Urbanbike

Recherche | mode avancée

À l’orée de 2014, nostalgie étrusque…

Hormis cela, santé, santé, santé…

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | mémoire
par Jean-Christophe Courte

Après une année en dents de scie (…qui, heureusement, ne m’a pas découpé en tranches…!), je nous souhaite de prendre le temps de vivre, de continuer à écarquiller les yeux sur ce qui nous entoure (…et pas exclusivement sur nos écrans…).

Pour le reste, il suffit de jeter un oeil sur les nouvelles du monde pour constater que la marche arrière est engagée… Tout ceci en se fondant sur des idées ou des textes qui sentent odieusement la naphtaline…

Je sors d’une exposition sur les étrusques au Musée Maillol - IXe au Ier siècle avant J.-C…

C’est en visitant une telle expo que l’on se rend compte que l’équilibre des valeurs féminines et masculines prônées chez les étrusques a pris un sérieux coup dans l’aile…!

@urbanbike

D’aucuns feraient mieux d’y réfléchir au lieu de bouter le feu à tout propos…

Encor s’il suffisait de quelques hécatombes
Pour qu’enfin tout changeât, qu’enfin tout s’arrangeât
Depuis tant de grands soirs que tant de têtes tombent
Au paradis sur terre on y serait déjà
Mais l’âge d’or sans cesse est remis aux calendes
Les dieux ont toujours soif, n’en ont jamais assez

Et de continuer à citer tonton Georges

Ô vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu ! laissez vivre les autres !
La vie est à peu près leur seul luxe ici bas
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante
Elle n’a pas besoin qu’on lui tienne la faux
Plus de danse macabre autour des échafauds !
Mourons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Bref, si vous êtes de passage à Paris, cette expo — À noter une application iPhone qui l’accompagne — peut vous intéresser. Tant pour la beauté de certaines pièces présentées…

@urbanbike

Ou constater que nombre d’objets fort pratiques, ici une louche en bronze, existaient déjà…

@urbanbike

Sans oublier une certaine liberté sexuelle allant de paire avec la place de la femme dans la société étrusque. Place qui dérangeaient les Grecs comme les Romains, ces derniers finissant par abattre la dernière cité étrusque, Orvieto, en 264 avant J.-C…

Imaginez que ce fut l’inverse…

Tous mes voeux, essentiellement ceux de bonne santé…!

le 31/12/2013 à 12:29 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |