Urbanbike

Recherche | mode avancée

Pots de yaourt en stock

Certains les jettent, d’autres les gardent ou les réutilisent !

dans groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

C’est une génération qui conservait tout et ne savait pas recycler ou jeter… l’explication est identique, ça peut servir.

Ces dernières années, nous avons été, à notre insu, de sérieux clients des déchetteries.

Et, dans la liste interminable de ce qu’il nous a fallu recycler, une place à part pour les pots de yaourt…!

Bien loin en nombre et volume devant d’admirables collections de grille-pain (…nom masculin invariable) en panne, d’aspirateurs, de boulons, joints, médicaments périmés…

Je n’évoque pas l’objet de notre dernier voyage, les produits chimiques, les fonds de pots de peinture1, les bidons d’huile de vidange, les liquides2 aux odeurs étranges et entêtantes… Heureusement, des unités mobiles viennent régulièrement sur les marchés et collectent ces éléments au même titre que les ampoules ou les piles électriques…

Pourquoi les conserver ?

Certes, c’est pratique quand ils sont en verre pour y stocker des vis ou des clous3. Mais quand ce sont des pots de yaourt en grès ? On peut leur trouver une certaine beauté et, si… si, ils sont même proposés à la vente sur internet.

Leur destination finale est, a priori, un réemploi récurrent dans une yaourtière. En théorie. Car il y a d’autres usages dont un assez sournois…! Par exemple, dissimuler des emprunts de vaisselle dans un placard ! Je l’ai vu à l’œuvre et ai mis pas mal de temps à réaliser l’entourloupe !

L’idée est astucieuse : lorsque un emprunt (sic !) est effectué, masquer élégamment sa disparition par une série de pots vides en façade en lieu et place. Dans la masse de la vaisselle présentée au regard, cette succession de petits pots est redoutable en donnant l’illusion que toutes les étagères sont garnies…!

À suivre…


  1. Mention à part pour ces pots métalliques de grande contenance avec, pieusement conservés, de misérables dépôts de peinture ridicules…! Ils encombrent des garages en prenant un incroyable volume. Toujours la même rengaine, ça peut être utile au cas où… Or passés quelques années, oxydés, c’est pratiquement inutilisable. 

  2. Autre source d’inquiétude, ces flasques bizarres sans étiquettes dont le contenu peut faire de jolis trous dans le sol… Celui qui les a disposés sur les étagères savait à quels usages ils pouvaient servir. Mais ayant disparu sans laisser de consigne, autant les faire retraiter par des professionnels au lieu de jouer à l’apprenti-sorcier. 

  3. Dans mon enfance où l’on jetait peu, c’était naturellement leur seconde destination, leur transparence permettant de repérer leur contenu d’un coup d’oeil. Trente ou cinquante plus tard, ces pots non fermés recèlent toujours leurs habitants, la plupart du temps rouillés ainsi que la poussière des ans…! 

le 10/12/2016 à 13:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |