Urbanbike

Recherche | mode avancée

2021-10-11 | au passage…

Paul-Eu-Gazette style

dans voir
par Jean-Christophe Courte

Entre deux déambulations assorties de clichés pris au 13…

reduc-450

affordance.info: Navigation faciale. L’interface dans ta face.

Plus que jamais la société des visages dévisage. Nous sommes dans le World Wide Face. La question du visage (et de la reconnaissance faciale) demeure structurante et déterminante. Même si l’on nous promet que le calibrage des expressions restera stocké “en local”, derrière cette navigation faciale il y a bien sûr une nouvelle itération de la logique permettant de toujours mieux contrôler nos visages, nos identités, mais aussi nos humeurs et nos sentiments. Car si les navigations faciales élémentaires ne nous conviennent pas, ou si elles sont trop incommodes ou limitées, on peut, on devra c’est certain, en paramétrer d’autres, à notre guise. On décidera ici qu’un clin d’oeil gauche ouvrira une nouvelle fenêtre, qu’une bouche en cul de poule lancera une vidéo, que tirer la langue permettra de fermer une fenêtre. Chacun son visage. Et chaque partie du visage comme autant de boutons déclenchant des actions.

  • 2021-10-10 | affordance.info: Navigation faciale. L’interface dans ta face.
  • urbanbike : et quand tu as tes deux yeux qui divorcent, quelle sera l’arbitrage réalisé par le système ? Autant le suivi à l’iris (Un seul, l’œil dans l’œilleton !) pour un dispositif de prise de vue comme celui des hauts de gamme Canon me semble révolutionnaire ; autant grimacer devant son écran avec une caméra connectée (qui peut enregistrer un agacement voire qu’on se gratte le nez…!) me parait juste délirant…

Et si les Turcs avaient remporté la bataille de Lépante ?

Pendant les quatre heures qu’a duré le combat, près de 500 galères et environ 160 000 hommes se sont affrontés au large des côtes de la ville grecque de Naupacte (Lépante). Bilan : plus de 200 bateaux coulés, brûlés ou arraisonnés, 12 000 galériens espagnols libérés et quelque 46 000 combattants morts ou grièvement blessés, principalement du côté turc. Que se serait-il donc passé en cas de victoire de la Sublime Porte ? Cette question a toujours suscité un débat nourri entre historiens et analystes géopolitiques.

  • 2021-10-10 | Et si les Turcs avaient remporté la bataille de Lépante ?
  • urbanbike : uchronie intéressante qui me remet en mémoire celle développée dans « Civilizations », le livre de Laurent Binet où, en 1531, les Incas envahissent l’Europe…! Un extrait ? « Atahualpa écouta sans sourciller le discours de ce prêtre adipeux aux lèvres de femme, aux chaires molles et au regard torve, qui le présentait comme le sauveur de la foi catholique. Ce qui, en toute bonne foi, semblait quelque peu exagéré : non seulement l’Inca avait conquis la plus grande partie du Cinquième Quartier, ne laissant que la France, l’Angleterre et le Portugal hors du champ de ses ambitions territoriales, mais il avait privé Ferdinand de son Empire, et repoussé le roi catholique jusque dans son fief d’Autriche, seul et sans appui face à Soliman. » Bouquin jubilatoire…

reduc-450

« Spirou, l’espoir malgré tout (troisième partie) » d’Émile Bravo : la découverte de l’armée secrète

« C’est pas avec des enfants qu’on gagne la guerre », lui lance un Résistant qui cherche à récupérer des hommes en état de combattre pour grossir les rangs de l’armée secrète. « Non, mais si on les protège, ils peuvent construire la paix… », lui répond Spirou, qui voit au-delà de la guerre et du pragmatisme tactique.

« De la nourriture contre de l’alcool » au cœur de la Russie - Monde - Le Télégramme

Les incidents mortels liés à la consommation d’alcool frelaté ou de produits de substitution toxiques ne sont pas rares en Russie, un pays où 21 millions de personnes se trouvent sous le seuil de pauvreté. En 2016, plus de 60 personnes avaient trouvé la mort à Irkoutsk, en Sibérie, après avoir ingéré une huile de bain contrefaite à l’essence d’aubépine, qui contenait du méthanol toxique.

« Je n’aurais jamais dû embarquer » : quatre ans prisonnier d’un navire abandonné

Un calvaire actuellement vécu par un millier d’hommes dans le monde, selon le cabinet spécialisé Lloyd’s List. Coincés par l’impunité qui règne en haute mer, ils attendent, parfois des années, des nouvelles d’un armateur disparu leur ayant laissé la charge de vaisseaux souvent croulants… et lourdement endettés. Lorsque le propriétaire d’une compagnie en faillite décide de fermer sa société, les bateaux se retrouvent privés d’existence juridique. L’équipage est alors condamné à errer sans pouvoir être rapatrié, faute de papiers nécessaires au débarquement dans un pays étranger et de moyens suffisants pour payer leur retour dans leur pays d’origine. Pour la seule année 2020, Lloyd’s List relève 76 nouveaux cas d’abandon.

Les droits des jeunes filles sont en danger

Entre mars et décembre 2020, les mariages d’enfants ont pratiquement doublé par rapport à l’année précédente. Une tendance qui s’explique par la pauvreté galopante et la fermeture des écoles. Dès le début de la pandémie, les familles les plus pauvres ont perdu 60 % de leurs revenus. Marier les filles est devenu alors une solution pour sauver l’enfant et sa famille de la faim.

En parallèle de ces phénomènes de mariage précoce, une autre réalité vient assombrir l’avenir des jeunes filles : privées d’éducation par les fermetures scolaires liées à la pandémie, elles risquent d’être 11 millions à ne jamais retrouver les bancs de l’école. En restant à la maison, elles ont non seulement été davantage exposées à des violences physiques et psychologiques (mariages et grossesses précoces, mutilations génitales féminines, travail forcé…), mais elles se sont vu et se voient désormais confier, à leurs dépens, un rôle jugé incompatible avec un retour à l’école.

Moins de plastique au rayon fruits et légumes

Le calendrier est moins rapide que celui proposé par les associations de consommateurs et environnementales, lors de la consultation lancée par le Conseil national de l’alimentation à ce sujet. « Nous avions accueilli le projet de loi très favorablement, mais le décret en rogne l’ambition, relève Moïra Tourneur, responsable du plaidoyer au sein de l’association Zero Waste France. Sur certains produits, il aurait fallu aller plus vite : pourquoi attendre 2023 pour les pêches et nectarines, alors que le vrac représente déjà 73 % des ventes ? » Les organismes professionnels demandaient, eux, des délais plus longs que ceux fixés par le texte.

reduc-450

Les crues, une si vieille histoire

Emmanuel Garnier travaille sur ces thématiques dans « la perspective d’un retour d’expérience » pour contribuer à réduire l’exposition actuelle au risque. « On a fait fi de ces connaissances historiques à partir des années 1960 avec l’avènement de l’ère de l’ingénierie en France, estime-t-il. On a commis un péché d’orgueil en considérant que l’ingénieur, l’architecte et l’aménageur parviendraient à défier les éléments dans tous les cas de figure. »

  • 2021-10-11 | Les crues, une si vieille histoire
  • urbanbike : pêche d’orgueil pas qu’au bord des fleuves, l’aménagement des côtes est également un sacré problème…

Mort de Jean-Daniel Flaysakier, figure du journalisme médical

« J’ai fait un travail de journaliste avant tout, au sein d’une rédaction, et avec les règles qui s’appliquent à ce métier », avait-il raconté à l’époque au Quotidien du médecin. « Le fait d’être médecin, ça permet de décrypter l’actualité médicale un peu plus vite que le collègue, d’avoir un sens critique plus développé par rapport à ce que peuvent dire les experts et puis aussi d’avoir une curiosité à l’égard de sujets moins rebattus », avait poursuivi ce professionnel très à cheval sur l’éthique médicale comme journalistique.

Depuis, il collaborait avec l’Institut Gustave Roussy pour des actions de lutte contre le cancer du sein. Jean-Daniel Flaysakier, qui tenait le blog santé docteurjd.com, était aussi très actif sur Twitter, où il comptait près de 40 000 abonnés.

reduc-450

Pour finir sur une note plus gaie, c’est quand même pas mal de disposer d’un 77 mm qui tient dans une poche…

le 11/10/2021 à 18:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |