Urbanbike

Recherche | mode avancée

Le “beau temps”, une notion à réviser ?

Météo, changement climatique, migrations…

dans architecture | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Test à la portée de toutes les oreilles : allumer la radio le matin, attendre l’annonce du bulletin météo1 : généralement, les pluies sont perçues comme des calamités2 alors que l’arrivée du soleil et de températures élevées sont unanimement saluées…!

Avec la situation étrange sur le plan météo que nous subissons depuis quelques mois (…et particulièrement depuis une semaine3), n’est-ce pas la période idéale4 pour réviser nos préjugés météorologiques ?

J’ajoute ce point de vue/citation du Süddeutsche Zeitung — lu en français dans l’épatant Courrier International — dont je partage totalement les conclusions à propos de l’architecture et de la manière de l’envisager :

On paie donc aujourd’hui le fait d’avoir oublié, depuis des décennies, l’art si simple de créer des espaces ombragés. Avant-toits en porte-à-faux, maisons en rangs serrés, murs épais, végétation pour faire de l’ombre, eau, panneaux pour couvrir la façade, dispositifs pour capter le vent et le rediriger afin de rafraîchir une pièce. Il n’y a rien de nouveau là-dedans. Les pays chauds font depuis longtemps preuve de beaucoup d’inventivité lorsqu’il s’agit de se protéger de la boule de feu là-haut.

Avec le réchauffement climatique qui s’accélère, je suis convaincu que nos critères vont changer (quoi que…!) et que l’on soit prochainement à la recherche d’un peu de fraîcheur, voire carrément de… mauvais temps, façon de parler.

Car certains événements extrêmes, conséquences du bétonnage des zones humides (l’artificialisation des sols), nous rappellent l’imprudence5 de certaines décisions. Je ne vous mets pas de photos récentes, vous les avez en tête…

Chaleur ou averses…? Les deux…

Depuis trois décennies, nous passions l’été en Bretagne6, amusés par nos amis qui nous vendaient le beau temps du Sud (là se trouve l’université de ma fille) en opposition aux averses bretonnes, synonyme de ciel plombé !

C’est le point sur lequel je souhaite apporter un iota de contraction…!
L’emploi même du terme beau temps m’intrigue.

J’aime les journées ensoleillées… à condition de pouvoir récupérer la nuit dans une atmosphère rafraîchie naturellement (sans clim).

Sur l’île où nous vivons maintenant, les tempêtes — de plus en plus fréquentes — entravent les liaisons maritimes l’hiver. S’il ne fait pas chaud l’été7, l’hiver reste doux. Certes, quelques flocons en décembre 2020 et même une jolie couche de neige dont nous avons profitée8 au début de février 2021.

Un oeil sur l’historique de la météo régionale nous donne à réfléchir…

Yoyo météo…

En mai 2019, nous étions à Tolède (en Espagne) et la température tutoyait tranquillement les 36°, ce qui rendait notre balade dans ce dédale urbain épuisante avec l’humidité dégagée par le Tage.

En 2019 donc, il faisait chaud en Espagne mais c’était supportable. Pourtant, il n’avait pas neigé à Salamanca comme l’hiver précédent, notre périple en Andalousie lors de la semaine sainte s’est déroulé sous des températures humainement supportables.

En regardant les cartes météo espagnoles de l’année en cours (2021), apparition de sacrés pics de chaleur, 46,5°9, peut-être dépassés depuis…

Ailleurs sur la planète, des pluies torrentielles10, des tornades, des averses de grêlons mais aussi des incendies gigantesques et cela n’a rien de réjouissant…

Il est temps d’ouvrir les yeux et d’accepter de reconnaître que ce léger dérèglement (sic !) n’est pas un épiphénomène, que ce chaos semble bien lié aux activités humaines… même si certains experts cathodiques prétendent le contraire en minorant les rapports du GIEC…

Rappel, nous sommes tous reliés par notre ADN…

Dernière conséquence, le ras-le-bol des populations qui n’auront plus d’autre choix que de se rappeler bruyamment au bon souvenir de leurs dirigeants…

À terme, les matraques ou les balles ne les arrêteront plus : une population désespérée n’a plus rien à perdre vu qu’elle a déjà tout perdu.

C’est ce que ne comprennent pas ceux qui ont peur des migrations, oubliant au passage que leurs propres parents (…à quelques générations) ont été eux-mêmes des… migrants.

Je vous incite fortement à parcourir le livre11 de Évelyne Heyer (Avec la collaboration de Xavier Müller), L’Odyssée des gènes (paru chez chez Flammarion), ouvrage qui devrait — si vous le lisez complètement (!) — rendre certains jugements à l’emporte-pièce nettement plus nuancés. Par exemple…

Il serait faux néanmoins de croire que tous les habitants d’Europe avaient la même apparence. La transition vers une peau claire s’est effectuée de façon asynchrone sur tout le continent. Une des deux mutations qui donnent une couleur de peau claire est estimée être apparue il y a environ 29 000 ans, potentiellement à l’est de l’Europe ou au Moyen-Orient, c’est-à-dire bien longtemps avant l’Homme de Cheddar et sa peau sombre ; de nouvelles recherches seront nécessaires pour mieux situer la zone géographique concernée.

Revenons au climat : indubitablement, nous allons voir de plus en plus de migrants climatiques.
D’ailleurs, accepteriez-vous de vivre dans des régions transformées en four ?! Non !

reduc-450

  • Encore une plage inaccessible …sauf encordé ou en bateau…

Alors se barrer sur Mars ou échapper au quotidien en filant dans une fusée12, comme dire…?!

À suivre (Billet démarré le 6 juillet, je note que je suis de plus en plus lent à rédiger… l’âge assurément !)…

Merci à Mickaël J. pour sa relecture attentive… Bref, le message est clair : “relis-toi” !!


  1. Même si je trouve que Marie-Pierre Planchon sur France-Inter nous propose des bulletins équilibrés…!! 

  2. Elles peuvent le devenir quand elles tombent en masse sur un sol asséché, les évènements dramatiques en Allemagne, Belgique et Luxembourg de juillet 2021 en sont une démonstration : Des inondations meurtrières frappent l’ouest de l’Allemagne 

  3. Japon, Allemagne, Belgique, Autriche, Luxembourg, Chine, Russie, USA, Brésil… En résumé, toute la planète… 

  4. L’Espagne enregistre des pics de chaleur ou L’Espagne aux prises avec une vague de chaleur étouffante - Sciences et Avenir 

  5. Oublier les recommandations des anciens tant en montagne qu’en bord de mer pour satisfaire la demande, réalisation de structures routières qui empêchent à certaines zones de culture de jouer un rôle tampon. 

  6. Nous avons même pris la parti d’y migrer dès 2018, l’île est notre port d’attache… 

  7. l’eau de l’océan est à l’avenant… 

  8. Se balader entre Port Coter et la crique du Pilor en empruntant non les sentiers côtiers mais les chemins vicinaux reste un formidable souvenir ! Et il est rare de relever - 3° ici. 

  9. Fin de semana con temperaturas extremas que pueden alcanzar los 44° | España | EL PAÍS et… “La máxima de julio está en 46º y la absoluta, en 46,5º, apenas cuatro décimas por debajo del récord de España, que lo ostenta Córdoba con 46,9º.”, je cite cet article : Viaje al epicentro de las temperaturas extremas, el valle del Guadalquivir: “No hay dolor, somos de Andújar” | España | EL PAÍS…! 

  10. Comme ici, en chine ou en Europe, excellent résumé ici : le Télégramme | Le bilan humain des inondations parmi les plus lourds des dernières décennies 

  11. Plus rapide, écouter le podcast de l’émission de Étienne Klein avec Évelyne Heyer “Quand l’ADN se lit comme un livre d’histoire” sur @radiofrance 

  12. Le fantastique est-il vain…? 

le 18/07/2021 à 14:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |