Urbanbike

Recherche | mode avancée

Autisme | l’iPad, entre autres…

Une excellente aide, oui ; la solution, non…

dans autisme | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Que l’on ne s’y méprenne pas. Bien sûr que l’iPad est une tablette fantastique pour les mômes qui ont des problèmes. Pas mal de billets ces derniers jours — celui relayé par futoshita (merci…) ou celui-ci — sur l’emploi du iPad pour les enfants autistes, par exemple.

Sur un iPad, pas besoin de maîtriser l’orientation de la souris pour aller cliquer sur le bon bouton, etc. C’est direct, la main, le doigt va immédiatement tapoter sur la bonne réponse, la bonne couleur.

Mieux encore, l’iPad ne se fatigue jamais contrairement à des parents harassés par leur journée de boulot. L’enfant peut revenir cent fois sur le métier, rejouer à nouveau la même séquence, etc.

Or pour ces gamins là, au risque de me répéter (humour…), c’est indispensable. Inutile de penser les raisonner, leur mode de progression passe par ces routines qu’il faut – le moins possible – contrarier.

Mais cela ne suffit pas.

Comme je l’avais écrit il a quelques années, mon ami Lukino nous avait indiqué alors ToboClic de chez Milan Press. Et naturellement, nous sommes ensuite passés à MobiClic.

Dans ces cas précis, ces deux publications demandaient (demandent toujours…) une machine traditionnelle supportant Flash, un lecteur de Cd-ROM et une souris.

La qualité des contenus de ces publications mérite d’être souligné. Je le dis car je suis certain (!!) que l’on va bien finir un de ces quatre par tomber sur un contrôleur de gestion qui va démontrer que ce n’est pas assez rentable, ignorant totalement l’apport fabuleux de ces créations pour ces enfants différents.

En effet, nous sommes ici loin des contenus bêtas (…je modère mes termes) de certains jeux éducatifs qui n’ont d’éducatifs que le nom. Décervelants serait plus adapté.

Qu’est-ce que j’en sais ? Nous les avons testés également et rapidement dégagés pour cause de “biiiiiiiiip”…!

D’autant que ces mômes là sont bien plus affutés que le pensent les experts et parfaitement capables de faire le distinguo entre une simple soupe de pixels sans âme (pas de noms mais ceux qui vous sont venus spontanément à l’esprit sont également dans mon collimateur…!) et une histoire correctement, intelligemment construite.

Sans oublier l’importance des voix : que c’est bon d’entendre de vraies voix d’adultes qui articulent, ne boulent pas leur texte. Sans oublier les accompagnements musicaux de qualité.

@urbanbike

C’est pourquoi j’aurais tendance à pousser les éditeurs de ces deux publications à réfléchir, un de ces quatre, à convertir, basculer, proposer nombre de leurs histoires sous la forme d’applications pour iPad. Bref, à anticiper la fin des galettes numériques et de Flash.

J’avoue que retrouver ces produits sur tablette serait un sacré plus en cette année où l’autisme est devenue grande cause nationale. Remarquez que j’arrive à écrire cela sans rire.

Enfin, c’est surtout aux parents à s’investir, à partager, à jouer, à anticiper, à provoquer. Et à être patients, complices, présents.

N’attendez rien de votre entourage (sic !). Je n’aurais pas la cruauté de rentrer dans les détails. Je préfère rappeler que ce combat des enfants et de leurs parents est solitaire mais qu’il faut que ces derniers fassent confiance aux premiers. Tout le temps…!

Que d’avoir un môme ainsi catalogué va vous permettre de vous rendre compte que vous êtes seuls (re sic !) et que votre propre bon sens – bien plus que les avis éclairés – devrait vous permettre d’écarter les solutions a priori  les plus évidentes, allant de soi, recommandées, etc.

Bref, ne lâchez rien.

Il n’y a pas de happy end, de solutions miracle. Juste des progressions que l’on peut mesurer au fil des années.

Pour finir, mettre un enfant différent dans un collège est une sacrée épreuve pour lui. Avoir de très bons résultats n’est pas le meilleur moyen d’avoir des copains ! C’est pourquoi votre présence quotidienne reste nettement plus indispensable qu’un iPad.

En résumé, le iPad, oui. Cent fois, oui.

Mais la pièce essentielle du dispositif, c’est vous ! On ne vous avait pas dit que c’était un job à plein temps ?!

Note : pour les lecteurs à la compréhension difficile, j’adore ce job qui nous est tombé dessus, il y a bientôt 15 ans. Que du bonheur…! comme disent les d’jeuns…

le 11/02/2012 à 15:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |