Urbanbike

Recherche | mode avancée

11 novembre, commémoration du cochonnet

Ou avoir — littéralement — les boules…!

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

Suite…
J'aurais lu cela dans un roman, je ne serais fait la réflexion que l'auteur exagérait…
Non, non, cela arrive aussi dans la vraie vie…!

Or donc, lundi soir, nous avions tous les quatre (les enfants et nous) décidé de faire la grasse matinée… Déjà, samedi, nos voisins immédiats avaient fait la nouba jusqu'à 5 heures du matin — parents absents — après m'avoir promis de baisser le son vers 23 heures. Promesse non tenue et téléphone sur répondeur.
Bref, du sommeil en retard…

Sauf qu'à 7 heures du matin ce mardi, nous nous sommes fait réveiller par une série ininterrompue d'appels amplifiés par une sono vigoureuse sur les terrains de sport en limite de notre jardin…! Certes, pas de musique mais des messages réguliers de service pour informer, demander un arbitre sur tel terrain, préciser telle compétition, appeler telle équipe…
Et pour quelle cérémonie…? Mais pour une finale régionale de boulistes…

Bon, 15 minutes plus tard, nous étions tous habillés et un peu furax. J'en ai profité pour aller faire un tour et comprendre l'origine de certains bruits…! Le bouliste a pour habitude de frapper ses deux boules l'une contre l'autre, de s'échauffer en réalisant des lancers qui finissent par s'arrêter sur les planches qui séparent les terrains. Multipliez cela par 1200 participants…!

image

C'est toujours en cours au moment où je rédige ce billet, finale vers 22 heures si tout va bien… C'est dans ce cas là que j'ai envie de me mettre à l'hélicon

Mon fils tu as déjà soixante ans
Ta vieille maman sucre les fraises
On ne veut plus d'elle au trapèze
A toi de travailler il serait temps.
Moi, je veux jouer de l'hélicon
Pon pon pon pon

Texte de Boby Lapointe

le 11/11/2008 à 17:05 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |