Urbanbike

Recherche | mode avancée

nikkor 600mm | 4

600 mm : la nuit des longs... télés.

dans photographie | signé laurent
par Laurent Thion

image © urbanbike
D3s - ISO 800 - 1/6 - f/4

Voilà : le soir tombé, la fonction de réduction de vibration en mode "tripod" va enfin pouvoir servir. A priori prévu pour être utilisée sur la plage de temps de pose situés entre le 1/15 et 1 seconde, le système VR se contente "bêtement" de réduire au maximum toute vibration émanant du vent ou du trépied, sans chercher à détecter un quelconque mouvement volontaire de suivi du sujet. Mais ce n'est tout de même pas une raison pour ne pas chercher la meilleure solution "hardware" de stabilisation.

image © urbanbike
D3s - ISO 1600 - 1/3 - f/8

Tentative N°4 : la rotule micrométrique

image © urbanbike
Manfrotto 405

Puisqu'il n'est plus question de suivre quoi que ce soit, mais seulement de cadrer parfaitement, l'emploi d'un quatrième type de tête peut s'avérer judicieux (voir l'épisode précédent). J'ai opté pour le modèle micrométrique 405 de Manfrotto. Cette tête est la grande soeur de la 410 déjà évoquée dans ce billet et est sensiblement différente bien que fonctionnant sur la même principe de vis sans fin tournant autour d'un engrenage. Elle supporte une charge supérieure (7,5kg contre 5kg pour la 410), est munie de trois niveaux à bulle et est d'un maniement encore plus agréable, tout cela au prix d'un poids et d'un encombrement non négligeable.

image © urbanbike

L'avantage énorme de cette rotule est qu'il suffit de la régler et puis c'est tout. Pas de blocage qui modifie souvent le cadrage. Les molettes crantées permet le déplacement rapide (par débrayage de la vis par rapport à l'engrenage) et les embouts lisses assurent la rotation fine. C'est vraiment idéal lorsque la précision est absolument requise au niveau du cadrage et parfait avec une très longue focale.

image © urbanbike
D3s - ISO 200 - 1,5 sec. - f/8

Bon, la chasse aux vibrations reste ouverte toute la nuit. Même si le système VR de l'objectif fait, sinon des merveilles, au moins un excellent travail, il est nécessaire de s'octroyer un maximum de chances pour rapporter des images nettes.

VR et retardateur - utilisation conjointe du mode de temporisation du miroir

image © urbanbike

Chapitre dédié aux étourdis qui n'ont pas leur télécommande dan le sac. Utiliser le retardateur est effectivement une solution de dépannage, si l'on est pas trop exigeant sur l'instant précis du déclenchement.

Il existe sur les D3s un mode de déclenchement particulier, accessible via le menu d8 "temporisation miroir levé" qui décompose automatiquement en quatre phases la prise de vue, dès après une pression sur le déclencheur.
- 1 relevage du miroir
- 2 attente d'environ 1 seconde, le temps que les vibrations s'atténuent
- 3 ouverture de l'obturateur
...........temps de pose........
- 4 fermeture de l'obturateur et redescente du miroir

Ce mode est utilisable à toutes les vitesses d'obturation et lors de déclenchements avec une télécommande. Il est aussi compatible avec le mode de déclenchement par retardateur, car il opère à la fin du délai d'attente, juste avant la prise de vue proprement dite. Il est donc plus sûr d'employer ces deux modes conjointement vu qu'ils sont disponibles dans l'appareil.

Le système de réduction de vibration de l'objectif est alors actif dès la pression sur le déclencher, puis s'arrête rapidement pendant le décompte, pour se réactiver au moment effectif de la prise de vue. Ce n'est pas complètement idéal car le redémarrage des moteurs du stabilisateur s'effectue juste avant le déclenchement sans anticipation du mouvement à effectuer pour contrer les vibrations.

image © urbanbike
D3s - ISO 200 - 1sec. - f/8

VR et miroir relevé

image © urbanbike

Là, l'emploi d'une télécommande filaire, radio ou infrarouge est requis. Une première pression relève le miroir, et la seconde déclenche l'obturateur. C'est donc au photographe d'estimer le temps requis pour une atténuation correcte des vibrations. Le système de réduction des vibrations est alors actif sans interruption entre les deux pressions sur le déclencheur de la télécommande, puis pendant la prise de vue, ce qui augment considérablement les chances de récupérer des images sans flou de bougé.

Manfrotto 405 et panoramique

Non, ne vous fiez pas à ce titre parfaitement mensonger, la Manfrotto 405 n'est pas une tête panoramique au sens propre du terme, mais avec un 600mm, il ya pas mal de tolérance au niveau de la position de rotation de l'objectif. Si votre pied est bien à niveau, un balayage horizontal est possible. Le tout est de ne pas trop traîner en raison de la vitesse à laquelle bouge la lumière au crépuscule...

image © urbanbike
D3s - ISO 1600 - 1/4sec. - f/8 -> assemblage de 20 vues - cliquez dans l'image

Voici donc la fin de ces quelques retours d'expérience avec le nikkor 600mm f/4, essentiellement basés sur la problématique d'utilisation de différents supports existants.

Un dernier billet sera consacré au couplage 600mm - D3s, à quelques considérations sur le rendu optique de cet exceptionnel objectif et aux limites pratiques d'utilisation.

À suivre
Autres produits Nikon chroniqués par Laurent sur urbanbike…
Note de la rédaction : Laurent est l'auteur de deux livres de cas pratiques, le premier sur le Nikon D3 et le second sur le Nikon D300, deux ouvrages parus chez First.

le 17/05/2010 à 02:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Laurent Thion |