Urbanbike

Recherche | mode avancée

Griffonner versus Nebo sous iPad

Quelques notes ou de longs paragraphes ?

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par JChris d'Urbanbike

Je poursuis mes petites humeurs à chaud à propos de la sortie de Griffonner (…que j’ai nommé Griffonnage ce matin)…
Sans prendre position pour l’un des dispositifs : à la réflexion/usage, je conserve les deux…!

  • Griffonner pour… griffonner un message, une remarque, compléter l’info d’un rendez-vous…
  • Nebo pour les textes au long cours qui nécessitent d’être fréquemment amendés, malaxés, travaillés.

Sur ce dernier point (longs textes), la solution proposée par Apple est limitée. Leur reconnaissance d’écriture n’est pas en cause, c’est plus l’usage sporadique de Griffonner qui est à considérer.

Ce dernier permet bien (si, si !) de griffonner une phrase, un long paragraphe, quelques remarques.

Bien entendu, en s’appliquant, on peut parfaitement écrire un long billet (…comme le précédent à propos de Griffonner) mais sans disposer de la souplesse de Nebo qui offre (…pour l’instant) une réactivité supérieure et une plus grande aisance dans l’écriture…

Cela s’explique aisément vu que Nebo conserve à l’écran notre graphie sans la convertir immédiatement, sans temps d’attente comme le fait… Griffonner.

reduc-450

C’est cette absence notable de conversion et le fait de disposer — comme sur un cahier papier ou un carnet… papier — de lignes (…dont l’espacement est ajustable, j’ose le rappeler…!) qui permettent de conserver une vue d’ensemble et, surtout, de ne pas hacher votre saisie manuscrite.

Associez à cela une gestuelle encore plus simple (…à mes yeux) pour biffer, découper, insérer, modifier le texte.

Hormis le fait que Nebo reste une application à part entière (pour la centième fois, je regrette de ne pas retrouver quelques bribes de cette technologie sous n’importe quelle application comme feu Stylus), on écrit dans la continuité (j’allais ajouter dans l’urgence pour faire genre…!) comme on le fait sur du papier.

La conversion peut attendre bien qu’elle apparaisse au-dessus du texte calligraphié pour les derniers mots rédigées.

Il est clair que je m’attendais à plus d’options dans Griffonner et, même si j’ai été agréablement surpris ce matin notamment avec la prise en compte des équivalents du remplacement de texte, le compte n’y est pas trop quand on a l’habitude d’écrire à la main de très (trop…?!) longs feuillets.

À ce titre, Nebo offre un confort incomparable pour amender, ajouter ou biffer des segments de texte.

Je me répète : on agit sur le texte calligraphié et non converti en caractères d’imprimerie… même si l’on peut parfaitement opter pour une approche différente et convertir régulièrement ce qui a été écrit.

À vous de voir mais il me semble qu’il n’y a pas à choisir l’un ou l’autre : on les utilisera dans des contextes différents.

En résumé…

J’apprécie le concept de page infinie et calligraphiée de Nebo, j’apprécie de… ne pas attendre que mon écriture soit reconnue puis transformée en une succession de caractères.
J’apprécie également de tout convertir en une seule opération (…ou pas…!) avant d’être exporté vers une autre application comme, ici, dans Drafts.

reduc-450

Bref, nous avons la chance épatante de disposer de deux solutions d’écriture manuscrite sur iPad.
À vous de vous en emparer.

Bien entendu, cette première saisie est ensuite triturée et balisée en Markdown dans un traitement de texte mais l’essentiel du premier jet quasi ininterrompu est bien là…

le 05/02/2021 à 15:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à JChris d'Urbanbike |