Urbanbike

Recherche | mode avancée

Décrypter mon écriture en OCR | Appel à projet…!

Ce que j'aimerais comme type d'application en 2016…

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Depuis des semaines, je reprends plaisir à écrire. Je n’évoque pas la rédaction des billets mais bien l’action de calligraphier. Écrire à la main, quoi.

Il me semble que ma pensée reste plus fluide quand je tiens un stylet et que ma main trace les lettres (ou les signes) sur un support1.

Et tout ceci sans interruptions : moins de fautes en calligraphiant car mes gros doigts ne heurtent pas par mégarde la touche contiguë à celle souhaitée sur là clavier (sic !), le correcteur automatique n’interprète pas alors le mot que je suis en train de saisir par erreur (re sic…!), les cases prédictives ne me proposent pas — du coup…! — trois options en se basant sur ces erreurs, etc.

Toutes ces interactions intelligentes2 qui s’enchaînent ajoutent du bruit au fil ténu de ma pensée qui, souvent, s’évapore aussi sec…!

Et puis, quand j’écris à la main, je n’ai pas à me souvenir3 des touches sur lesquelles agir pour appeler tel signe, je le dessine et c’est tout. Naaa…

reduc-450

Vive le clavier et les cases prédictives…

Certes, je suis émerveillé par ces trois cases prédictives au dessus de mon clavier sous iOS, j’apprécie que le correcteur insère les accents aux bons endroits sur un mot que je saisis imparfaitement en tapotant. Et puis, j’aime utiliser TextExpander au quotidien pour m’éviter de saisir n fois les expressions les plus courantes et les noms des applications.

La dictée, pourquoi pas…

J’ai eu grand plaisir à essayer, pendant un long moment, le mode dictée, pensant enfin toucher le graal… Mais il me faut être seul et disposer d’une connexion internet. Au final, beaucoup de redites dans ce qui est transcrit sans oublier une phase de corrections pas piquée des hannetons ! Bref, j’ai espacé l’usage jusqu’à ne plus y recourir pour le moment.

Écriture manuscrite et reconnaissance

J’ai même pris du temps à revisiter WritePad, joué le jeu de la reconnaissance4 de mon écriture avec bien des déboires vu que j’écris mal. Et que j’ajoute en règle générale les accents dans un mot après l’avoir formé, et non lettre par lettre.

Comme écrire, c’est dessiner, cela me semble naturel. Mais pas franchement au goût du dispositif de reconnaissance de cette application qui veut identifier de suite les lettres pour me proposer une série de mots acceptables.

Dans tous les cas de figure, celui de la validation des propositions (ou non), voire de la correction des non sens proposés. Et, au final, une évidente perte de temps, un relâchement de l’attention du à ces micros interruption. Voire une coupure radicale des idées qui m’arrivent.

Ben alors ?

J’ai poubellisé nombre d’applications de prises de notes manuscrites depuis les débuts de l’iPad. La seule qui reste active sur mon Air 2 reste Noteshelf. Je l’emploie désormais avec un stylet Wacom à pointe caoutchouc dur (…perdu pas mal de temps avec les pointes plus molles avant de découvrir qu’il existait une version plus ferme).

J’ai désormais une bonne martingale (…enfin, je suis en train de la tester mais, dans l’enthousiasme, j’y crois fermement) car, en calligraphiant sur n’importe quel support, pas de surprise à la relecture de découvrir que tel mot a été substitué par tel autre.

Bien entendu ce n’est pas ce qu’il y a de plus rapide mais, en amont, je n’ai pas trouvé mieux pour accoucher mes idées, conceptualiser un sentiment, une impression.

Au final, plus d’interruptions par l’intrusion d’erreurs de saisie, de maladresses. Ou par le fait du correcteur orthographique automatique qui ne connaît pas tel ou tel terme spécialisé.

Même mon écriture s’est améliorée (on ne glousse pas à la vue des copies d’écran…!), mon poignet a retrouvé de la souplesse et de la précision que j’emploie aussi en crobardant (mot inconnu de mon correcteur) car, au risque de me répéter, écrire est avant tout dessiner.

Pour finir…

Pour mémoire, j’utilise Noteshelf ⚑ (7,99 €) sur mon iPad (cf. Les copies d’écran), les développeurs ne me paient pas pour en parler…!

reduc-450

Ou je couche le tout sur un simple carnet de feuilles en vrai papier tiré d’arbres, des dos d’enveloppes reçues avec, en général, un Grip Plus qui est sagement posé sur mon bureau…

J’exporte mes pages — rarement — au format PDF, mes carnets de notes restant tranquillement dans l’application vu, qu’une fois cet exercice de calligraphie réalisé, je lance Drafts 4 pour saisir au clavier les idées dégagées et désormais bien en place. Et, si je perds le fil, il me suffit de relire mes notes calligraphiées, CQFD.

Du coup, et c’est bien ma conclusion (…enfin, c’est pas trop tôt !), je rêve5 — à nouveau — d’une application capable de procéder à une sorte d’OCR de mes pages calligraphiées et de m’exporter le résultat dans un traitement de texte Markdown. C’est pas compliqué, non…?!

À suivre.

Faudra que je fasse un parallèle avec la marche un de ces quatre…


  1. Stylet Wacom ou crayon, carnet papier ou écran, même combat. 

  2. Certes, je pourrais tout désactiver (!!) mais vu la qualité de ma saisie au clavier, je pense que ce serait pire. Cette solution était d’ailleurs ce que l’une des premières versions de iA Writer proposait sur iPad en 2011… 

  3. Je suis un mauvais rat de laboratoire : cela fait près de 40 ans que je n’arrive pas à mémoriser l’emplacement des caractères sur un clavier, pffffff…! 

  4. Relire urbanbike | Un nouveau clavier dans l’iPad avec WritePad 9.2 

  5. Cela fait quelques années déjà mais l’envie est de plus en plus forte. 

le 23/12/2015 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?