Urbanbike

Recherche | mode avancée

Bref passage à… | Ferrare

La belle provinciale à deux pas de Bologne

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit (et suivra si j’en ai toujours le courage…) n’est pas un guide de voyage, juste une série de billets en partage…!

Après avoir quitté Parme le matin, nous sommes arrivés assez tôt dans notre hébergement entre Bologne et Ferrare.

Bon, l’autoroute entre Parme et Bologne un samedi requiert une attention toute particulière tant la conduite devient… sportive. Pour mémoire, ne pas attendre d’information des clignotants, ce sont des éléments décoratifs.

En arrivant à Bologne avant de filer vers Ferrare, nous sommes tombés sur de splendides bouchons dus aux départs du week-end en direction de la mer adriatique !

Le propriétaire du gite suivant1 avait accepté, la veille par courriel, que nous arrivions dans la matinée avec le seul objectif de laisser nos bagages.

Sur place, nous avons découvert un sicilien adorable parlant un excellent français, drôle, disponible, nous conseillant les parkings pour les deux villes qui nous intéressaient.

Nanti des clés numériques (portail extérieur, accès bâtiment et chambre) pour notre hébergement, nous avons suivi ses conseils et commencé par nous rendre à Ferrare.

reduc-450

Je n’insiste pas suffisamment sur l’importance de TomTom GO Mobile mais dans le dédale des petites routes de campagne, ce n’est pas un luxe de se laisser guider jusqu’à l’entrée de la vieille ville.

Aucune inquiétude particulière dans l’espace de stationnement en plein soleil hormis la certitude qu’un panneau sur le toit serait bien pratique.

La seule précaution est juste de ne pas oublier son ticket dans la voiture.

Comme il était quasi midi, nous avons cherché (et trouvé) un petit restaurant2 au bout de 10 minutes et… fameux. Une des caractéristiques est qu’il possède deux entrées sur deux voies distinctes.

Arriver tôt n’est pas une mauvaise idée, les tables se sont très vite remplies et la qualité de la nourriture expliquait cette effervescence ! Une serveuse adorable parlant un peu français nous a éclairé sur les plats du jour. Les fleurs de courge farcies au fromage étaient divines.

À noter qu’il est rare de trouver en Italie des gens qui font la gueule lors du service ! Du coup, tout se déroule généralement bien. C’est également à nous de poser dos questions et d’être souriants et curieux. Sinon, autant rester chez soi !

Lestés, nous sommes partis à la découverte de la ville par une température torride ! Comme les rues sont souvent doublées par des ruelles (ce qui explique la double entrée du restaurant), l’astuce est de les emprunter pour circuler à l’ombre !

Quelques photos disponibles sur Photager comme d’habitude

Cette ville est à parcourir ainsi, à pied. Si vous êtes vélo, sachez que c’est parfaitement adapté…!

reduc-450

15 200 pas et quelques heures plus tard, nous sommes rentrés épuisés mais en ayant pris deux fois le temps de nous hydrater, les terrasses à l’ombre (et leurs tentations…) sont nombreuses. C’est également le moment, en silence, de prendre le pouls de la ville mais aussi des habitants…

Bien entendu, pas mal de lieux fermés ou en travaux à cette saison mais ville à revoir par une température plus clémente que les 28° affichés lors de notre passage !

Puis 40 kilomètres retour pour revenir à notre piaule dont on a apprécié les moustiquaires aux fenêtres ! Comme les chambres de cet hébergement disposent de minis cuisines, C’est aussi un point pratique à prendre en compte pour faire quelques courses de première nécessité sur le chemin.

reduc-450

À suivre…


  1. Alle Scuole, abordable et sans options comme table d’hôte ou petit déjeuner, village à deux kilomètres et, de facto, café et station service 

  2. il mandolino 

le 27/06/2017 à 10:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |