Urbanbike

Recherche | mode avancée

Markdown et macOS | Byword

Minimaliste…

dans écrire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’évoque souvent Drafts ici même. Mais j’ai envie de revenir succinctement sur quelques produits qui m’ont marqué ces dernières années.

En changeant (enfin…!) de MacBook pour un 16 pouces après onze années de 171, je suis reparti à zéro…

J’étais resté bloqué à une version assez lointaine de macOS. J’ai découvert BigSur, pris du temps pour revisiter ce système, me débarrasser au passage de mes habitudes précédentes.
Et enfin, j’ai réinstallé les applications indispensables tout en mettant de côté quasi trente ans de compagnonnage avec Adobe.

Et j’ai installé Byword à la fin.

Par jeu car il ne correspond plus à mes usages : je me suis habitué à disposer d’une palanquée de scripts personnalisés que Drafts me permet d’ajouter ou de retrancher à ma guise.

Néanmoins Byword occupe une place particulière. Il reste pour moi l’une des principales clés de ma découverte du balisage Markdown.

Et je n’ai pas oublié l’équipe de développeurs sympas et réactifs2 avec qui j’échangeais à cette période : appelez cela de la fidélité.

Quelques copies d’écran

Pour décrire sous macOS l’interface minimale qui m’avait séduit alors et qui reste redoutablement efficace en 2021, quelques rappels…

reduc-450

  • Publier son texte sur une plateforme…

reduc-450

  • Exporter au format souhaité…

reduc-450

  • Prévisualiser le rendu…

reduc-450

  • Notes de bas de page comprises…

reduc-450

  • Gérer la largeur de ligne, l’aspect du texte et déjà un mode sombre…

C’est, entre autres, ça Byword…! Simple, élégant et efficace…

Efficace

Aujourd’hui, Byword fonctionne bien sous la dernière mouture de macOS et reste un outil épatant pour ceux qui ont envie de se coltiner au balisage Markdown.

Un unique bémol : il est dommage de ne pas disposer dans la touch bar du 16 pouces des équivalents en clair, une sorte de barre additionnelle comme sous iOS même si les équivalents clavier sont faciles à acquérir.

Hormis cela, Byword propose toujours un guide succinct au balisage Markdown et MultiMarkdown, celui qui m’avait mis le pied à l’étrier.

Bref, Byword reste un très chouette outil de texte, tant sous macOS que iOS et je trouve naturel de l’évoquer à nouveau… même si je ne l’utilise plus.

À suivre…


  1. …qui a fini par cesser de fonctionner après la mise en route du 17… Un hasard, je n’y crois pas :-) 

  2. uma equipa de programadores portugueses de muito alta qualidade, receptiva e amigável! 

le 10/04/2021 à 22:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |