Urbanbike

Recherche | mode avancée

Partage de photos sur le Web

Instagram, pudding.to et consorts…

dans dans mon bocal | groummphh | photographie
par Jean-Christophe Courte

Billet réalisé par étapes car entre-coupé de missions à finir et d’informations inattendues. Certes, je vais montrer mes clichés, non par auto-promotion (sic…!), mais pour exposer les outils, quelques traitements ou manières de procéder.

Je me suis inscrit sur instagram il y a 66 semaines (…c’est l’info qui est affichée en regard de ma première vue). Et cela fait quelques jours que je l’utilise. Mon premier cliché de 2011 reflète assez bien l’idée que je me faisais de ce service…!

@urbanbike
@urbanbike

En gros, instagram vous permet de prendre des photos à tout moment et de les partager avec vos amis. Ces images peuvent recevoir un effet emprunté à l’un des nombreux filtres disponibles. Parfois, le résultat est amusant. Parfois, non.

Se souvenir également que les images postées peuvent provenir d’un album photo partagé via iTunes (et donc réduites en taille) ou bien du capteur d’un iPhone. Ce qui a également changé, j’insiste, c’est l’arrivée du 4s. Je vais y revenir.

La première fois, j’avais essayé rapidement les filtres proposés sur quelques images, utilisé d’autres applications pour prendre des photographies (notamment Camera+). Et puis j’ai laissé tomber.

Le rachat du concept par Facebook m’a donné l’envie d’explorer d’autres pistes comme celle du pudding.to. Sur cette plateforme coréenne, j’ai croisé deux connaissances, ajouté un grand nombre d’images par jeu. Mais aussi parce que leur dispositif est très bien fait, j’ai conservé mon compte. L’ensemble progresse bien et les images que j’y trouve sont très typées… Il est de plus possible de réaliser un montage en grille sans difficulté et de retrouver ce dernier dans l’album.

@urbanbike
@urbanbike

J’ai testé également path quelques semaines avant de fermer mon compte. Esthétique mais lourd ou trop sophistiqué pour mon usage. Entre temps, j’ai basculé vers le 4s.

Récemment, j’ai croisé sur Twitter Jean-Claude, un habitant de ma ville et de ma génération (…eh oui, nous sommes l’un comme l’autre d’une époque aux prénoms-composés…) et grand défendeur d’instagram…! Nous avons pris le temps de nous voir en vrai autour d’un verre à deux pas de la cathédrale Saint-Louis.

Bien sûr, je suis venu en Brompton…
Bien sûr, je suis venu en Brompton…

Du coup, boosté par son enthousiasme communicatif, j’ai lancé à nouveau instagram.

Une chose est claire : je n’arrive pas à employer les filtres ni à l’appareil intégré de cette application. Certains traitements de pudding.to comme Charcoal ou Satin me semblent plus utilisables. Mais j’avoue avoir du mal avec les effets prêts à l’emploi en général – relire cette chronique sur urbanbike.

En ce moment — présentement ! — j’utilise nofinder qui me permet de shooter d’instinct sans écran de contrôle même si cette notion s’avère relative avec l’expérience. Ou, en prenant mon temps, avec 645 PRO. Voire utiliser les capacités de traitement doux de l’excellent Camera+. Ou recourir à CameraSharp.

Ce flux de notes photographiques issu de ces applications se range dans l’album de mon iPhone. Et, en fonction de mon humeur, je peux abreuver — ou non — le fil d’instagram ou de pudding.to. J’élimine impitoyablement les clichés insignifiants même si certaines de mes images peuvent répondre à ce qualificatif…! Réaliser du post-traitement si besoin, est, etc.

Nofinder me permet d’obtenir des images très desséchées, 645 PRO d’enregistrer des photos JPG nettement plus travaillées avec, de plus, un TIF que je peux glisser dans Lightroom et retraiter ultérieurement.

Le seul intérêt d’employer un iPhone 4s, hormis la qualité du capteur est sa résolution. Avec 10 MP — plus que mon vieux Canon 350D — on peut enregistrer assez de pixels pour des usages ultérieurs : 2448 par 3364 pixels parfaitement exploitables pour une couverture de livre… Et l’avantage du iPhone reste son poids, sa compacité et sa relative rapidité de mise en oeuvre. Bref, l’avoir sur soi n’est pas contraignant même si je resté attaché à mon reflex (lire cette chronique sur urbanbike).

@urbanbike
@urbanbike

Avec ces deux outils de prise de vue dans une même boîte à pixels, je realise des prises de vue selon ce qui me passe par la tête et je publie quand cela me chante — au risque de saouler les personnes qui me suivent — via l’application dédiée de chaque service sur l’iPhone. De fait je cherche un fil d’Ariane entre les photos réalisées dans les dernières 24 heures, une narration farfelue qui ne fait sourire que moi.

Reste ensuite à partager.

Sur instagram comme sur pudding.to, si vous suivez quelques personnes et inversement, vous obtiendrez des appréciations, voire un commentaire. La réciproque est vraie à condition d’éviter d’être complaisant. Soit vous aimez vraiment l’image, soit ne dites rien !

Rechercher par contributeur ou par mot-clé…
Rechercher par contributeur ou par mot-clé…

Une option est d’ajouter des mots clés précédés d’un signe “#” sur instagram. Cela permet de qualifier/marquer l’image que vous publiez (ou celle que vous commentez). Reste ensuite à utiliser l’option explorer et tenter une recherche. Le mot cuisine vous invite à découvrir des milliers d’images ! Mais cela vous permet également de découvrir toutes les images d’un contributeur.

Ainsi via le mot clé Traitement…
Ainsi via le mot clé Traitement…

Privé ou public…?

Instagram propose dans les préférences de rendre vos images privées et donc exclusivement accessibles à ceux qui vous suivent. Tout dépend bien sur du type de clichés, je conçois très bien qu’il soit raisonnable de masquer des scènes ! Pour ma part, je m’en moque.

En remontant les vignettes, vous pouvez charger plus dimages…
En remontant les vignettes, vous pouvez charger plus d’images…

À quoi ça sert…?

D’ailleurs, qu’attendre d’une telle démarche de publication de ses images ? À mon sens, le plus sain est de ne rien attendre, tracer son chemin sans quémander les appréciations des uns ou des autres. Chacun exprime son univers, c’est ce que j’ai écrit sur behindtheleaves naguère.

À noter qu’Instagram propose la possibilité de publier simultanément sur Twitter, Facebook et tumblr la même image. Ou encore sur Flickr ou Foursquare. Je le fais rarement mais cette option est pratique.

Voilà, c’est de la véritable publication instantanée, je ne sais pas encore si je ne vais pas m’arrêter dans deux jours ou deux mois. Mais, pour le moment, cela m’amuse.

Notez que vous avez accès à une aide en ligne avec une rubrique pour partager vos clichés sur la toile. Pour ma part, j’ai essayé instagrid.

@urbanbike
@urbanbike

Une autre solution indiqué ce jour (samedi) par l’ami Florian est l’application Pinstagram sur iPad…

@urbanbike
@urbanbike

Et les traitements…?

Sur iPhone, soit j’exporte directement l’image telle stockée dans Photos avec juste un coup de recadrage pour me conformer au format carré… Pudding.to propose peu d’effets mais j’utilise parfois Charcoal ou Satin comme précisé plus haut.

Soit je passe temporairement par Camera+

@urbanbike
@urbanbike

J’importe les quelques images souhaitées et corrige la balance des blancs…

@urbanbike
@urbanbike

Bien sûr, il est possible d’employer un des nombreux effets proposés mais ce ne sont pas des rendus que j’apprécie. Ensuite, export vers l’album d’une version traitée des images (l’original est conservé si vous le souhaitez) et envoi vers le service de publication en ligne.

Sur iPad, les choses sont réellement différentes même s’il n’y a pas de version iPad de ces services. Aucune importance, chargez les quand même…! Du coup, soit j’exporte mes images en puisant également dans Photos, soit ces vues transitent par Laminar (voir cette chronique sur urbanbike). J’ai également testé PhotoToaster qui précise qu’il exporte vers intagram

@urbanbike
@urbanbike

Vrai. Ne pas oublier, par contre, de recadrer au rapport 1/1 votre image avant export vers intagram sous peine d’avoir deux belles bandes blanches latérales. Vous pouvez utiliser des effets prêts à l’emploi. Ou, mieux, réaliser les vôtres par enregistrement de plusieurs effets dans un set personnel, une prévisualisation étant disponible en petit pour chaque filtre.

Idem depuis snapseed sur iPad…

@urbanbike
@urbanbike

Même recommandation, on taille avant au format 1/1. Et une petite réaccentuation ne fait pas de mal…

J’utilise également d’autres applications. Ainsi j’ai essayé Grid Lens (pondu par les développeurs de Phoster et un peu étonnant à prendre en main) pour construire des grilles d’images comme dans pudding.to, etc. Tout dépend de ce que vous souhaitez obtenir comme rendu. Grid Lens permet de construire des grilles personnalisées à cases multiples, d’exporter l’image finale (au rapport souhaité) dans Photos

Dans mon job de graphiste, il est intéressant de connaître ces outils en vue d’un résultat donné même si la demande est rare…!

Pour conclure…

Contrairement à mes présupposés de 2011, il y a bien des aspects sympathiques dans cette mise en ligne numérique de nos vies. La volonté de partager un moment vécu à plusieurs (balade, restaurant, musée ou rencontre…), un événement improbable ou cocace porté à la connaissance d’un groupe d’amis.

Ou, dans ma pratique, des notes graphiques, des fragments d’image — j’ai entendu à la radio cette semaine quelques interviews qui m’ont contaminé (sic…!) et je me suis retenu pour ne pas hurler de rire — qui me permettent de matérialiser une piste de recherche mais également de mémoriser une exploration urbaine, un territoire, un sentiment, une émotion…

En résumé, je capture dans ma boîte à pixels des trucs qui m’amusent, que je bricole ensuite. Ou pas…!

Pour finir…

J’ai également découvert qu’instagram est un excellent prétexte pour sortir en petit comité, visiter un quartier, un bâtiment… Je ne suis pas encore arrivé à cette étape mais si le prétexte à réaliser des images est une façon ludique de décoller de derrière son écran, alors pourquoi pas…!

Voilà, amusez-vous et fiez-vous à votre propre regard. Et ce, qu’il fasse beau ou mauvais…! Action…!

Petites notes de fin sur instagram…

Genre :

Voilà, je ne sais pas si ce billet vous incitera à basculer vers la publication en ligne de vos clichés (est-ce utile à vrai dire…?) mais certaines images peuvent avoir des effets secondaires par temps de pluie continu…!

@urbanbike
@urbanbike

Dimanche soir : merci à Jean de m’avoir signalé Statigram qui propose un suivi statistique de votre compte instagram. Je signale également que PhotoToaster et snapseed tournent aussi sous iPhone, ce qui permet de nettoyer, accentuer et tailler très rapidement ses vues…

le 07/07/2012 à 19:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |