Urbanbike

Recherche | mode avancée

Vers une ANM ?

FrameMaker et OSX

dans outils
par Jean-Christophe Courte

Adobe a acheté la société FrameMaker il y a déjà pas mal d’années… Or, très vite et quasi simultanement, nous avons vu PageMaker sombrer et InDesign émerger… La question aujourd’hui est de savoir ce qui va naître de toutes ces manipulations numériques !

Inconditionnel de FrameMaker, je guette les signes d’une nouvelle version…

Erreur ? Adobe serait peut-être en train de nous préparer une Application Numériquement Modifiée… !

Or, que les choses soient claires pour vous, lecteur : le plus extraordinaire logiciel de traitement de longs documents est, à mes yeux d’utilisateur quasi quotidien, FrameMaker.

D’où mes inquiétudes !

Vous pouvez m’opposer XPress, PageMaker et consorts : non ! Le plus puissant en production, celui qui sert à mettre en pages quasiment tous les manuels ou ouvrages professionnels, c’est bien ce produit rustique et incroyablement puissant.

L’attente d’une version portée sous OSX s’éternise, pour ne pas dire plus. Aussi, on peut s’amuser à imaginer ce que le marketing d’Adobe a en tête. Cela ne coûte rien, et la plus grosse surprise serait d’avoir presque raison. Adobe investit depuis pas mal d’années dans InDesign (le XPress Killer). Si la version 1 et 1.5 fut plus que décevante (et je reste gentil), la version 2 portée simultanément sous OS9 et OSX est devenue incontournable.

Le silence radio autour d’une version 8 de FrameMaker alors que bruissent quelques rumeurs sur la 3 d’InDesign nous laissent à penser que cette dernière pourrait disposer de nombre de fonctionnalités de FrameMaker.

Que manque-il réellement à InDesign, même si les avis divergent ?

  • des variables
  • des combinaisons de styles caractères dans les styles paragraphes et leur auto numérotation
  • des références croisées même si on a déjà affaire à une notion de liens
  • une gestion plus poussée des maquettes à la FrameMaker avec une gestion plus soutenue des blocs textes
  • une fonction recherche remplacement plus fournie
  • un éditeur de fonctions mathématiques
  • des blocs ancrés avec des règles de positionnement selon le paragraphe maître
  • une gestion plus puissante du langage de description de page (et ce malgré le XML déjà disponible)
  • ajouter une gestion poussée des marqueurs (ces derniers sont en fait les éléments qui permettent justement de baliser les termes qui servent pour les index, qui marquent les parties de texte en variables… Bref, beaucoup de choses sont impossibles sans eux.

Or, on peut très bien imaginer que les développeurs d’Adobe souhaitent muscler InDesign avec quelques-uns de ces points pour le rendre incontournable. La surprise ne devrait pas se faire attendre trop longtemps…

Sans oublier une gestion moins complexe de documents multiples avec Index multiples, table des matières, etc.

le 23/09/2003 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |