Urbanbike

Recherche | mode avancée

Un Nokia sinon rien…!

Un téléphone qui fait téléphone, quoi…

dans dans mon bocal | groummphh | mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Le vieux Nokia 1600 de ma compagne est tombé en rade à l’étranger. Pendant qu’elle rentrait de Gand, j’ai fait desimlocker celui de mon paternel, un 2310, que j’avais retrouvé sur un rayonnage dans la bibliothèque chez mes parents.

reduc-450

En arrivant de Belgique, j’ai récupéré la carte SIM grand format du Nokia en rade qui s’est ajustée sans problème dans son remplaçant, véhiculant au passage tous ses contacts.

Le temps de se faire repérer par le réseau, tout fonctionne. L’objectif est de tenir encore quelques années avec ce matériel rustique.

Mais pourquoi ne prend elle pas un iPhone ?

Si ma moitié est une grande utilisatrice d’iPad 2, un peu moins de notre MacBook Pro 17 pour son activité, elle souhaite simplement être joignable via un mobile. Pour le reste, elle exhume de son sac un plan imprimé des rues et lignes de métro de Paris .

Je me demande s’il n’y a pas une part de sagesse dans ce choix assumé.

En visitant mon tiroir des vieilleries, j’ai retrouvé mon premier Nokia fabriqué en Finlande, aussi long avec son antenne émergente que le iPhone 6s+ que j’utilise actuellement. Également un Nokia 8210 fabriqué en Finlande, les autres modèles précédemment cités étant montés en Hongrie.

reduc-450

Toujours dans ce tiroir, j’ai retrouvé un Sagem et un Doro à clapet également retrouvés chez les parents que je vais passer à mon copain broc.

Petite Madeleine, mon premier iPhone (le 3) que je remets en charge, histoire de.

Au bout de 10 minutes, il me demande mon code, me signale qu’il n’y a pas de SIM mais affiche le contenu tel qu’au début de 2013… quand ma fille l’utilisait encore.

Et je retrouve WriteRoom ainsi qu’une version du Larousse Pâtissier …qui fonctionne…!

reduc-450

Bref, une époque où tout prenait plus de temps, l’ouverture de son mobile, composer un numéro, accéder à son traitement de texte, etc.

Mais est-ce que nous nous en portions plus mal alors ?!

le 31/12/2015 à 12:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |