Urbanbike

Recherche | mode avancée

De l’importance de l’image associée à une note

Mémoire continue ou série d'ancres pour un meilleur rappel…?

dans ailleurs | dans mon bocal | mémoire
par Jean-Christophe Courte

Je suis très attaché à l’usage de Day One, ce traitement de texte qui propose d’associer chaque note à une date et une heure. Pas besoin de rentrer un titre, la date même de la création de la note se suffit à elle même.

Déjà, cette simple façon de fonctionner permet de se constituer aisément une sorte de carnet, un journal de bord.

Mais, je l’ai déjà écrit, Day One permet également de mémoriser l’endroit d’où l’on écrit. Pas la peine — a priori — de rappeler que vous êtes à Rome ou à Turin, la localisation — si vous l’avez activée — se charge de mémoriser automatiquement le lieu où la note a été commencée, peu importe ensuite que vous la modifiez par la suite, ailleurs et/ou à une date ultérieure, elle reste liée aux informations de départ.

À cette localisation, Day One va non seulement vous proposer d’associer une carte (…et vous indiquer que vous étiez à deux pas de tel Chateau sur la Loire ou à deux pas du Quai Branly) mais également les informations météo (température, ensoleillement, pluie…) liées, encore une fois, à cette localisation.

Tous ces éléments concourent à rafraîchir vigoureusement votre mémoire quand vous relisez vos notes, expliquent pourquoi vous étiez à 15 heures dans un café à vous réchauffer au lieu de déambuler sous les averses…!

Mais le point le plus intéressant est l’ajout d’une photo emblématique, voire plusieurs, dans une journée.

La photo est aussi la mémoire de l’instant vécu

Dans 99,9 % des cas, je ne prends pas de notes, ma mémoire est encore capable de me restituer les évènements de la journée. Je procède en soirée ou en fin de semaine.

Par contre, je ne suis pas certain de l’heure de mon passage dans telle rue, je ne suis pas même assuré de me souvenir de sa localisation même si je me souviens que nous quittions tel endroit pour nous rendre vers tel autre.

C’est pourquoi j’ai pris l’habitude de faire des clichés emblématiques à destination de Day One justement. Ce ne sont pas de belles images léchées (quoi que, l’on peut associer les deux, ne surtout pas se priver…) mais une vue générale, quasi carte postale, qui n’a de but que de figer le contexte.

Comme le iPhone ajoute des informations EXIF dans les photos réalisées, il me suffit le soir ou quelques jours après de créer des entrées dans Day One en utilisant comme autant de clés ces quelques images qui résument le mieux ce contexte. Comme autant de pièces d’un puzzle numérique…!

Je me force à le faire pour la bonne raison que je ne suis pas le seul demandeur de ces balises visuelles et temporelles. Ces notes photographiques sont autant de fanions qui rappellent avec assez de précision la balade effectuée. Mais aussi les mois et années.

Ces photos banales ont du bon car sans charge émotionnelle. Elles rendent compte de la réalité du moment tout en restituant nombre de détails (couleur, conditions météo mais aussi image du bâti, des jardins…).

Bien entendu, j’utilise de plus en plus Routie en lieu et place de Moves (qui fonctionne néanmoins toujours en arrière-plan1), application qui me permet d’afficher chaque vue prise sur le parcours qu’il a mémorisė dans le dédale des petites rues de tel village d’Ombrie, etc. Et des kilomètres parcourus à pied, autre information que Day One peut conserver si vous le souhaitez.

Mais la timeline de Day One reste la plus intéressante car elle me permet de conserver linéairement plus de cinq années de ma vie2, de rechercher en quelques secondes à quelle période nous étions allés dans tel lieu. À condition de l’avoir notė dans le texte qui accompagne la photo ou dans le carnet de voyage.

reduc-450

Certes, les 5 étoiles pour ce Tiramisu sont exagérés (quoi que…!) mais le souvenir reste vif de ce petit restaurant à Rome, rempli d’habitués et où j’ai découvert les artichauts frits…

c’est le seul point qui manque pour le moment, ne pas pouvoir rechercher sur les données de localisation. Pas possible de retrouver les dates d’un passage à tel endroit (…alors que la photo est bien localisée) si ce lieu n’a pas été consigné dans le texte.

Un outil que l’on découvre sur le long terme

Tous ces points de confort ne sautent pas aux yeux. J’ai récemment convaincu ma moitié de l’utilité de Day One après lui avoir démontré que nous étions allés à tel endroit en telle année. Et, mieux encore, les photos incorporées aux notes lui ont immédiatement permis de reconstituer notre périple d’alors.

Du coup, les jours de son increvable Nokia semblent comptés3 car sa propre perception du iPhone a brutalement changée. Mais en fait, elle souhaite simplement que je constitue à son usage un carnet sur son iPad qui lui permettra de reconstruire aisément nos balades…!

C’est un début !


  1. Moves qui me permet de conserver tous mes trajets, jour après jour, dans Evernote via ActivityDiary. J’y reviendrais. 

  2. Ces infos sont synchronisées dans tous mes écrans et stockées dans DropBox

  3. Mais à vrai dire, je n’y crois pas ! 

le 20/10/2015 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?