Urbanbike

Recherche | mode avancée

Ceci n’est pas un test d’Editorial

Il a déjà été écrit et magistralement de plus !

dans écrire | outils
par Jean-Christophe Courte

I remember one day, back in February, I was going back home from the hospital, and my mom was driving. I found a piece of news that I needed to post, and I quickly did so with Editorial. When I was done and the news-induced adrenaline rush was over, I realized that I wrote, edited, and published an article in a few minutes from my car using an iPad, and I thought that was pretty amazing.

For the past 8 months, I have been writing for MacStories primarily from my iPad with Editorial. I’ve enjoyed it more than my Mac.

Federico termine son très très long billet sur Editorial par ces mots. Très long billet car il décortique l'usage des snippets dans ce produit et, surtout, en livre un grand nombre que nous pouvons tous charger et modifier sur nos propres iPads.

J'avoue avoir été dubitatif dans l'apres-midi du 15 août, juste avant la sortie officielle de l'application. J'ai même raillé dans un tweet sa citation sur le site web de l'application avant même publication de l'article complet et de l'app tant cela me paraissait énorme.

Et énorme, ça l'est en définitive !

Après avoir hésité à dépenser encore 5 euros pour un nième traitement de texte Markdown alors que Ulysses III et Daedalus touch me satisfont entièrement, j'ai fini par charger l'app.

La puissance du bazar n'apparaît pas de suite même si on apprend très vite à maîtriser la barre additionnelle et à glisser son doigt dessus pour déplacer le curseur situé dans la saisie.

Et très vite, on est intrigué par la première touche sombre, la seconde étant celle de l'annulation. La possibilité d'avoir une série de macros utiles et assez faciles à gérer avec les éléments disponibles lors de leur édition. Avec un appel d'exécution ou non, etc.

Bref, très vite on découvre que sous ces options de base se cachent bien d'autres choses dont une incroyable usine à se créer des macros nettement (!) plus sophistiquées et dont les arcanes sont développées dans l'article cité en premier.

Alors, je ne vais certainement pas rentrer dans les détails de cette partie-ci, n'ayant pas les compétences requises (de l'avantage d'avoir lu le principe de Peter et de le mettre en application au quotidien !).

Mais qu'est-ce que ça change dans mon activité de rédacteur occasionnel ?

  • La Prévisualisation en cours du gras, italique et gras italique, etc.
  • l'accès à une Prévisualisation plus précisé sans les balises si je le souhaite
  • la possibilité de le créer (ou de récupérer) des bouts de code pour simplifier ma saisie (genre, note en bas de page1)
  • la reconnaissance de tous les équivalents de TextExpander (excusez du peu !)
  • bref, ne plus se sentir contraint aux seules options de base de l'app car possibilité d'ajouter un bout de code indispensable pour réaliser un truc particulier
  • sans oublier que ces actions peuvent se retrouver visibles sous le nom de votre document.
  • un lien vers DropBox, etc.

Bien entendu, export vers Mail, transformation en HTML, etc.

Mais ceci est l'écume de l'application qui permet sur le plan éditorial de lier des pages. Et surtout d'éditer plus facilement des pans entiers de ce que vous écrivez.

N'ayant pas le recul des huit mois d'utilisation d'un expert comme Federico qui l'emploie pour la rédaction de ces billets sur son iPad …(il a fait le pari du tout iPad et c'est impressionnant), j'y reviendrais mais je tiens simplement à vous signaler que cela demande de mettre les doigts sur les touches et pas mal de recul pour bien saisir la petite révolution (sic !) qui continue autour de Markdown et des options éditoriales.

Il est clair également que les développeurs concurrents ne vont pas en rester là et proposer des options parfois plus simples (et je les en remercie d'avance) pour rendre ces outils plus accessibles à des non Geeks !


  1. Un module écrit par Federico et que vous pouvez télécharger dans votre propre version d'Editorial 

le 16/08/2013 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |