Urbanbike

Recherche | mode avancée

Écrire sur iPad : Nebo et Drafts tiennent la corde en 2017

Avec un stylet, CQFD !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Tiens, tiens, il y avait longtemps…! J’ai profité des vacances de fin d’année pour tester à nouveau tous les produits de traitement de texte dont je dispose. Et j’ai simplement modifié ma manière de procéder après avoir testé de fond en comble (j’exagère…!) la dernière version de Nebo.
Attention, ce qui suit me convient mais chacun réagira selon ses besoins et sa vue car Nebo implique quand même d’écrire assez petit, ce qui n’est pas très confortable pour certains utilisateurs (dont je fais partie, mais j’arrive encore à me contraindre) qui se tournent du coup, vers Stylus développé par le même éditeur mais avec un taux de reconnaissance plus faible que Nebo.

Pour ma part, je suis de plus en plus conquis même si je déplore l’absence de ce mode nuit que je retrouve alors dans Drafts.

Peu à peu, je me retrouve à démarrer mes écrits dans Nebo en employant le Pencil vendu par Apple.

j’écris au long court sans me préoccuper de la reconnaissance qui est de plus en plus fine, quitte à biffer ce qui est foireux à la relecture.

reduc-450

Une fois ce premier long “jet” écrit, je vérifie grossièrement si Nebo s’en sort correctement puis j’exporte le texte “nu” vers Drafts comme annoncé plus tôt.

Je reprends ce texte ensuite en le balisant en markdown. Mode nuit activé mais, selon l’heure, je bascule vers la pointe silencieuse1 du Wacom Bamboo.

reduc-450

Ce changement d’outil me permet de repérer mes erreurs de saisie généralement, mais aussi de glisser quelques notes en bas de page2. Et, loin d’être inutile, de redécouvrir le texte car désormais affiché sous une autre forme.

Enfin, toujours depuis Drafts, je conserve mes habitudes d’export vers Editorial, Day One ou Ulysses.

En résumé, rien n’a réellement chargé, c’est simplement Nebo qui s’est invité en tête de mon dispositif de rédaction sur iPad Pro avec son épatante capacité à me comprendre (…en terme de calligraphie, CQFD), ce qui ne marque jamais de me surprendre !


  1. Sans dédaigner le clavier d’Apple ou de SwiftKey. 

  2. mais aussi de corriger mes apostrophes droites, ajouter des insécables avant certains signes de ponctuation, etc. 

le 05/01/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |