Urbanbike

Recherche | mode avancée

Fin 2016 : Stylus + Drafts, encore et toujours

Le retour de l‘écriture manuscrite

dans dans mon bocal | écrire | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Même si je publie moins, cela ne m’empêche pas d’écrire quotidiennement. Et essentiellement sur l‘iPad au calme. Parfois cela se déroule la nuit quand l‘insomnie me gagne.

Certes, l’usage régulier de Castro: Podcast Player pour m’enquiller une série de podcasts en accéléré est une manière astucieuse de préparer ma nuit, reposer mes yeux. Et m’endormir.

Malheureusement j’ouvre fréquemment un œil vers deux heures du matin. Rester sous la couette est mon unique vœu dans une atmosphère à 15° …sauf que des idées — plus sottes que grenues — affluent, trotinent, s’installent et finissent par me réveiller complètement.

Le temps d’arranger en silence une montagne d’oreillers pour soutenir mon dos, récupérer l’iPad puis lancer Drafts en mode nuit, me voilà prêt à griffonner quelques notes …à la main.

Pas question de réveiller ma compagne… j’ai d’ailleurs laissé de coté l’Apple Pencil qui est, certes, remarquable mais bruyant au contact de l’écran.

Du coup, la nuit, je lui préfère, dressé sur sa patte de caoutchouc (!), mon vieux Bamboo Wacom de première génération qui glisse sans bruit, lui, sur la surface de ma tablette.

Je sélectionne MyScript Stylus - Handwriting Keyboard et j’écris, je calligraphie, laissant à ce clavier le soin de reconnaitre mon écriture et la transformer en caractères d’imprimerie.

C’est phénoménal (fenomenal comme le prononce à l’espagnol ma fille…!), ma plume se balade en bas de l’écran sans que j’ai à me soucier d’afficher tel ou tel clavier. J’écris…

Je ne sais si cela est propre à la dernière beta de iOS, à mon patient travail sur mon écriture mais le taux de reconnaissance approche désormais les 99%.

Bref, pas de touches, juste ce bamboo qui court sans bruit. Et votre serviteur qui dessine à grands traits sa calamiteuse calligraphie, espace largement ses mots…

La fin de l’année approche à grands pas dans une atmosphère de fin du monde chargée de particules sournoises. Je ne sais si nous allons tous (!) survivre à cette déferlante de polluants. Au cas où vous auriez l’opportunité de rester chez vous au lieu d’encombrer la chaussée au volant de votre véhicule, pensez à essayer ce qui, à mes yeux (et surtout …à ma main droite), est assurément la plus épatante révolution de l‘année 2016.

Mon sentiment n’a pas dévié d’un iota sur ce plan ! Que ce soit avec Drafts la plupart du temps, avec Ulysses, iA Writer sur iPad ou encore MyScript Nebo (…associé alors au Pencil pour le coup), retrouver le plaisir de la calligraphie, se passer du clavier me procure un immense plaisir.

Je sais fort bien que ce sentiment est loin d’être partagé, l’usage du clavier naturel pour nombre de mes connaissances. Mais, tant pis, j’aime écrire avec, coincé entre trois doigts, ce petit tube nommé tour à tour crayon, stylo, stylet…!

Comme je l’ai souligné naguère, je suis surpris du peu d’écho consacré à ce dispositif. Et, inversement, amusé par celle offerte à des technologies que l’on risque de passer par pertes et fracas d’ici trois matins.

Mais en même temps, n’est-il pas déjà trop tard, la calligraphie semble appartenir au vieux monde, n’a manifestement pas l’aura de la modernité. Circonstance aggravante, tout le monde peut s’emparer de cette “technologie” dès lors qu’il sait écrire ! Mais commander ses lampes de chevet depuis son iPhone, lister les nouveaux emojis, ça c’est nettement plus …moderne !

J’attends avec impatience la version 2 de Stylus qui devrait débouler en 2017 comme me l’avait soufflé l’un de ses développeurs, une version disposant d’une partie du code de Nebo. Et donc proposant une reconnaissance plus fine.

Pour le moment, j’aligne les lettres, les mots, les phrases avec Stylus sans m’épuiser, je retrouve le plaisir de noircir des kilomètres de lignes en… dessinant !

De l’autre côté de l’atlantique, certains souhaitent cesser définitivement l’enseignement de l’écriture manuscrite et préfèrent réduire les jeunes générations au seul apprentissage des subtilités du clavier… c’est ballot car c’est tirer un trait sur la motricité fine qui sert pour écrire, dessiner mais pas que…

À force de retirer aux individus nombre de tâches qui sont aussi synonymes de plaisir, tuer tout ce qui ressemble à de la créativité non productive, ne penser le monde que du point de vue de la consommation, ne soyons pas surpris par le nivellement qui s’étend.

Tout comme cuisiner des produits frais au lieu de réchauffer des barquettes, j’ai du plaisir à calligraphier mes lettres, quitte à passer pour l’un des derniers mohicans.

Oui, je renâcle à passer sous les foudres caudines. Mais qui se souvient de cet événement lointain à l’heure de la prolifération de fausses informations !

Bref, chacun fait comme il lui plait…

le 12/12/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |