Urbanbike

Recherche | mode avancée

La fabrique de pipeaux fonctionne à pleins tubes…

Infos bidonnées : une pratique désormais tendance

dans dans mon bocal | groummphh | lire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Billet de mauvaise humeur (…trois fois mis à jour)…

La désinformation ne date pas d’hier et reste un magnifique outil pour tous ceux qui souhaitent séduire l’opinion et les consciences ! Ces derniers mois, nous avons tous vu à l’œuvre la redoutable efficacité de ce dispositif… À force de RT (retweeter…) n’importe quoi, les vessies sont devenues lanternes. Et ont pris le pouvoir… La suite en 2017, dès la mi-janvier par exemple…

Avant de croire n’importe quoi, le bon sens est évidemment de vérifier si ce que que l’on a envie de valider d’un simple clic est …solide.

Ce n’est pas parce qu’une information va dans le sens que nous aimerions… qu’elle est vraie ! Pas plus parce qu’elle est publiée qu’elle devient digne de foi !

La rumeur bidonnée joue sur quelques mécanismes simples dont notre refus d’accepter ce qui nous embarrasse, ce qui va à l’encontre de ce que l’on tient pour une certitude1 ou ce qui heurte nos convictions !

Nous avons tous envie d’approuver ce qui nous arrange sans prendre le temps de vérifier l’authenticité de ce qui s’affiche sous notre nez. En tant qu’auteur de ces lignes, je me dois de reconnaître (…et commenter) des faits qui vont à l’encontre de ce que je croyais vrai. Tant pis pour les désillusions que cela entraine, tant pis si cela casse l’image que j’ai de telle personne, tel événement, produit…! Je peux juste amortir le trouble que cela me cause, voire digérer une éventuelle contrariété…! Puis prendre définitivement en compte l’information brute et non ce que j’aurais souhaité qu’elle soit…!

Malheureusement, nous avons tendance à approuver sans réserves des infos qui renforcent ce à quoi nous croyons, sans appliquer un filtre de prudence, voire effectuer un minimum de recoupements des sources pour ne pas nous aveugler.

Bref, plus que jamais, il est nécessaire de soupeser, vérifier à notre modeste échelle les alertes insolites ou rumeurs fabriquées avant de les relayer. En gardant toujours à l’esprit cette remarque d’un expert, un certain Joseph Goebbels : “plus le mensonge est gros, plus il passe”… Et comment…!

Reconsidérer toute information n’est ni inutile, ni contraignante, c’est quasiment à prendre comme un jeu, au même titre que celui d’identifier les spams parmi les nombreux messages que nous recevons par courriel…!

Bref à nous d’affûter notre regard, renforcer notre réflexion critique, en discuter avec autrui au besoin2, vérifier les sources… si elles existent !

Et éviter — a contrario — de mettre systématiquement en doute toutes les informations des journaux ! Un mix entre plusieurs sources d’informations reconnues n’est pas inutile. On peut parfaitement ne pas être d’accord avec la ligne éditoriale d’un canard et reconnaître qu’il est réalisé par des professionnels qui, quand ils se trompent, peuvent même corriger, démentir. Une démarche à l’opposée des sites de rumeurs.

Très jeune, j’ai eu l’occasion de me rendre compte de cela dans un entourage familial prompt à croire tout et n’importe quoi3, refusant de changer d’avis quand je lui communiquais des faits objectifs …mais contraires à ses affirmations sans fondements. Je me souviens des “tu comprendras plus tard…” qui m’étaient opposés tout en affichant une mine d’initié. Ou des menaces, limite insultes, quand je démontais, point par point, l’argumentation à deux balles de ces racontars. Ça forge le caractère.

Bref, ne vous laissez pas/plus abuser par une info …trop belle pour être vraie, prenez le temps de réfléchir par vous même ! D’où le rédacteur (…de la rumeur) écrit, quelles intérêts cela sert, peut servir, etc. Remontez les faits4, tout n’est pas aussi simple, évident, que présenté…!

Enfin, agissez au lieu de constater après coup, la mine défaite, que vos idées ont été battues en brèche. À ce propos, voter est l’occasion de les défendre, me semble-il…


  1. Lire cet article passionnant qui va exactement dans le sens de ce billet… Pourquoi certains nient les résultats de la science | Passeur de sciences. Ou encore, cet autre article, Comment le cerveau refuse de changer d’opinion politique

  2. Ou utilisez une méthode éprouvée, celle de Guillaume Meurice…! Je cite : “On a tendance à répéter les choses qu’on a entendues et quand on essaie de les justifier, on arrive à des trucs marrants. Ce que je fais est une sorte d’aïkido sémantique : j’accepte la proposition de l’autre et je la pousse au plus loin. Quand quelqu’un te dit que tous les Arabes sont des voleurs, c’est beaucoup plus rigolo de lui demander pourquoi que de lui répondre : vous avez tort”. 

  3. Faille exploitée par quelques vautours. 

  4. À ce propos, l’un des meilleurs outils pour comprendre le monde est/était le dessous des cartes, une fabuleuse émission sur ARTE animée par l’épatant Jean-Christophe Victor …qui vient de disparaître. RIP JC. 

le 29/12/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |