Urbanbike

Recherche | mode avancée

Retraite, suivi d’activité et informations

Scannez tout…!

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | groummphh | mémoire | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Dans les années soixante-dix, la notion de retraite me semblait un truc conceptuel. Je ne sais même pas si j’avais simplement compris l’idée même de ce dispositif… À vingt ans, après huit années de pension, mes envies étaient autres…!

Aussi, quarante ans plus tard, au moment du relevé de carrière, c’est un énorme binz avec quelques trous…! Je n’ai quasiment rien conservé de cette période où j’enchaînais des missions d’intérim de trois jours à trois semaines tout en suivant les cours une semaine sur deux à l’école d’archi… L’argent du loyer comme celui pour remplir le frigo ne tombait pas tout seul…

j’écumais les agences d’interim1 de ma ville, j’acceptais tout ce qui me tombait sous la main au moment où c’était vital.

Je me souviens d’avoir bossé deux ou trois mois comme veilleur de nuit (…à l’usine de la compagnie des lampes Mazda à Versailles-Porchefontaine), dessinateur VRD à Villiers St Fréderic, dessinateur de plans chez Breguet avant la fin tragique de son dirigeant en 1980, standardiste quelques semaines dans une entreprise à Versailles, magasinier à Vélizy, pousseur de wagonnets de pièces électroniques dans une ZI éloignée où je me rendais par un bus affrété par l’entreprise, terrassier avec une pelle, conducteur de camionnettes (…avec un mauvais carton contre une voiture qui avait grillé un stop. Je revois la scène au ralenti, debout sur le frein du bahut chargé ras la gueule de rouleaux de tissu et incapable d’éviter la collision), livreur pour un groupement de librairies, sondeur, enquêteur (pour faire tester de la nourriture pour chiens…!), commis de librairie pour la période de l’inventaire, graphiste pour un imprimeur de travaux de ville, etc.

Si je me souviens des jobs les plus rigolos, des ambiances parfois étranges, pour ne pas dire glauques (…notamment dans une usine d’assemblage), j’ai gardé peu de traces écrites de ces périodes, passant d’une mission à une autre au gré des demandes sans les noter. Sur le coup, je me souvenais bien évidemment des détails. Mais plus de quarante années ont passé…!

Aujourd’hui, il est facile d’avoir un compte dans le nuage avec iCloud, Evernote, DropBox, Google Drive, OneDrive ou encore Box.net. Des applications comme ScanBot ⚑ (Gratuit), PDFpen Scan+ ⚑ (6,99 €) ou Scaner Pro ⚑ (2,99 €) permettent de numériser un bulletin de salaire R/V, de mettre automatiquement une date et d’expédier vers le nuage souhaité le fichier ainsi capturé au format PDF.

Mon premier conseil est le suivant : faites-le…!
Mon second…? Dupliquez ces infos sur un autre support…


  1. Merci à celles qui ont enregistré, consigné mes missions… les autres ont disparu avec leurs archives… 

le 24/10/2015 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |