté, redécouvre fréquemment car entendus d’une oreille distraite, lire mais essentiellement à regarder ce qui m’entoure.
Nous sommes sur la terre ferme quelques semaines1.

Hop, je déroule maladroitement mon sujet…
Le fait de prendre de la distance vis à vis de l’actualité, laisser de la place à une réflexion erratique et aux idées farfelues, réécouter une émission sans aucun enjeu d’urgence me procure une réelle forme de sérénité. Un calme idéal pour ne pas engorger la connexion entre mes derniers neurones…

reduc-450

Depuis une année (merci la pandémie), l’apprentissage de la flore qui nous entoure ci et là m’occupe.

Dans le Sud, pas besoin de filer sur la Sainte-Victoire, se balader dans les friches urbaines d’Aix-en-Provence au pied de notre pied-à-terre estudiantin offre une épatante biodiversité… manifestement ignorée vu le nombre de masques chirurgicaux que l’on peut également y recenser.

Je retrouve ici nombre d’espèces photographiées sur Belle-Île en mer.
Bref, je me suis trouvée une activité qui m’incite à marcher, fureter et m’arrêter, identifier. Et si le nom de l’espèce m’échappe à nouveau, prendre quelques clichés à des fins d’analyse.
L’application de PlantNet et son site sont rudement mis à contribution !

Premier point épatant, je ne perçois plus la nature comme un « joli » décor : je commence à (re) connaître ses habitants, avoir du plaisir à nettement moins les confondre !

Comme écrit un plus tôt, j’emploie une flore numérique accessible depuis mon iPhone, photographie avec ce dernier.

Bref, mes écrans font partie de ma vie au même titre que l’eau courante et l’électricité.

reduc-450

D’ailleurs, ce billet est écrit à la main sur Nebo avec un Pencil avant d’atterrir dans Drafts pour relecture et balisage !

J’en reviens (enfin !) au début de mon propos : cette attention sur des sujets qui m’intéressent est associée à un retrait progressif des réseaux sociaux, de leur sollicitation permanente.
Cela me permet de reprendre le cours de mes pensées (…à défaut d’idées !).

Sollicitations ? Quelles sollicitations…!

Ayant coupé progressivement les ponts avec FaceBook, puis Instagram.
Je ne garde un œil que sur Twitter.
Pas de notifications ou de mails d’avertissement, je m’y reconnecte sporadiquement, à mon rythme et selon mes envies.

Pas question de quitter l’oiseau bleu : avec mes fils RSS et nos rares abonnements (comme Courrier International), ce dispositif constitue mon fil d’informations…

Disposant de plusieurs comptes sur Twitter, je démarre parfois de brèves enfilades sur des sujets qui m’intéressent, le tout avec quelques copies d’écran si nécessaire. Et basta.

Hormis quelques interactions avec les copains, comme je n’ai rien à vendre, cette manière d’écrire me convient. J’ai viré IFTTT, basculé sur Signal et Threema en lieu et place de… WhatsApp qui ne cesse de changer de stratégie.

Corollaire : du temps disponible

Je me retrouve avec plus de temps disponible pour ma tribu. Bref, je pense avoir limité cette distraction continuelle engendrée par des informations basées sur l’émotion et l’indignation.
Une manière habile, adroite de nous occuper, d’aimanter notre attention et, de facto, de nous distraire de nos propres objectifs.

reduc-450

Comme vous êtes en train de lire ces lignes, prenez le temps d’écouter un podcast qui résumé fort bien mon point de vue… Ce que les pouvoirs gagnent à tout savoir de nos vies.
Si le propos vous a intéressé, abonnez-vous à cette série épatante produite par Xavier de La Porte.
Je pourrais élargir à d’autres émissions2 mais là n’est pas… le propos. Quoique !

Consommation minimale

Avec la possibilité de commencer à nouveau à circuler, nous n’avons pas eu l’envie d’aller boire un verre en terrasse. Plus l’envie de voyager et visiter des musées dont, en premier, le Soulages.

L’ouverture des commerces n’a pas été suivie d’une quelconque fièvre acheteuse, pas question de se laisser happer sous le fallacieux prétexte que la vie (laquelle…?) reprend avec l’arrivée efficace des vaccins.

Surpris de voir les queues (pour cause de jauge réduite) devant des boutiques de mode ou d’accessoires comme j’ai pu le constater avec ma fille à Aix-en-Provence. Notre type de consommation n’a pas varié, bien au contraire. Une année de confinement nous a appris à nous contenter du strict nécessaire.

Nous ne vivons pas pour autant comme des moines…! Hier, nous avons acquis une grammaire italienne papier en prévision de l’année universitaire à venir. Mais également d’une boite de graisse végétale Dubbin Everest Saphir pour nos chaussures de randonnée3, un sac à dos de 70 litres pour remplacer celui embarqué par notre fils aux USA…! Nos premiers achats sérieux depuis des mois

Nous sommes également entrés dans le magasin d’une grande chaine de vente de produits électro-ménagers… avant d’en ressortir quelques minutes plus tard, les mains vides ! À la réflexion, les deux produits dont nous envisagions l’acquisition nous ont semblé parfaitement inutiles.

Cela fait quelques années que l’on réduit le nombre d’objets, que l’on s’habitue ans difficulté à vivre avec peu de choses4, à user nos vêtements jusqu’à la trame.

Dans le même esprit et faute de trouver quelques pièces vestimentaires dans les boutiques à un coût raisonnable, j’ai fini par commander en ligne ce que je souhaitais sur le site du fabricant, des produits soldés5 car remplacés par de nouveaux modèles.

reduc-450

En terminant ce billet erratique, je me rends parfaitement compte que je suis/que nous sommes à côté de la plaque.
Aussi j’arrête là…!


  1. Mise en pratique : Après le confinement, vivre ailleurs…? 

  2. …comme Les pieds sur terre ou encore la Conversation scientifique… 

  3. Quitte à acheter une bonne paire de pompes de marche, autant l’entretenir, non…? 

  4. Un très bon produit, cher si besoin, plutôt qu’une collection de trucs séduisants mais, finalement, inutiles… 

  5. Et disponibles en grand nombre à ma taille (S), de l’intérêt de continuer à mon âge vénérable gainage et activité sportive ! 

le 29/05/2021 à 20:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |