Urbanbike

Recherche | mode avancée

Sans laisser de trace | Polar

Joseph Finder

dans lire
par Jean-Christophe Courte

Je viens de lire ce billet signalé par aixtal et cela m’a bien épaté… Cela m’a remis en mémoire un polar que j’ai lu en août.

J’ai découvert Joseph Finder via deux excellents polars, Paranoïa (voir cette chronique sur urbanbike) et l’instinct du tueur (voir cette autre chronique sur urbanbike). J’ai moins aimé Company Man que j’a laissé de côté au bout d’une cinquantaine de pages, ce qui explique que je ne l’ai pas chroniqué. Cet été, je suis tombé sur Sans laisser de trace et je l’ai lu dans les 24 heures…

Le problème est que je ne me souviens plus (!!) de l’intrigue familial, filandreuse à souhait — à vrai dire, ce n’est pas cet aspect du roman qui m’a captivé et qui a, lui aussi, disparu sans laisser de trace (sic !) — mais j’ai, en revanche, été fort attiré par toutes les infos en marge sur cette compagnie de mercenaires (…Paladin dans l’ouvrage), une société militaire privée puissante et bien introduite au plus haut niveau du gouvernement Américain. En jeu, des contrats qui n’ont cessé de croître et une impunité exemplaire pour ses membres.

C’est d’ailleurs la grande force de Joseph Finder d’être bien renseigné. Sauf que, parfois, même avec de très bons ingrédients, on rate en partie la recette.

Bref, un enquêteur privé se retrouve en prise avec une société militaire privée alors qu’il recherche son frère et… Et la suite est les 540 pages de l’édition de poche. Ce qui est passionnant dans ce polar, ce sont les moyens et la détermination de ces entreprises (re sic) pour dissuader les personnes trop curieuses qui s’informent sur leurs activités… Bref, ça enquête, ça bastonne, investit, menace assez fermement. Et ça se termine par une action dans un camp d’entraînement qui ressemble, comme c’est étrange, à celui-ci.

Alors…? Si vous n’avez pas lu Paranoïa et l’instinct du tueur, commencez par ces deux-là… Sans laisser de trace se lit sans réel déplaisir même s’il m’est arrivé d’étouffer un bâillement… Bref, assemblage honnête, sans plus.

Sinon, je recommande en cette période de campagne électorale aux USA de lire ou relire Le bibliothécaire de Larry Beinhart

@urbanbike

Sans laisser de trace
Joseph Finder
Le livre de Poche — #32465
9782253162636 — 7,60 €
image caddie

le 04/09/2012 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |