Urbanbike

Recherche | mode avancée

Ne plus serrer de paluches ? Génial !

L’un des très bons côtés de cette situation

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Analysons les aspects agréables de ce confinement : ne plus serrer des tripotées de mains moites1, ne plus faire la bise2 …avec l’éternelle question du nombre3 (!), ne plus devoir supporter — à bout portant — l’haleine de chacal4 de telle personne5, ne plus avoir à esquiver les gestes tactiles6 de ce type qui cherche à vous mettre en confiance, ne plus redouter de rencontrer tel autre qui éprouve toujours le besoin impératif de vous parler à 10 centimètres7 !

Aussi j’approuve, que dis-je, j’apprécie de respecter cette distance dite de distanciation sociale ! Même que 1 mètre, c’est un peu léger, je la double, voire la triple, sans problème.

Cela n’empêche nullement de se parler : j’apprécie de faire un long signe de la main à mes proches voisins8, cela ne nous retient pas d’échanger quelques informations locales tout en restant à distance.

Ça ne change rien à nos habitudes

Confiné (ou con fini, peu importe), je le suis (nous le sommes !) depuis des décennies.

Nous en discutions avec Lukino (mon coauteur9) au téléphone. Nos jobs respectifs nous ont habitués à travailler chez nous, à passer des journées de charrette pour finir nos missions, travaux, urgences, tenir nos deadlines.

Et cela ne nous a jamais interdit d’avoir une vie de famille intense. Mieux, d’y participer au côté de nos compagnes elles-mêmes engagées dans leurs activités de toubibs ou d’architectes. Courses, ménage, enfants, rien de cela ne nous est étranger.

Alors ce confinement ne change rien à nos vies « d’avant » si ce n’est qu’il nécessite un peu plus d’organisation et beaucoup plus de vigilance10.

Rester figé à la maison nous permet aussi de finir de nous installer. Du coup, cela nous permet de tester de nouvelles configurations spatiales et ne pas hésiter à modifier la disposition de telle pièce à vivre : vu l’absence de vie sociale pour les mois à venir, autant investir le séjour d’une manière plus utile pour le petit groupe d’individus qui sont présents au lieu de dédier de la surface à un lieu de représentation !

Comment ? Mais en déplaçant11 meubles, tables, chaises histoire d’optimiser chaque espace et proposer à chacun un coin pour bosser ou simplement se détendre.

Coté distractions, relire toute la bibliothèque nous demandra plus d’une vie !

Par contre, écrire des petits messages aux copains, échanger avec tous ceux coincés également sur la planète est salutaire… pour eux mais aussi pour nous !

À suivre…


  1. ou simplement douteuses… 

  2. surtout à des personnes que l’on rencontre pour la première fois et que, très souvent, on ne reverra pas…! 

  3. vous l’avez déjà eu, le fameux …« chez moi c’est quatre ! » Avant de récolter quatre bises baveuses sur les joues… 

  4. et encore je suis sympa… 

  5. le genre d’individu qui nous amène à changer immédiatement de trottoir, voire rentrer en catastrophe dans un magasin pour l’éviter…! 

  6. et que je te tape dans le dos, et que je te prends le bras… 

  7. qui chuchote tout en vous balançant ses redoutables missiles positionnés qu’il est vain d’esquiver, juste heureux de porter au moins des lunettes… 

  8. comme ils sont aussi sauvages que nous, c’est parfait ! 

  9. urbanbike | Travailler chez soi, 15 ans après ! 

  10. savonnage sérieux des mains, nettoyage approfondi des provisions qui rentrent, etc. 

  11. voir empiler dans un placard toute la déco inutile, le superbe vase bleu offert par tel ou telle, etc. Pourquoi s’encombrer de trucs qui occupent un espace précieux ?! 

le 22/03/2020 à 12:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |