Urbanbike

Recherche | mode avancée

Adsl en rideau

Chez no(o)us et ailleurs

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

Entendu ce matin sur France-Info un court reportage sur les déboires de l’Adsl chez certains opérateurs alternatifs, les petites émeutes de clients mécontents devant leurs boutiques… Je me souviens que nous utilisions encore des modems en RTC il y a peu dans nombre de régions. Depuis près de 4 ans, les offres se sont multipliées, les débits genre 256/64 ont monté en puissance, 1024/256 Ko, 8 Mo/ 1 Mo et désormais on fleurte autour des 20 Mo en chargement… Sauf que tout ceci est théorique pour de simples raisons physiques. Si vous habitez près d’un central téléphonique, vous aurez de bien meilleures performances que celui éloigné à près de 4 kilomètres… Allez expliquer cela à un client mécontent…!
Mais en même temps, la nature même de l’utilisation de l’Adsl a changée… On est aussi passé du simple envoi de courriels à des recherches sur le Web, du téléphone IP… à la télévision. Pendant ce temps, les coûts ont baissé drastiquement et pour le prix d’une simple connexion de base, on peut désormais téléphoner indéfiniment ou choisir entre une centaines de programmes…

Là où cela commence à partir en vrille, c’est que l’usager professionnel sait d’expérience qu’à certains moments de la journée sa connexion chute… La faute à qui…? À l’opérateur qui n’a pas musclé suffisamment son DSLAM ou aux utilisateurs qui ont oublié que la télévision peut aussi se recevoir en hertzien ou via satellite…?!

Bref, cela ressemble étrangement aux fameux goulots d’étranglement de connexions que nous vivions en RTC…! Tout nous semblait alors logique et nos CalvaCom de l’époque multipliaient alors les modems dans leurs centraux pour satisfaire nos besoins. Mais nous savions le pourquoi des choses et avions la patience d’attendre ou d’anticiper ces problèmes en nous connectant plus tôt ou plus tard…!

L’Adsl s’est démocratisée et nous en profitons tous. Les nouveaux entrants souhaitent que le service fonctionne comme leur électricité ou leur adduction d’eau, sans coupures et à fond. Entre les promesses non tenues des opérateurs et les exigences des utilisateurs, il faudrait peut être simplement commencer par expliquer les technologies mises en œuvre, rappeler qu’elles sont en évolution comme en déploiement permanent et cesser surtout de prétendre que tout le monde peut se connecter à 20 heures sur la télévision à partir de la la même plaque ATM…!

Note de 16:00… Pierre Georges m’écrit pour ajouter cela :

Le reportage mentionnait aussi un autre point noir : le service client et la congestion des centres d’appels, chez noos notamment (mon FAI). Et là, ce sont les FAI qu’il faut éduquer ! Que les utilisateurs soient exagérément exigeants avec la techno, qu’on n’en pige pas toujours les tenants et les aboutissants (et surtout ces derniers), et tout le tralala, soit ; mais il est scandaleux d’attendre 10 mn ou plus (ils ont parlé d’une heure d’attente !!) pour avoir un interlocuteur. Sans compter qu’ils manquent souvent de bouteille, les zozos.

Pour ma part, j’ai appelé noos à plusieurs reprises ces temps derniers. Les filous ont trouvé un truc : ça décroche. Tu entends toutes les conversations des téléconseillers. Mais personne ne te parle. Chauffé à blanc par la (hem) musique d’attente en boucle, je te raconte pas comme je me suis énervé pour tenter - en vain - de me faire entendre, croyant à une erreur.
De tempérament persévérant, frisant l’obtus, j’ai recommencé - et trois fois, ça a décroché, en me laissant dans les limbes du centre d’appels…

image

Pas si éloigné, ce billet sur CUK…!

le 14/02/2007 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |