Urbanbike

Recherche | mode avancée

12 mégapixels, un optimum…?

Akira Watanabe

dans groummphh | photographie
par Jean-Christophe Courte

Je ne connais pas Monsieur Akira Watanabe, l'un des responsables d'Olympus, mais j'ai lu avec beaucoup d'intérêt ce qu'il vient de déclarer ici. Bien évidemment, et cela n'a pas manqué, il y a des tas de personnes qui ont protesté et les dernières déclarations d'Olympus évoquent la sortie d'un 20 MP à moyen terme…

Et pourtant.
Je ne vais pas vous inviter à relire dans le détail les propos de Laurent Thion à propos du Nikon Dx3 sur urbanbike ni les miens, De 5 à 25 mégapixels, est-ce que cela rend la photo plus belle…? un an plus tôt…

Je ne disconviens pas de l'utilité de capteurs avec plus de pixels, mais je crois, comme Akira Watanabe, que le cap des 12 mégapixels est largement suffisant dans 99 % des cas en photo amateur ou semi-professionnelle.

Pour ma part (et cela n'engage que moi, CQFD), j'ai louché ces derniers temps vers le Canon 5D Mark II, pas tant pour ses généreux mégapixels que pour son mode vidéo intégré ou, plus prosaïquement, pour son dispositif anti-poussières. Certes, dans certains cas, disposer d'un peu plus de pixels pourrait m'être franchement utile mais je reconnais qu'une simple technique de recollement d'images permet de palier ce manque et de se constituer l'image souhaitée, si besoin est. Au prix d'un peu de travail, certes.

Bref, je rebondis sur les propos de Monsieur Watanabe et je ne suis pas loin de penser que l'on a atteint, depuis deux ou trois ans, un optimum certain pour un grand nombre de photographes. De fait, je regrette que Canon ne nous propose pas une version du 5D à prix réduit avec les deux ou trois trucs en plus dont disposent des boîtiers comme le 50D mais en conservant son capteur de 12 MP full frame amplement suffisant à mes besoins. À bien y réfléchir, malgré ses nombreuses qualités, le 5D Mark II et ses trois options de taille de RAW intégrés, c'est un poil trop de pixels pour mon usage…! Alors, certes, il reste le 1D Mark III et ses 10,1 MP…

De plus, on évoque toujours les mégapixels des boîtiers en oubliant de renverser les priorités. Même si ces mégapixels sont importants, il me semble, jusqu'à preuve du contraire, que ce sont les optiques employées qui font la différence. Or s'offrir un superbe boîtier et ne pas avoir le budget pour une seule bonne optique, c'est réellement du gâchis…! D'autant que, tant du côté de Canon que de fabricants d'optiques comme Zeiss qui propose ses cailloux sous diverses montures, certains produits — le Distagon 18mm de f/4 — peuvent faire saliver (1).

Bref, il serait peut être temps de revenir à une réflexion sur l'usage réel — et non fantasmé ! — des images capturées, usage qui oscille généralement entre publication en quadrichromie et Web. Or utiliser des mégapixels en pagaille, c'est aussi nettement plus de stockage comme des applications nettement plus gourmandes en ressources.

En résumé, 12 mégapixels pour photographier son bébé, son dernier voyage, ses exploits au ski, la communion du plus grand, n'est-ce pas un peu disproportionné…?! Bon, en même temps, c'est aussi cela qui fait avancer la recherche…!

20090307-IMG_0314_ub.jpg

En discutant avec des photographes, je reste néanmoins convaincu qu'il y a des usages qui m'échappent pour autant de pixels. Ainsi le point de vue anachronique de Richard Frances, le patron de lapetiteboutiquephoto.com, celui du photographe voyageur qui se balade avec seulement deux optiques, l'une dans la poche, l'autre sur son boîtier… En utilisant plus de mégapixels, l'idée est de voyager plus léger en compensant par recadrage une fois rentré (…il ne l'a pas exprimé ainsi exactement, c'est moi qui simplifie…!). À la réflexion, cela se tient bien, je reconnais que se balader avec plus de deux optiques en arpentant une ville comme Montepulciano ou Sienne, c'est vite épuisant !


1 : J'ai toujours cette optique sur un Contax RTS III mais si cela fonctionnait sur le 350D, ce n'est pas le cas sur le 5D du fait du miroir.

le 08/03/2009 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |