Urbanbike

Recherche | mode avancée

Bref passage à… | Bologne

Trop bref passage même dans cette cité universitaire

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit (et suivra si j’en ai encore le courage…) n’est pas un guide de voyage, juste une série de billets en partage avec quelques clichés pour l’ambiance…!

Notre hébergement chez notre sympathique Sicilien francophone (!) ne proposant pas de petit-déjeuner1, nous sommes partis tôt le dimanche matin pour rejoindre tranquillement Bologne, ville distante2 de 14 kilomètres.

reduc-450

Mais un dimanche matin, 25 minutes ont suffit pour nous rendre Piazza VIII Agosto dans un vaste parking sous-terrain près du centre. La circulation est réglementée après cette place et c’est fort agréable pour visiter la ville.

reduc-450

Grand choix de cafés en sortant du parking et en empruntant la Via dell’Indipendenza mais nous avons opté pour la solution la plus simple, le MacDo (!) occupé à cette heure par les cantonniers et dans une chouette ambiance (des serveurs rieurs, je vous assure que ça change la vie et vous met de bonne humeur… C’est aussi cette bonne humeur qui nous donnerait envie de nous installer en Italie !).

Nous avons ensuite démarré une balade de plus de 18000 pas en flânant le nez au vent et en descendant vers la Basilica di San Petronio.

Notre méthode empirique est, en gros, de visualiser sur une carte la topographie de la ville avant de la visiter, mémoriser les points principaux autour de tel bâtiment ou telle place. Et puis faire confiance aux événements…! Car une fois que l’on possède a minima la structure de la ville, la déambulation est apaisée ! Et, en cas de doute, un coup d’oeil dans MAPS.ME sans besoin de connexion internet permet de se réorienter.

reduc-450

  • Et merci à Moves qui conserve la mémoire de cette déambulation erratique (à droite).

Découvrir cette ville en quelques heures ? Je vous engage à parcourir cette page sur Bologne — Wikipédia pour vous rendre compte de l’ampleur du projet ! Impossible !

Turin que nous connaissons de mieux en mieux nous réserve à chaque fois passage de nouvelles surprises. Alors, que ce soit Parme, Ferrare ou Bologne, ce sont des villes qu’il faut appréhender en sachant qu’une semaine ne suffira pas, idem pour Sienne ou Venise. Et que dire de Paris ou Lyon ! De plus, s’enfiler toutes les curiosités touristiques à la chaîne peut provoquer une rapide saturation !

reduc-450

La ville est dense, sur ses gardes (pas mal de présence militaire du fait des risques d’attentat), assez sale parfois (le propre des quartiers étudiants et des rues de la soif !). Mais à chaque coin de rue, porte cochère, série d’arcades, de belles surprises.

reduc-450

De plus il y a des passages comme le Corte Isolani qui permettent de passer à pied d’une voie à une autre. Patios, jardins secrets, verrières et, souvent, la possibilité de prendre un rafraîchissement mérité.

Quelques photos disponibles sur Photager comme d’habitude.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Bref, le peu que nous avons vu est bourré de petites chapelles (l’ensemble en terre cuite dans l’église Santa Maria della Vita…), de musées, de bâtiments épatants comme la Loggia dei Mercanti ou la Torre Garisenda qui, elle, penche méchamment. Et, souvent, de réels chefs d’œuvres comme dans l’ensemble formé autour de Santo Stefano.

reduc-450

Pour le midi, nous sommes tombés sur un restaurant de pâtes3 épatant (rime riche à nouveau !).

reduc-450

Puis poursuivi nos investigations urbanistiques. Vu la hauteur du mercure, même en marchant sous les arcades (quel plaisir d’éviter ainsi la morsure du soleil !), nous nous sommes réfugiés au frais dans les musées ! Plus exactement à la Pinacoteca nazionale di Bologna.

reduc-450

Je ne vais pas revenir sur la pietonisation des villes, la restriction de la circulation automobile mais c’est aussi ce que je tire de ce dernier voyage. Manifestement, c’est possible. Quant au vélo, bravo aux italiens, quelque soit leur âge, de le pratiquer sans crainte dans ces quartiers qui échappent peu à peu à la voiture.

Le reste vous appartient, le but de ce billet, comme les précédents, est de vous inciter à envisager quelques excursions en Italie. Mais également à prendre le temps de vous arrêter sur une terrasse, à regarder tout en dégustant un Spritz ou un Cappuccino.

reduc-450

En résumé, il nous/me faudra revenir à Bologne ! Il reste des kilomètres de rues, plein de quartiers à découvrir en flânant comme dans toutes les villes que nous avons parcourues !
Aussi, quand j’entends dans une réunion quelqu’un qui déclare qu’il a fait telle ville, tel pays, je préfère m’éclipser au lieu de le provoquer abruptement !

À suivre…


  1. lire urbanbike | Bref passage à… | Ferrare 

  2. Ce que nous avons découvert le lendemain lundi en quittant cet hébergement pour filer vers la région des Marches, c’est la circulation infernale en semaine car diablement embouteillée…! Du coup, notre envie de repasse quelques heures avant de rejoindre notre destination s’est muée en recherche de l’entrée d’autoroute et direction Pesaro

  3. Sfogliarina - Pasta fresca dal 1963 | Casalecchio di Reno (Bologna) Home 

le 08/07/2017 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |