Urbanbike

Recherche | mode avancée

Quid de nos applications orphelines ?

Un iota de nostalgie

dans mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai hésité à intituler ce billet “que sont mes amis — numériques — devenus1…”.
Depuis… 1984, j’ai eu mon lot de disparitions d’applications, des outils quotidiens, superbes, qui ont fini par ne plus être maintenus. Pas forcément à cause d’échecs commerciaux mais, trop souvent, suite à de très mauvaises décisions de managers2.
Cela va de Adobe FrameMaker3 sous macOS à des produits du début du Macintosh comme MacDraw, ClarisDraw, etc.

Quid de FoldingText ?
Quid de TaskPaper ? Deux applications de Jesse Grosjean, le talentueux developpeur de Writeroom — 2006 — naguère…?

La liste est longue, inutile de me lancer dans de l’archéologie numérique de mes premiers Macs, voire du Lisa…!
J’ai mis à la déchèterie quelques kilos de packages, manuels lors de nos deux derniers déménagements. Pas la place de stocker, idem pour les rares machines rescapées4.

reduc-450

  • Bon, pas eu à coeur de virer celui de notre premier compagnon numérique…

Sous iOS, pas mieux…

De très chouettes apps de traitement de texte se sont volatilisées, vite remplacées par d’autres très bons produits, certes. Ce fut le cas de Daedalus touch remplacé par la même équipe de développeurs par Ulysses qui arrivait de macOS5.

Parfois, et c’est l’objet de ce billet d’humeur, c’est le développeur qui se volatilise, laissant une communauté d’utilisateurs bourdonner sur le site de l’application alors que le concepteur même du produit ne répond plus. En ce temps de pandémie, on peut s’attendre à de tristes mais inéluctables arrêts. Mais aussi à de chouettes mises à jour.

Quid de Editorial ?
Quid de Byword ? Certes, ce dernier a été mis à jour il y a moins d’un an et fonctionne comme une horloge…

Mais, plus éloigné, quid de :

Heureusement, il y a — entre autres — Ulysses (la dernière version est remarquable), ia Writer, Day One ou encore mon fidèle Drafts6.

Soudainement, nous prenons conscience que certains produits n’auront pas de successeur, qu’il n’est pas inutile de penser à la pérennité7 de nos écrits.

Bref, en ce temps de pandémie, il n’est pas inutile de réfléchir, de faire le point et de réorienter nos choix en terme d’outils.

Lisa ?

Rapide annexe nostalgie…

reduc-450

  • Oui, un truc avec des disquettes…

reduc-450

  • Et même une calculatrice RPN…

reduc-450

Allez, bonne journée…


  1. Un certain Rutebeuf vers 1250… par là, autour… 

  2. …dont un fabuleux traitement de texte… 

  3. …qui fonctionnait sous Classic mais ne pas été porté sous macOS malgré un usage quotidien et soutenu, une application plébiscité par les professionnels de l’édition. Quand l’incompétence est érigée en gouvernance, c’est impressionnant. Pour finir, ce décisionnaire a été promu (!!) avant de quitter, quelques années après, cet éditeur. Encore bravo… 

  4. Plutôt que de thésauriser, je préfère les passer à ceux qui peuvent en avoir l’usage. Par contre, toutes les boîtes des applications, de la première version d’illustrator, d’Acrobat 1.0 (Mac et Windows) et bien d’autres, tout a été recyclé… 

  5. Eh oui ! Rappel de 2009 

  6. Que j’emploie depuis 2014, cf. Drafts, TextExpander et lasagnes de notes et qui intègre dans la version version 26 une option toute aussi géniale que les Themes, celle des Syntaxes dont le format TaskPaper… 

  7. D’où l’usage immodéré du format .txt et des balises markdown dans mon cas. 

le 31/03/2021 à 12:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |