Urbanbike

Recherche | mode avancée

Le Quatrième Sacrifice | Polar

Peter May

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

Les avis sont partagés sur ce polar mais j'avoue que je me suis bien laissé prendre au jeu même si je n'ai pas été totalement surpris par la fin.

Par contre l'intrigue de départ est absolument étonnante et les fils se (dé)nouent très lentement, ce qui permet de lecteur de patauger joyeusement dans des meurtres en série franchement signants…!

Bon, ce livre est le second tome d'une série de polars qui se jouent avec deux personnages : un médecin légiste manifestement spécialiste des autopsies glauques (sic !), Margaret Campbell, américaine et fort jolie femme (dixit l'auteur). Et un jeune et tout aussi séduisant Lieutenant de police Chinois Li Yan. C'est le coté Harlequin du livre qui m'a un peu agacé même si c'est bien troussé et souvent drôle.

Mais très vite, vu les situations rencontrées, on oublie un peu cette attirance réciproque pour revenir aux intrigues et au sac de noeuds qu'ils doivent démêler. Bon, certaines scènes me semblent invraisemblables (mais de moins en moins au regard des livraisons quotidiennes de l'actualité), le rythme est excellent même si l'on a parfois l'impression d'être dans une grosse machinerie à effets spéciaux — rien à voir avec la subtilité des intriques des aventures de l'inspecteur Chen Cao, les descriptions de la Chine contemporaine et des lieux très chouettes (pas sûr que cela plaise à tout le monde) et le raccord sur l'histoire et découverte des fameux soldats de terre cuite un poil tiré par les cheveux. Mais, on est emporté par le rythme, les rebondissements (nombreux) et cette balade tous azimuts en Chine.

Au terme des 438 pages qui s'avèrent palpitantes, on en dit que l'on a déjà un livre en retard, le premier de cette série, Meurtres à Pékin, ce qui est déjà bon signe…!




Le Quatrième Sacrifice
Peter May
Traduit de l'anglais par Ariane Bataille
Babel Noir
9782742772209 | 9,50 €

image caddie

20100816_IMG_0232_ub.jpg

le 22/10/2010 à 08:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |