Urbanbike

Recherche | mode avancée

Arnaques et petits vieux | 2

Carte de paiement avec photo, idée utile ?! Ou pas…

dans vieillir
par Jean-Christophe Courte

Prolongement des billets urbanbike | Arnaques et petits vieux et urbanbike | Votre carte bleue sans contact intéresse les malandrins ! entre autres… Tant que l’on a pas été confronté à de telles histoires, tout peut sembler abracadabrantesque

Dans une vie antérieure, il fallait se rendre à la banque et récupérer de l’argent liquide qui finissait sous un matelas ou dans une boite en metal. Ou utiliser des chèques, CQFD. Désormais, c’est hyper plus simple avec une carte de retrait ou une carte de paiement. Sauf quand ce n’est pas toujours le principal intéressé qui l’emploie !

L’emprunt discret (—pour ne pas dire sous influence) de la carte de paiement d’une personne diminuée (maladie, vieillesse, voire les deux) est un classique.

Avec le RFID, cela ouvre la porte à d’autres petits arrangements, à des escrocs qui lâcheront la carte vite fait après quelques emplettes : il suffit de présenter la carte, la transaction — heureusement au montant plafonné — s’effectue et le commerçant ne l’a pas réellement vue. Enfin, juste en mouvement au-dessus du lecteur RFID. Hop, c’est validé, au suivant…

Un visuel pour réduire quelques fraudes…?

Mais sans cette nouvelle technique, les abus (…mot un peu trop gentil) sont légion. Surtout quand les malandrins ont obtenu carte et code.

La victime est souvent vulnérable voire isolée1, déconnectée. Quant à se plaindre, que faire quand les filous sont dans la place ? Ajoutez une pincée de sévices comme la privation de nourriture (…déguisée sous l’apparence d’un indispensable régime…) et un contrôle des faits et gestes, du téléphone2 même.

Muni donc de la carte et du code, tous les excès sont possibles et sont rarement contrôlés.

Certes, un peu d’IA bancaire pourrait noter le changement notable de consommation (sic…!) depuis l’arrivée des nouveaux amis mais il faudra encore quelques années pour que cela devienne une priorité ! Pendant ce temps là…

Question à ce propos : combien de fois de fois votre carte de crédit a-t-elle été contrôlée ces derniers mois ?! Dans mon cas, jamais…

L’un des moyens de limiter un peu des usages inappropriés serait (idée à lak…) de placer une photo récente de l’utilisateur sur cette carte délivrée par sa banque. Et habituer les commerçants à simplement vérifier si l’utilisateur ressemble au cliché… Pas gagné…!!

Sauf que lorsque les commandes se font par internet, plus de contrôle ! Certains chargés de clientèle (…j’en salue quelques uns au passage avec qui nous avons évoqué ces problèmes) dans les banques le voient. Essayent parfois de freiner la mise en place de banque en ligne quand ils décèlent bien qu’il y a un loup (…c’est le cas de le dire…!). Mais quand la victime — accompagnée de ses nouveaux amis — le demande, on fait comment ?!

J’ai récemment eu une discussion sur la consommation et les usages de carte avec la responsable d’un magasin bio aux produits souvent onéreux. La victime a souvent réellement besoin de quelques produits. Mais ses proches complètent (!!) la commande avec leurs propres envies. À l’arrivée, des sommes élevées surtout avec des produits de santé.

Car il ne faut pas se persuader hâtivement que cette délinquance est réservée à une tranche d’âge (…des d’jeuns boutonneux ou des gens qui ne sont pas de chez nous3…) ou à des territoires donnés ! Non, non, ça se pratique aussi dans les beaux quartiers, là où les victimes ont des ressources justement…

Vous seriez épatés de découvrir que ce petit retraité souriant et serviable ou ce couple qui présente si bien (…et qui parle anglais) sont, de fait, de parfaits salopards.

Super vendeur de sa propre image

Bref, combien de fois faudra-il le dire : l’habit ne fait pas le moine. Porter un costard ou une jupe plissée n’est pas signe d’une parfaite respectabilité…! Si vous le pensez, héhé, rien…

La force du manipulateur est d’afficher un profil passe partout, une histoire lisse. Et même évoquer ses enfants pour mieux intriguer (…qui tombent de l’armoire quand ils découvrent la réalité), une vie professionnelle à priori respectable4.

Bref, le manipulateur a un seul produit à vendre : lui…! Et c’est parce qu’il a su si bien se vendre qu’il a obtenu… l’usage de la carte de paiement.

En résumé, avoir sur une carte de crédit la photo de son propriétaire pourrait éviter (…ne nous leurrons pas !) certains abus tellement énormes, culottés que la simple présence de ce cliché aurait pu jouer le rôle du grain5 de sable. Je rêve…

Car expliquer que l’on a pas ses papiers sur soi est une chose6 mais quand la photo démontre clairement que le possesseur de la carte n’a pas l’âge ou la physionomie de celui qui la présente, comment dire !

Vigilance

Pour finir : sans sombrer dans une méfiance extrême (quoi que…!), nous avons tous été témoins de situations bizarres, étranges. Et entendus des explications capilotractées pour les évacuer…! Par timidité ou par principe (chacun chez soi…), pourquoi n’avons nous pas mis les pieds dans le plat ?

Sans vouloir nous défausser, sachez que ces remarques de bon sens7 de notre part auraient été exploitées par les manipulateurs !

Ajout suite à quelques infos reçues : l’idée de placer la photo du titulaire du compte a été évoquée avant d’être abandonnée par les banques, les clients interrogés y voyaient une forme d’ingérence…! Ensuite, autre point que j’avais oublié, les commerçants disposent d’une garantie de paiement si carte bancaire (donc rien à battre). Enfin, quand le GIE CB a été constitué, l’idée de la photo a définitivement disparue. Voilà, voilà… Preuve que je suis naïf…

À suivre…


  1. C’est d’ailleurs une technique utilisée pour prendre l’ascendant, réduire les contacts avec les proches sous des prétextes divers, là aussi, il y a matière à raconter. 

  2. Ah, désolé il/elle dort (…se repose, est sous la douche, etc.) 

  3. Rien à voir mais j’ai apprécié ce simple rappel sur l’ADN… C’est court mais c’est à diffuser et à garder en mémoire… Pas une découverte dans mon cas vu l’éparpillement de mes origines… 

  4. Pourtant, en creusant un peu, certaines coïncidences (comme des “accidents” de gérance…!) sont révélateurs ! Et plus encore si l’on interroge les témoins de l’époque (compliqué mais amusant, genre l’ex. beau-frère, etc.). Mais quand vous discutez avec les manipulateurs, souvenez-vous qu’ils se présentent toujours au départ comme des victimes…! 

  5. Mais il faut également des vendeurs formés à ces agissements. 

  6. Ah, l’art de raconter une histoire avec aplomb…! Sans ciller, des impros dignes de l’Actor Studio… 

  7. Si, si… 

le 24/06/2017 à 20:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |