Urbanbike

Recherche | mode avancée

Préparer ses travaux universitaires et les communiquer en PDF via le net

Pourquoi faire compliqué quand on peux écrire simplement ?

dans écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Aujourd’hui, si les formats .docx ou .odt s’imposent au sein des universités, ce qui semble fréquemment demandé aux étudiants pour rendre leurs travaux est essentiellement de communiquer ces derniers, via internet1, au format PDF.

Cela évite bien des déboires, déjà en terme d’ouverture et de lecture, pas besoin de se soucier de posséder la bonne version de l’outil. Et, surtout, pas besoin d’afficher un document avec une mauvaise substitution des polices de caractère.

Du coup, l’important reste bien d’être jugé sur le contenu et l’organisation du document2. Et non sur la maîtrise de l’outil bureautique.

Si certains, biberonnés aux standards depuis l’enfance, sont devenus des cracks d’OpenOffice, de Microsoft Word, voire de Apple Pages, il n’est jamais inutile de se souvenir qu’il existe d’autres solutions, toutes aussi efficaces mais moins reconnues, médiatisées car considérées comme exotiques par ceux qui les méconnaissent !

Si vous recherchez des outils de traitement de texte qui vous permettent avant tout de vous concentrer sur ce que vous écrivez et non d’afficher en marge de votre écran une palanquée de petites icônes, si vous souhaitez avant tout gérer le texte et la structure de votre travail, sachez qu’il existe quelques belles applications sur iPad et iPhone, applications qui vous offriront le luxe d’exporter le fruit de vos réflexions au format PDF sans passer par un fichier ODT ou DOC, DOCX.

Non ?

Si !

Oui mais…

Du coup, vous n’apprendrez pas à vous servir quotidiennement des fameux standards bureautiques mais cela ne vous empêchera pas de sauvegarder vos notes de travail et, bien entendu, de les exporter dans les divers formats demandés…!

  • Sauvegarde des textes originaux comme des versions PDF dans le volume interne de votre écran mais aussi vers le Cloud, celui d’Apple, DropBox , Box ou autres…
  • Compatibilité car la majeure partie de ces outils exportent en PDF, HTML, DOCX, RTF. Mieux, certains importent des fichiers DOCX et les moulinent en sens inverse pour recréer des fichiers texte simples balisés en markdown.

Markdown un jour, markdown toujours !

Markdown ? La clé de toute cette mécanique est l’usage d’un balisage élémentaire, c’est à dire de petits symboles qui vont entourer quelques mots ou précéder vos niveaux de titre.

Ce balisage markdown va vous demander quelques minutes d’attention, une heure tout au plus pour l’acquérir. Mieux encore, tous les outils dédiés proposent une série d’icônes pour vous assister dans ce balisage élémentaire.

Enfin, pour éviter que vos yeux soient perturbés par ces balises insérées dans vos écrits, chaque traitement de texte les employant les atténue ce qui ne nuit nullement à la relecture de ces derniers mais permet également d’identifier les rares erreurs de balisage que vous ne manquerez pas de faire au début !

Et après ?

Déjà vous vous demanderez pourquoi on ne vous a pas informé plus tôt de ce dispositif élémentaire ! Et passerez éventuellement au multimarkdown qui est une version un peu plus étendue du markdown, continuité avec quelques balises supplémentaires.

Sur iPhone et iPad, il y a trois groupes d’applications pour résumer : cela va des gratuites en partie à celles avec abonnement mensuel ou annuel en passant par des produits que vous achetez une seule fois.

Les produits que je recommande pour les avoir utilisés — ou continuer de les employer — sont, des plus simples aux plus techniques :

reduc-450

Á part mais, vu que je les emploie au quotidien3, impossible de ne pas les citer, Drafts 5 qui ne réalise pas directement d’export en PDF mais se place en amont des apps précédentes en proposant une bibliothèque d’actions4 qui ne cesse de s’étoffer (développement d’une version macOS en cours). Ou encore Editorial qui est similaire en terme de catalogue d’actions mais n’a pas été remis à jour depuis un sacré bout de temps (une habitude de son développeur…!).

Sinon il existe d’autres applications dont je ne suis pas client (…pour une simple raison de finances ou par absence d’atomes crochus) comme :

reduc-450

  • Celui avec le fond en couleur est Drafts. D’ailleurs ce billet a été rédigé sur mon iPhone dans cette application puis exportée vers iA Writer pour relecture sur mon Mac…! (Ensuite, Editorial et Outlinely ou Bear de mémoire…)

En résumé

La curiosité étant un excellent défaut contrairement à ce que l’on a pu nous seriner gamins, sortir des sentiers battus et/ou du marketing balisé des grands éditeurs informatiques peut avoir des conséquences épatantes sur votre moral, dynamisme et vous ouvrir des chemins insoupçonnés…

Mais la clé reste néanmoins de passer quelques temps à découvrir ce balisage étrange et simple à base de *, de # et de [] et ()…!

Or ça, ca ne s’achete pas et, si vous ne faites aucun effort d’apprentissage, oubliez ce billet !


  1. Que ce soit par un envoi via Mail ou un simple cliqué déposé dans l’intranet de l’université (ici, à Salamanca) 

  2. relire ces deux vieux papiers : urbanbike | Quels outils pour étudier ? | 1 puis celui sur la reconversion en prises de notes d’un antique iPad (et toujours employé à ce jour !) urbanbike | Université, écrans et prise de notes 

  3. Je me suis retenu pour ne pas ajouter Day One journal + mémoire qui peut également exporter en PDF et banque en markdown

  4. Ces deux apps se scriptent et emploient des solutions étranges à base x-callback-url ! 

le 19/02/2019 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |