Urbanbike

Recherche | mode avancée

EyeEm sous iOS | de la prise de vue à la vente de vos clichés…

Un système complet dans votre iPhone mais aussi dans votre Mac

dans ancres | grospod | photo
par Jean-Christophe Courte

Après VSCO1, j’ai rechargé EyeEm ⚑ sur l’iPhone et me suis souvenu que je n’avais pas été plus loin que la fenêtre d’inscription naguère.

Comme pour VSCO, j’ai ouvert un compte vers ce site qui annonce, sans rire, A community & marketplace for real photography. Ayant très mauvais esprit, j’ai la détestable habitude de tout tourner en dérision.

Mais je dois reconnaître que, comme le site, l’application est bientôt bien foutue, assez réactive (moins que l’usine à courbes2 que j’ai maintes fois évoquée…) et, concept totalement assumé, orienté vente de vos images.

De plus, un passage sur le site web de EyeEm montre que ce ne sont pas que les images issues d’un iPhone que vous pouvez proposer.

Néanmoins, pour accéder à cette étape, EyeEm demande plus de détails sur l’auteur que vous êtes. De lire puis de valider des clauses vous liant au site (ce qui est le minimum).

Les prix de vente sont clairs, $20 pour une licence standard — commerciale ou éditoriale — et $250 pour un usage nettement plus large. Pour chacune desoptions, un PDF en anglais est à télécharger…

Oui mais…?

Pas de mais, les règles sont claires :

  • All revenues are split 50/50 between you and us.
  • A photo can sell to multiple clients again and again. And you’ll earn money each and every time.
  • EyeEm Market is non-exclusive - you can still use and sell your photos elsewhere.

Bref, en résumé, c’est du 50/50, vous pouvez vendre la même image plusieurs fois et EyeEm n’est pas votre distributeur exclusif…

Des galeries, des auteurs…

Avant de faire vos propres images, EyeEm vous propose de vous balader dans les galeries des auteurs… Ici, pas de filtres à vendre, mais une place de marché avec toutes sortes d’images…

reduc-450

  • À gauche | Toutes sortes de thématiques à découvrir… Pour mémoire, la photo de la jeune femme était masqué par un rectangle gris et un avertissement3
  • À droite | Des auteurs que vous pouvez ajouter à votre guise pour les suivre…

reduc-450

  • À gauche | Des demandes spécifiques avec un challenge…
  • À droite | Et, bien évidemment, de vous inciter à produire de l’image à votre tour…

Et l’application photo…?

Comme dit plus haut, vous n’êtes nullement tenu à des images brutes de décoffrage de votre iPhone. Pour autant, l’application sous iOS va vous permettre de prendre des images, d’en récupérer d’autres dans votre album faites avec des produits tiers.

Et, dans tous les cas de figure, de post-traiter ces images avant de les expédier (ou pas) vers votre espace dans EyeEm.

Mais revenons à l’iPhone avec quelques copies d’écran décrivant à grands traits le fonctionnement…

reduc-450

  • À gauche | le dispositif de prise de vue est des plus élémentaires… En haut, optez pour l’usage du flash, une grille ou un selfie… En bas, le bouton déclencheur mais aussi une gestion de luminosité…
  • À droite | …et ses trois options.

Basique et efficace… Mais non obligatoire…!

reduc-450

  • À gauche | Une fois la photo prise (…ou importée de votre album), trois séries d’outils… Recadrage, filtrage et Correction…
  • À droite | Cinq outils pour le recadrage dont celui-ci avec une grille très fine pour un positionnement précis…

reduc-450

  • dans la partie filtrage, une série bien définie par thématiques avec la possibilité de nuancer l’application de chaque filtre de base…

reduc-450

  • le fait de placer les outils de correction à la fin n’est pas innocent… les deux premières étapes devraient suffire en règle général…
  • À droite | reste à partager… ou non…!

Diantre mais comment sauvegarder mes images dans mon album sans les publier…? Facile, dans la seconde partie, celle du filtrage, toute validation enregistre votre image post-traitée avec un filtre de EyeEm dans l’album (et même dans un dossier spécifique)…

Mais l’idée est — en toute logique — de nourrir la base de visuels disponibles de EyeEm, CQFD.

Voilà, pas mal du tout même si je reste un incorrigible sceptique. Sauf que EyeEm est une société basée à Berlin et que certains reportages m’ont fortement intéressé.

À suivre…!


  1. Cf. urbanbike | VSCO, un univers photos + post-traitement + publication sous iOS 

  2. Cf. urbanbike | Post-traitement : MaxCurve 1.2.1 affiche les valeurs 

  3. Ce qui me surprend toujours, un tour au Musée du Louvre en montre nettement plus même si, soupir…, on masque désormais des statues pour des visites protocolaires et signer des contrats… 

le 13/02/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?