Urbanbike

Recherche | mode avancée

La mort du filtre papier (en Italie)

Ou, plus exactement, très nette victoire des capsules !

dans ailleurs | groummphh | usages | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

Avec, comme résultat, une bataille fratricide entre des fabricants qui proposent leurs capsules incompatibles d’une machine à une autre !

Dans l’un des gites que nous avons occupé quelques jours, deux boites de capsules (déca et Intense).

reduc-450

Et une machine pour les recevoir.

reduc-450

Ayant l’habitude du filtre Melita en papier, il nous a fallu un peu d’expérimentation pour utiliser cet instrument chaque matin. Si les propriétaires avaient vu large en terme de consommables, je n’ai pas résisté à l’idée de rechercher des capsules compatibles, histoire de remplacer ce que nous consommions.

Mission impossible

Manifestement, les loueurs devaient connaitre le résultat de nos recherches en nous proposant juste de régler un maigre pécule1 par capsule utilisée car ces dernières furent vaines !

En résumé, leur marque de cafetière à cartouches était quasiment inconnue des quelques enseignes que nous avons exploré dans les Marches, ce qui nous a permis de découvrir que d’autres marques au marketing agressif se tirent la bourre et trustent pratiquement les rayons.

reduc-450

Mais également qu’au pays de l’expresso et du cappuccino, les filtres papier vont bientôt finir au musée des arts et traditions populaires !

C’est seulement dans une plus grande surface à 10 kilomètres de notre point de chute (…attention, information non représentative à manipuler avec des pincettes…) que nous avons dégoté deux paquets de filtres papier. Que nous n’avons pas acheté de plus…!

reduc-450

Car, si nous avons bien fini par trouver un paquet de filtres papier, la recherche d’un porte-filtre comme d’une cafetière basique pour ces mêmes filtres — là, juste pour voir — n’a strictement rien donnée ! D’ailleurs les vendeurs des divers magasins étaient amusés par notre recherche.

Bon, pas encore de souci pour les paquets de café moulus. Mais eux-mêmes sont largement dominés en rayon par des boîtes de cartouches2 avec mise en avant de tel ou tel dispositif censé produire le meilleur nectar !

En rentrant at home avec le paquet de café de 250 grammes bio acheté la première semaine de notre périple, j’ai retrouvé le plaisir de faire couler le premier matin un large pot d’arabica pour remplir quatre bols…!

reduc-450

Mais la question reste d’actualité, est-ce que nous allons subir (ou non) cette invasion des machines à capsules ? Je crains bien que oui ! De plus la prochaine fête des pères (…plus la fête des commerçants…) devrait être encore une bonne occasion de fourguer ces dernières. Or un rapide calcul du prix au kilo démontre vite que ce n’est pas le consommateur qui est gagnant…!

Côté écologique, c’est loin d’être gagné.

Dernier point, un autre aspect à ne pas négliger est l’après consommation. Chaque jour, notre filtre papier rempli d’une mouture de café éthiopien finit sa course dans le composteur du jardin, chose impossible avec ces cartouches.

Ça va sans dire mais c’est mieux de le rappeler.


  1. …du coup, nous avons laissé en monnaie le montant de notre consommation en quittant notre havre. 

  2. Je fais un parallèle avec les cartouches des imprimantes, HP versus Epson ou Canon. Incompatibilité et une fois une machine acquise, un peu coincé pour changer de… saveur. 

le 11/06/2017 à 15:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |