Urbanbike

Recherche | mode avancée

La première enquête de Montalbano | Policier

Andrea Camilleri

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

Paru au format poche, ces trois premières enquêtes (sans meurtre faut-il le préciser) sont un régal… De fait, je les avais déjà lues il y a pas mal d'années mais certains détails ne me sont revenus qu'assez tardivement dans les intrigues, ce qui n'a en rien torpillé le fil implacable et drôle de chaque récit d'Andrea Camilleri…

Je tiens à saluer le boulot fabuleux du traducteur, Serge Quadruppani, qui arrive (j'imagine) à nous rendre les différents formes d'italien avec des constructions et des tournures de style qui me remettent en mémoire nos propres formes de patois… Bref, un exploit de rendre naturel à la fois l'italien stylé et le sicilien dans une traduction… Du coup, l'histoire se déroule sans peine avec des personnages qui crèvent la page… à défaut d'écran. Quel plaisir d'être happé par ces histoires, d'être baladé d'un endroit à l'autre pour suivre le cheminement du commissaire Montalbano…

Ces trois récits relatent les débuts de Montalbano et son arrivée à Vigàta, la ville imaginaire en bord de mer qui sert de toile de fond aux enquêtes du Commissaire. Entre ses problèmes sentimentaux, un appétit immodéré pour spécialités roboratives (sfincioni, rougets, cuddrironi, arancini, pâtes à la n'casciata, cannoli, cassates, panareddri à l'œuf…) qui donnent immédiatement d'aller partager ses repas, les descriptions urbaines et campagnardes, Montalbano devient vite un héros attachant dont les pièces du puzzle finissent par composer un portrait plutôt sympathique malgré quelques excès d'humeur noire…!

Bref, depuis la forme de l'eau et bien d'autres romans, Andrea Camilleri est en tête de mon panthéon policier…


La première enquête de Montalbano
Andrea Camilleri
Pocket
9782266166652 | 6,40 €

image caddie

image

À lire également sur urbanbike : Le tour de la bouéeLa peur de Montalbano

le 04/04/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |