Urbanbike

Recherche | mode avancée

Décompression | 2

Retour d'expérience

dans dans mon bocal | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Passer de l'état de professionnel actif à demandeur d'emploi n'est pas sans conséquences depuis 4o jours. Certes ma situation est loin d'être exceptionnelle et j'aurais mauvaise grâce à me plaindre des 29 années passées, 7 jours sur 7, au sein de ma propre embarcation, à naviguer entre les écueils que tout entrepreneur rencontre quotidiennement.

Entre l'interminable baie du défaut de paiement dans laquelle il est (très) facile de se retrouver encalminé, les îles de la désolation (…où ne pousse aucun boulot… CQFD) et la longue pointe acérée des charges sociales aux récifs à fleur d'eau, plus d'une fois mon frêle esquif a manqué y laisser sa coque légère comme son équipage.

Ces prochains jours, cette petite barcasse va être désarmée. Comme je n'ai pas fini mon dernier bord drossé sur les rochers du contentieux, son équipage, après avoir réglé les ultimes frais, va se partager le reliquat des actifs après 7 mois de navigation sans le moindre ducat.

Ce qui me reste désormais à envisager, c'est la suite !

Mon passage à pôle emploi ne m'a laissé guère d'illusions. Il est difficile d'envisager de poser mon sac sur un autre bâtiment avec un parcours aussi atypique que le présente mon CV. Et puis, inutile de se leurrer, ma propre date de fraîcheur joue en ma défaveur : je suis un vieux mousse !

Les offres que j'ai parcouru ne me motivent pas : entre un banc de nage payé à coups de fouet sur une galère qui peut chavirer à la première vague ou la soute à esclaves d'un galion de belle allure, rien de très excitant. L'option la plus technologique revient à pelleter du charbon en continu dans une salle des machines sans lumière, pas certain que ma carcasse fatiguée tienne le rythme.

Et puis s'intégrer à un autre équipage après avoir été mon propre maître, pas certain que cela se fasse sans crispations. D'autant que je ne sais pas trop la boucler !

Aussi vais-je prendre ce que d'aucuns nomment retraite. Mais une retraite active à m'essayer à noircir quelques feuillets de mes nombreuses aventures ordinaires. Ou pas !

@urbanbike

Pour la première fois depuis des décennies, je me sens en vacances. Je ne compulse plus mes courriels fébrilement pour répondre aux offres de missions (et pour cause !!).

Je ne me pose plus la question des règlements non effectués même si tout n'est pas encore réglé (…cette période de désarmement est assez longue en définitive et le rescrit de la DGI tarde à venir même s'il est désormais sur les rails).

Même la question cruciale de la connexion internet ne m'a pas empêché de dormir à peine arrivé sur mon île. Cette année, j'ai réduit mes outils au strict minimum.

@urbanbike

J'apprécie de me retrouver déconnecté quelques heures. Il suffit d'une randonnée sur un chemin côtier pour disparaître.

@urbanbike

Comme 40 ans en arrière quand nous partions à l'aventure en Europe sans téléphone portable, in-joi-gna-bles.

À l'époque, la NSA n'avait pas comme slogan "Yes, We Scan"…

le 09/08/2013 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?