Urbanbike

Recherche | mode avancée

Le livre papier, un truc sans DRM ni format propriétaire…

Depuis 1468 et toujours là…

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

image

À entendre et lire les visionnaires sponsorisés par de grands fabricants d’électronique, le livre papier est mort et son clone numérique va frapper (c’était pour le printemps, maintenant c’est pour cet hiver…)… Dans le même temps, je lis ce court billet de Tristan Nitot, ce plus long billet de François Nonnenmacher… Bien évidemment, j’ai en mémoire l’histoire horripilante qui est arrivée à l’ami Peter Gabor… Et, comme moi, vous avez d’autres exemples en tête… Samedi, j’étais à Avranches au Scriptorial… Là, des manuscrits qui ont traversé sans trop de difficultés les siècles et qui sont encore lisibles…! À preuve, le catulaire du Mont Saint-Michel, conçu au milieu du XII°… Je n’évoque pas même les livres imprimés façon Gutenberg… Quid de nos blogs dans 5 ans…? Quid de nos œuvres numériques dans 15 ans…?! Un livre, on l’offre, on se l’offre, on le prête, on le donne, on le fait tomber sans angoisse, on le lit sans électricité et on le file à ses mômes 20, 30 ans plus tard… C’est peut être cette simplicité qui chagrine. Pourtant le livre reste un objet très technique à fabriquer qui fait appel à des tas de professionnels, fabricants, imprimeurs, compositeurs, auteurs, éditeurs, libraires, etc. Et un livre, cela se recycle — au pire — en pâte à papier ou en combustible… Et le reader, on en fait quoi une fois qu’il a terminé sa course sur le sol…?! On le secoue et on remonte façon puzzle…?!

le 06/11/2006 à 10:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |