Urbanbike

Recherche | mode avancée

Handicap et construction | 7ème édition

Louis-Pierre Grosbois | architecte

dans architecture | dans mon bocal | lire
par Jean-Christophe Courte

400 pages tout rond sur un sujet bien particulier que l'on prétend toujours connaître sans prendre le temps de s'y intéresser pour de bon… Oui, le handicap, tout le monde en parle mais, curieusement, c'est fou comme tout le monde s'en fout…!! Comment ça ce n'est pas vrai…?! Quittez votre écran et jetez un tête dehors…!

Il suffit de constater les trottoirs crottés (le chien qui, sous le regard fuyant de son propriétaire, dépose son offrande en plein passage…!), les voitures mal garées au niveau des passages piétons (comment ça je gêne…?!), les motos et vélos attachées à la va-vite — quand ce ne sont pas des sacs poubelle ou des containers en plastique — qui oblitèrent la traversée des fauteuils roulants pour s'en convaincre.
Si vous avez des mômes en bas âge, déjà vous avez du vous énerver plus d'une fois en les emmenant en poussette… Souvenez-vous, quand vous protestez, c'était vous qui vous faisiez engueuler (du vécu…!).

Sauf que vous étiez là pour manœuvrer la poussette, que ce n'était pas à votre môme d'utiliser ses petits bras (!!) pour se sortir de ces situations embarrassantes…

Hors, en fauteuil roulant, c'est en solo généralement qu'il faut se débrouiller, que ces pièges fréquents deviennent vite insupportables au quotidien. Mais il n'y a pas que cela. Il y a les accès pensés pour les valides uniquement, les marches (…ou l'absence de rampe si vous préférez…). Et les toilettes…!

Je suis souvent effondré par l'état des toilettes pour handicapés quand je suis amené à y passer, moi heureux valide… Sérieusement, c'est souvent immonde quand il n'y a pas eu, en plus, un poil de vandalisme…! C'est sympa d'en rajouter une couche dans le parcours du combattant qu'est la circulation en fauteuil roulant…!

Je reviens au livre de Louis-Pierre Grosbois…
Grâce à lui, j'ai mieux cerné l'environnement d'une personne en fauteuil… Et découvert que pour aller faire ses besoins comme vous et moi, c'est pas une partie de plaisir que d'effectuer un transfert… Le transfert, c'est l'opération qui consiste à s'extraire de son fauteuil…
Il y a quatre types de transferts : frontal, latéral, perpendiculaire et dorsal. On oublie tout de suite le transfert frontal comme le dorsal. Sauf que, manifestement, certains architectes, aménageurs, etc. n'ont pas toujours conscience des difficultés, que les handicapés se retrouvent alors face à lieux qui sont littéralement "casse-gueule"… Effectuez un transfert latéral demande pas mal de vigilance mais le transfert dorsal, c'est Pinder sans filet…! À se demander si les heureux concepteurs de ces lieux foireux ont déjà vu une personne handicapé…? Un tour à l'hôpital de Garches est conseillé pour se remettre les idées en face.

Tout ceci est en train de changer au niveau européen. Depuis le 1er janvier 2007, les permis de construire doivent prendre cela en compte.

Bref, j'engage tout étudiant en architecture, tout aménageur, tout concepteur de salles de bains, tout installateur, architecte a lire avec soin ce livre. Mais cela ne suffit pas. Je propose très sérieusement, pendant les études d'architecture de passer 24 heures dans la peau d'un utilisateur de fauteuil roulant. Je n'ai pas été confronté à cette problématique pendant mes études d'achitecture et je le regrette bien. Il suffirait de disposer d'un fauteuil par unité pédagogique (école d'achi…) et de proposer une UV obligatoire qui consisterait à amener l'étudiant à circuler en fauteuil quelques temps puis, au terme de cette expérience, d'écrire un mémoire où il écrirait tout simplement ce qu'il a ressenti… Pas la peine de nous sortir des textes officiels, juste exprimer son ressenti. Je suis convaincu que cet exercice serait salutaire…

Bon, vous trouverez dans cette 7ème édition de Handicap et construction bien des réponses à vos questions qui, de puys, ne sont pas dédiés qu'aux handicapés mais aussi aux seniors… Si ce livre est remarquable, il y a quand même quelques points qui m'énervent… Un grand nombre des 400 dessins et photos semblent dater (euphémisme) et c'est un peu dommage pour un livre aussi pointu.

Sur le simple côté de l'iconographie photographique, on peut faire franchement mieux à l'heure de la photo numérique et obtenir des images moins bouchées et grises. Enfin, même si c'est très astucieux de mettre une jolie fille dans le fauteuil, certaines explications manquent de photos intermédiaires et s'avèrent un peu trop elliptiques… Notamment sur les transferts, justement. Pour une prochaine édition, merci d'ajouter des séquences en images de ces quatre modes de transfert, du plus crétin au plus pratique. Cela serait une démonstration plus efficace à défaut d'essayer soi-même ces opérations.

Bref, un bouquin à parcourir plusieurs fois et à conserver en mémoire pour tous les projets à venir… Cessons d'imaginer que les habitants d'un logement restent alertes toute leur vie, il n'y a que dans le monde de la publicité que cela se voit…! Et non, ils vieillissent aussi et se retrouvent physiquement diminués…!

Handicap et construction | 7ème édition

Conception et réalisation
Aménagements urbains, ERP, habitations, lieux de travail
Réalisations exemplaires françaises et internationales

Louis-Pierre Grosbois
Éditions du Moniteur
9782281113495 | 75 €

image caddie

image

À noter, sur un thème très proche, un autre livre (celui du dessous sur la photo), l'habitat des personnes âgées de Philippe Dehan et également paru au Moniteur. J'y reviendrais prochainement dans une autre chronique. 344 pages grand format qui traitent de 21 projets autour des logements adaptés comme des centres de soins Alzheimer entre autres…

Rappel : pour accéder à la liste des 816 chroniques de livres disponibles sur urbanbike, cliquez-ici…
Note(s) de lecteur(s)…

Noel, qui est à La Réunion, ajoute ceci :
En fait, il faudrait obligatoirement construire TOUS les logements (y compris les maisons individuelles) avec des normes d’accessibilité : largeur des portes 90 cm, baisser la hauteur des interrupteurs (pour les enfants aussi) , la largeur des couloirs, proscrire les marches pour passer sur la terrasse, sol et baignoire antidérapants. Prévoir dans les réseaux électriques la possibilité de mettre des lumières remplaçants la sonnette de la porte, etc…

Avantage : on peut à tout moment, même temporairement, être handicapé. Mais en plus, cela agrandirait le parc de logement pour que les personnes handicapées puissent acheter. Ça, c’est important. L’accès à la propriété, facilement et sans faire des travaux coûteux d'aménagement.

Le handicap ce n’est pas que physique, c’est aussi sensoriel (vue, ouïe), cognitif (retard mental ou maladie).

Un bouquin comme ça devrait être prescrit à tous les fonctionnaires ou assimilés des collectivités en charge de l’aménagement du territoire et du transport. C’est les mentalités qu’il faut changer en acceptant de faire participer les personnes handicapées dans les projets de développement des villes.

Merci Noël… Je partage cette idée simple, nous sommes tous des handicapés en puissance (ma cruralgie me l'a démontrée…!) et l'astuce qui consiste d'emblée à prévoir des installations opérationnelles à tous les stades de la vie est du simple bon sens…

le 04/02/2008 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |