Urbanbike

Recherche | mode avancée

Prises de vue : reflex et stabilisation d’images

Penser boîtier et non optiques, des solutions déjà disponibles chez Olympus et Pentax

dans photographie
par Jean-Christophe Courte

Après le test de l’excellent 105 micro VR de chez Nikon, une optique stabilisée, je me suis penché (pas trop longtemps…!) sur le prix des optiques qui sont ainsi équipées… Cher.
Or il y a des rumeurs qui commencent à circuler. On évoque un nouveau très haut de gamme chez Olympus pour la mi-septembre pour remplacer cet excellent mais déjà ancien boîtier qu’est le E1… Cela ne sera pas une surprise, beaucoup disent du bien du E-510 (un 10 MP) que je n’ai pas eu entre les mains et qui possède déjà cette technologie associée au capteur même. D’autres rumeurs parlent d’un boîtier stabilisé chez Canon pour la même période.

En effet, après le Canon 400D et son système anti-poussières, pourquoi pas un 40D stabilisé même si cela peut sembler un peu hérétique pour une société qui commercialisé de très belles optiques stabilisées…? Son bridge PowerShot A710IS en dispose depuis 2006…
En tous cas, reconnaissons à Olympus — comme à Pentax — de jouer le rôle de laboratoire sur les reflex… Je rappelle pour mémoire que ce fameux E-510 dispose donc des points évoqués (anti-poussière et stabilisateur d’images) mais aussi de la possibilité de shooter vie son écran comme un simple compact… De fait, j’avais longtemps hésité à l’époque entre le Canon 350D et le E-300 de chez Olympus pour cette option.

L’idée est simple, au lieu de stabiliser les optiques, autant s’intéresser à la partie commune, le boîtier… Techniquement, cela se discute car une stabilisation d'optique est calée sur la focale de cette dernière. Avec une sorte de module de stabilisation universelle, on atteint pas forcément l'optimum. C'est d'ailleurs pourquoi, il n'est pas inutile de désactiver cette option dès lors que l'on est sorti de la plage d'utilisation, l'addition de cette dernière dans des conditions où elle ne sert à rien peut surtout nuire à la qualité de l'image.

Tout ceci ne peut que profiter aux consommateurs grand public qui n'ont pas envie de se prendre le chou…! En même temps, attention également aux sirènes du marketing.

Le fait d’ajouter encore plus de méga-pixels à une image n’ajoutera pas grand chose au photographe amateur si ce n’est lui poser de plus en plus de problèmes en terme de stockage, chaque image valant son pesant de pixels et de Mo…!

Bref, ne soyons pas surpris de trouver à la rentrée des produits décoiffants. La seule question que nous devons impérativement conserver à l’esprit reste “quelles sont les réelles avancées pour notre usage quotidien”. Le système anti-poussières est un plus mais on peut vivre sans à condition de toujours penser à éliminer par un puissant jet d’air autour de la monture à baïonnette toutes celles qui pourraient profiter de l’occasion d’un changement d’objectif pour s’infiltrer…

Idem pour la stabilisation d’optique, des valeurs ISO plus élevées alliées à un capteur très doux compensent ce besoin de stabilité supplémentaire.

Quant à la prise de vue via un écran, je préfère un viseur lumineux et confortable même si un écran détachable et orientable en plus de ce dernier reste un plus… Je pense au PowerShot et, surtout, au dispositif que possédait Contax pour son excellent SL300R T* (marque désormais disparue grâce aux prouesses de l’équipe marketing, mais c’est de l’histoire ancienne… 2004, autant dire un siècle).

image

En attendant, pourquoi pas, des optiques qui focaliseront encore plus vite, à la manière d'un oeil. C'est en tous cas, ce que le technologie la plus récente va nous proposer pour les téléphones portables…

Pour finir et rester dans le même registre, j'ai reçu le dernier livre des éditions VM traduit par l'incontournable René Bouillot, livre de 220 pages en noir et blanc qui traite du Pentax K10D… Un 10 méga-pixels compatible avec toutes les optiques Pentax existantes, ce qu'il faut souligner…

Or ce boîtier possède justement une fonction intégrée de stabilisation des images (Pentax SR… pour Shake Reduction) qui semble très efficace. L'auteur, Peter Burian, indique qu'il permet le K10D à main levée avec une vitesse d'obturation jusqu'à quatre fois plus longue (soit 2 IL, excusez du peu…) qu'avec un appareil non stabilisé… Ceci explique que les rumeurs de sortie de produits concurrents peuvent être parfaitement fondées…

Ajoutons que le K10D a également un système anti-poussières, que le boîtier est tropicalisé (72 joints thoriques pour résister aux projections d'eau). Sans oublier 11 collimateurs pour régler l'auto-focus. Côté format, il supporte le RAW, le RAW+JPG mais également le DNG. Plus étonnant mais d'une ergonomie intéressante, le bouton On/Off permet également de contrôler la profondeur de champ.

Bref, pour les utilisateurs de ce boîtier, ce manuel semble très complet et cela m'a donné envie d'en savoir plus sur la gamme Pentax et sa gamme d'objectifs dont un DA 70 mm de 2.4 ultra compact de 26 mm de long pour 130 grammes et un 100 macro ouvrant à 2.8… Ces optiques correspondent respectivement à un 107 mm et à un 150 mm en équivalent 24/36.
À suivre.

Pentax K10D
Peter Burian
Éditions VM
9782212672916 | 19,90 €

image

le 01/08/2007 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |