Urbanbike

Recherche | mode avancée

24 heures avec un Canon EOS 5D

Test 100 pour 100 subjectif

dans photographie
par Jean-Christophe Courte

image

Canon a eu la gentillesse de nous prêter un Canon EOS 5D. Pour ma part, je n'ai pas eu trop le temps de l'essayer (pas plus que le temps idéal pour l'essayer !) mais, en attendant le billet complet de Volker, quelques impressions… subjectives.
Tout d'abord un très beau boîtier mais d'emblée beaucoup plus gros et beaucoup plus lourd que mon Canon 350D en plastique véritable ! Alors, certes, on est face à un capteur plus volumineux qui permet d'utiliser ses optiques au rapport 1/1 mais je me suis habitué à avoir un petit reflex léger et peu encombrant. À noter une très agréable en main (même si c'est un peu juste pour les miennes qui ne sont pas énormes) et un magnifique écran de contrôle à l'arrière.

Alors ?…
Bon, je n'aime pas le poids de ce boîtier qui rappelle les gros argentiques d’antan (comprendre, il y a 3 ans !), l'interrupteur on/off en bas du dos sur lequel je me suis accroché pas mal de fois… Je me suis habitué sur le 350D à avoir tout concentré sur l'écran et sur le 5D, tout est divisé en deux : on a droit en plus à un écran LCD à côté du déclencheur comme sur le Kodak DCS 14n.
La molette n'est plus quadridirectionnelle mais permet simplement de dérouler les menus et de valider avec la partie centrale les choix dans les options. Bref, l'ergonomie du 350 D me semble plus concentrée et astucieuse. Mais c'est très subjectif, car, questions menus et options, on se retrouve vite, tout étant clair, organisé.
Pour en savoir plus, je vous renvoie sur les pages présentation et technique de ce boîtier sur le site de Canon.

Du coup, j'ai essayé le mode tout automatique, ce qui peut paraître un peu étonnant sur un appareil professionnel. Eh bien, j'ai été assez bluffé même si cela permet de générer que des .JPG… Les ingénieurs de chez Canon ont réussi, à mon avis, un truc assez épatant et j'ai photographié les mêmes scènes en automatique puis en mode P en réglant tranquillement moi-même… Bon, hormis réaliser un RAW évidemment plus soutenu en terme de chromie en mode P et donc ajustable, le mode tout automatique s'avère être une alternative étonnante. Je n'en ferais pas mon quotidien mais c'est à creuser…!

Côté images, nous sommes face à un capteur qui délivre 12,8 millions de pixels, ce qui donne une image de 4368 x 2912 pixels… Mais cela se paye en terme de poids. Un fichier .JPG, oscille entre 3,8 et 6 Mo. En RAW, on passe entre 11,5 et 16,4 Mo. De nouveau, le problème du stockage revient en force…
Les images sont douces et à 100 % dans Photoshop, on est étonné du piqué et de l'absence de bruit (j'ai quasiment fait toutes mes prises de vue à 400 ISO, le soleil étant absent de mon paysage…).

Bon, pour le reste, très polyvalent avec l'excellent EF 24-105 qui ouvre à 4, une optique avec un système de stabilisation de l'image qui s'est avère très efficace avec ce temps gris (mais attention, ce dispositif consomme aussi de l'énergie…). Je l'ai d'ailleurs essayé sur mon 350 D. A noter qu'il fait office d'objectif Macro dès une distance de 45 cm… Superbe. Mais 670 grammes à ajouter aux 810 grammes du 5D. À noter que le 350D ne pèse que 485 grammes !

Alors, alors ?
Alors, parfait. Boîtier très séduisant. Pourtant, cette différence de presque 5 MP génère plein d'interrogations. La carte CF de 1 Go est vite remplie, 4 Go semblent indispensables. Et pensez à vous offrir de nouveaux disques pour stocker vos précieuses vues. Il est vrai que l'on peut réduire la taille de l'image à 3168 x 2112 ou encore à 2496 x 1664 pixels, mais le jeu n'en vaut pas la chandelle…
Bon, à quand un 550D en plastique qui supporterait, au moins, mon 60 macro !

le 07/02/2006 à 07:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |