Urbanbike

Recherche | mode avancée

FrameMaker, les clients et le XML

No migration

dans outils
par Jean-Christophe Courte

À MacDigit (ce papier a été écrite pour MacDigit), nous ne cessons de recevoir des e.mails de gens étonnés des décisions d’Adobe… J’imagine qu’à San José, ce bouillonnement passe inaperçu, les yeux restant rivés sur les ventes de CS… Pourtant, à la place des gens qui prennent ce genre de décision, je commencerais à m’interroger d’autant que la collection de témoignages accumulée ici même depuis quelques semaines ne concerne pas des clients lambas…
Tiens, aujourd’hui Francis Chauvet, pdg de DESK…

Et il n’est pas content non plus, Monsieur Chauvet…
Et du coup, le voici qui affûte quelques arguments dont le XML. Eh oui, sympathique lecteur, le XML n’est pas réservé au seul InDesign comme on pourrait le penser (ou essayer de nous le faire penser). Il se trouve que FrameMaker le supporte depuis longtemps

Hop, je laisse Francis s’exprimer :

Fidèle utilisateur, partenaire et fournisseur de la société Adobe concernant le produit FrameMaker nous voulions vous faire part de notre profond étonnement lorsque nous avons appris que la plateforme FrameMaker ne passerait pas prochainement dans l'environnement OS X.

Notre étonnement est d'autant plus important que cette plateforme s'est imposée aujourd'hui chez tous les grands éditeurs. Pour ce qui nous concerne nos donneurs d'ordres (HACHETTE, SEJER-EDITIS, de grandes administrations et ministère français, des organismes internationaux...) nous imposaient de travailler avec FrameMaker. Cette tendance était en train de s'amplifier avec le besoin "d'xmlisation" des données textuelles...

En effet cet état de fait est d'autant plus déplorable que FrameMaker 7.0 répondait parfaitement à cette incitation actuelle du marché ! Le monde l'édition est en train de prendre le virage du multi-plateformes : papier, cédérom et Internet via le XML. Nous avions là l'outil qui nous permettait de faire cette transition et donc votre volonté de ne pas le développer met en péril l'évolution même de nos métiers graphiques qui ne pourront plus ainsi répondre à la globalisation de l'information à laquelle nous assistons aujourd'hui.


Francis termine naturellement sur un couplet emploi et savoir-faire et vous avez remarqué que lui aussi bosse pour de tous petits clients.

Pour rire, je me dis que les gens chargés de faire les manuels d’utilisation des applications chez Adobe doivent à peu près tenir les mêmes discours à leurs patrons “adobiens”…
“Eh, les gars, faites pas les nazes, c’est nous qui faisons les manuels, les .pdf avec les hyperliens et les pages .html de l’aide. Déjà là, pour Photoshop, Illustrator, InDesign (si, si…), on a tout fait sous Classic pour éviter les problèmes sous Windows mais là, vous êtes sympas, vous ne pourriez pas nous faire une version OSX car ça craint un peu sinon. “

Toute similitude avec une situation réelle chez Adobe est évidemment fortuite !

le 14/01/2004 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |