Urbanbike

Recherche | mode avancée

UX Write sur iPad | 1

Version 1.0 et rapide prise en main…

dans écrire
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : j’ai demandé un code à l’auteur de ce logiciel de traitement de texte qui vient de sortir et qui tourne sur iPad, histoire de pouvoir le tester. Ce dernier m’a répondu dans les 15 minutes et je l’en remercie. Notez que pas mal d’informations sont disponibles sur le blog dédié à cette application. Bon, ce billet est un test à l’arrache après une journée bien remplie…

@urbanbike
@urbanbike

Ce traitement de texte fonctionne comme une sorte de Word ou de Pages, voir même, pour ceux qui s’en souviennent encore, comme une sorte de mini FrameMaker (nostalgie…). Bref, la prise en mains est rapide, des tas de styles prédéfinis (ne changez pas leurs noms) + ceux que vous souhaitez ajouter. Ici, pas de Markdown mais une gestion de styles qui affiche de suite les attributs que vous avez affecter à un format style à une sélection.

Pas de souci pour les formats styles de paragraphes (dont les 9 niveaux de base qui vous permettent de construire une arborescence correcte), c’est plus réduit pour les formats caractères mais amplement suffisant.

@urbanbike
@urbanbike

Les fichiers que vous allez créer peuvent être stockés en local ou via du WebDAV et, bien entendu, sur DropBox. Pour ma part, c’est cette solution que j’ai choisi. Il manque d’ailleurs une protection d’accès à ce logiciel par un simple code car, une fois lancé, on a également accès à tous les contenus de DropBox.

Dès que vous créez un premier document, il faut localiser son emplacement puis prendre le soin de bien gérer les propriétés du fichier, son format (A4 par exemple) et modifier (ou non) la palette de styles que vous allez employer, sachant que vous pouvez intervenir à tout instant.

@urbanbike
@urbanbike

Je reviens 5 secondes sur les niveaux (heading), ce sont eux qui vont pour permettre de structurer votre texte mais également de déplacer en cours de route comme dans un mode plan, des branches complètes de votre arborescence…

Déplacement du niveau
Déplacement du niveau
et mise à jour immédiate…
et mise à jour immédiate…

Ensuite, à vous de saisir votre texte en désactivant de suite la correction auto qui ne fonctionne qu’en anglais pour l’instant.

J’ai commencé comme cela avant de m’agacer (pas de textexpander) et de réaliser un simple copier/coller d’un long billet que j’avais écrit à propos d’instagram.

Je suis allés sur Daedalus touch, réalisé un copié de tout mon texte au format Markdown et collé l’ensemble tel dans UX Write.

Bingo…!

Tout le balisage Markdown a été reconnu (bonheur), enrichissement stylistiques et liens. Dont les images liées (…qui sont sur le serveur) correctement affichées comme le fait Day One. Bon, cette joie de retrouver mes images fut de courte durée. Tant que l’on ne cherche pas à modifier une figure pour y placer une légende, ça fonctionne (et il est même possible de générer un PDF avec ces images).

@urbanbike
@urbanbike

Par contre, dès que l’on souhaite modifier la taille, ajouter une légende, il faut impérativement faire appel aux images dans sa bibliothèque (Photos) sous peine de plantage.

À noter qu’une copie de l’image est crée, renommée et insérée dans le dossier courant du fichier… Comme un site HTML.

@urbanbike
@urbanbike

Cette version 1.0 est encore assez réduite en terme d’export (que du HTML et du PDF) mais le RTF devrait suivre.

Mais le plus intéressant reste la gestion des niveaux même si parfois, cela se mélange un peut les pinceaux (attention à l’insertion de la table des matières). La création d’une table des matières (Contents) qui se remet à jour dès que des niveaux sont créés, modifiées ou déplacés, à l’instar de ce qui se passe en regard (colonne outline).

Avant…
Avant…
Après…
Après…

L’insertion de liens

@urbanbike
@urbanbike

L’insertion d’images de la bibliothèque

@urbanbike
@urbanbike
Avec légendes en pied des images…
Avec légendes en pied des images…

La création de références croisées au sein même du document…

@urbanbike
@urbanbike

Je n’ai pas encore évoquée la barre additionnelle qui est assez amusante car c’est un véritable caméléon, comprendre qu’elle change d’état selon que vous appuyez sur l’un des trois premières touches de gauche (…pas arrivé à faire des copies d’écran, voir la vidéo d’intro sur le site du développeur)…

@urbanbike
@urbanbike
  • un appui continu sur la première touche de gauche permet de masquer tout le clavier et d’utiliser cette zone comme un gigantesque trackpad…! Utile pour déplacer le pointeur.
  • un appui continu sur la seconde touche permet d’amplifier une sélection de caractères avec un ou deux doigts pour aller encore plus vite.
  • Un appui continu sur la troisième touche permet d’afficher les options gras, italique et souligné qu’il est possible de cumuler ainsi que les indentations et listes
  • Les touches suivantes sont des touches pratiques en toutes circonstances…
  • La dernière est liée au système d’aide à la correction et aux suggestions d’orthographe (pour l’heure, qu’en langue anglaise).

En conclusion

Bref, un produit très prometteur mais encore incomplet au stade de cette première version. Il est surtout conçu pour des anglophones pour une exploitation maximale.

En revanche, le fait de pondre un PDF avec des images devrait faire réfléchir bien des concurrents (!!). J’attends une prise en compte du français ainsi que des formats d’export traditionnels comme le RTF. Néanmoins la gestion du sommaire dynamiquement est un fantastique plus en rédaction technique…!

Sachant que nombre de produits vont être mis à jour, que de nouveaux entrants arrivent (si, si…), plus que jamais l’iPad devient une fantastique machine à écrire. À condition de trouver ses outils… Or le choix ne manque pas.

À suivre…!!

le 10/07/2012 à 20:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |