Urbanbike

Recherche | mode avancée

Bref passage à | Pesaro

Pesaro mucho ? Tampoco…

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

(rappel) Ce qui suit (et suivra si j’en ai encore le courage…) n’est pas un guide de voyage, juste une série de billets en partage avec quelques clichés pour l’ambiance…!

reduc-450

Nous pensions passer de nouveau quelques heures dans la matinée à Bologne mais, nous retrouvant dès huit heures du matin dans les bouchons et à la demande générale, je modifia aussi sec au premier feu rouge notre destination sur mon TomTom pour regagner fissa l’autoroute…!

Le petit déjeuner comme le plein de notre carrosse se firent sur une aire d’autoroute et nous arrivâmes rapidement aux abords de Pesaro avant de nous rendre dans la vieille ville et trouver (si, si…!) une place à l’ombre.

reduc-450

Autant le dire de suite quitte à se faire insulter, nous ne lui avons pas trouvé un charme exceptionnel même si nous sommes passés devant la maison de Gioachino Rossini.

reduc-450

Bien entendu, quelques siècles auparavant, cela devait être nettement plus agréable ! Néanmoins, la présence de de l’adriatique, une ambiance estivale et pas mal de vélos rendent l’ensemble agréable, les voitures étant minoritaires.

reduc-450

Et puis, nous avons poursuivi notre route jusqu’à la mer…

reduc-450

C’est en arrivant en bord de mer que l’envie de hurler contre ceux qui ont contribué à défigurer le littoral par manque de réflexion urbanistique se fait pressante.

reduc-450

Mais, s’il n’y avait que là !

reduc-450

Bon, cet exemple de tour (?) déjà à l’abandon (…ou c’est bien imité) juste à deux pas de ce chouette exemple d’architecture de villégiature est… frappant ! Et à deux pas du rivage…

reduc-450

Ensuite, j’avoue ne pas saisir le concept de plage publique et de plage privée vu qu’à la fin tout le monde finit par barboter dans la même soupe salé !

reduc-450

La topographie de ces lieux s’y prête. En allant vers Fano plus au sud sur cette rive adriatique, ce sont des kilomètres de plage longées par une voie de chemin de fer clôturée1 pour éviter le passage des estivants, elle-même doublée par la route bordée de places de parking et, au-delà, les collines.

reduc-450

Notre escale fut assurément bien trop brève pour apprécier totalement ce centre ville (…en travaux, le bruit des marteaux piqueurs en plus…) mais nous avions rendez-vous avec notre prochaine destination dans les Marches et du chemin à avaler avant de nous installer2 pour une courte semaine.

À suivre…

reduc-450

  • Juste cette note photographique qui illustre ma phobie des balcons…

  1. avec toutes les centaines de mètres, un passage souterrain… 

  2. À un kilomètre de Acqualagna, Villa degli Orti Cagli | Le Marche 

le 11/07/2017 à 14:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |