Urbanbike

Recherche | mode avancée
Abonnement au fil RSS ou ATOM

iA-Writer pour Macintosh

Disponible sur AppStore, OSX 1.6.x obligatoire

dans dans mon bocal | outils | voir
par Jean-Christophe Courte

201105029 iawm 02

Tel le messie (sic…!), la première version largement annoncée pour Mac d'iA-Writer est sortie vendredi soir aussitôt accompagnée de mille remarques enthousiastes sur Twitter.
Non, je ne suis pas ironique. Quoi que !

201105029 iawm 01

Texte centré sur fond gris et rien d'autre…

Une version Mac qui suit une version iPad…
J'apprécie — même si je ne l'utilise plus — iA-Writer sur iPad (voir cette chronique sur urbanbike) qui a été l'une des toutes premières applications réellement pensées pour les écrivains sur iPad avec une ergonomie réduite à l'essentiel et fort séduisante.

Mieux, l'une des toutes premières à proposer une barre additionnelle de touches bien utile sur le iPad pour déplacer le curseur et offrir quelques raccourcis pratiques pour atteindre des touches d'usage répétitif. J'ai pourtant fini par abandonner cette application pour quelques raisons dont l'impossibilité d'employer TextExpander pourtant disponible sur d'autres applications.

Adaptée à la saisie au long cours…
iA-Writer sur Mac intègre une très bonne grille de lecture des besoins de tout pisseur de lignes qui a besoin de concentration.

La version Mac démontre à nouveau les très bonnes intentions du développeur en proposant, ni plus ni moins, ce que fait depuis des années l'ancêtre Writeroom (voir cette chronique sur urbanbike) ou le très récent Byword (voir cette chronique sur urbanbike), à savoir une saisie de texte plein écran et donc totalement débarrassée de sollicitations extérieures.

Mais ici proposée avec le look and feel d'iA-Writer, c'est à dire un environnement cosmétique sobre, gris, une typographie spécifique. Et le pointeur du curseur qui clignote en bleu, signature discrète de l'app. Bien sûr, il n'est pas nécessaire de bosser plein écran, celui d'iA-Writer est au plus réduit de 992 pixels par 200 et flotte tranquillement au dessus des autres fenêtres.

201105029 iawm 04

Mode Focus et centrage du texte en cours…
Ce que j'apprécie particulièrement dans cette application, c'est son mode Focus qui était l'une de ses caractéristiques remarquables sur iPad. Cela consiste à ne mettre que la phrase en cours d'écriture en noir et à estomper toutes les autres en gris.

Sur la version Mac, une seconde astuce s'est invitée qui consiste à conserver cette ligne de texte en cours de saisie ou sur laquelle on intervient au centre de l'écran, ce qui évite de chercher perpétuellement le pointeur des yeux. Dans le cadre de cette première version, cette option a tendance a assez facilement décrocher, me demandant d'activer régulièrement son appel (Commande-D), ce qui sera corrigé ultérieurement, je n'en doute pas.

201105029 iawm 05

Sans menus

201105029 iawm 07

Ou avec…

Alors quoi de neuf…?
Hormis le déplacement du curseur de phrase en phrase qui est fort pratique via commande + flèche de direction et l'intégration ici nettement plus facile d'une recherche et remplacement…

201105029 iawm 09

…La vraie nouveauté — que l'on espère retrouver sous iPad — est l'emploi des balises Markdown pour styler a minima le texte en cours d'écriture.

Je reconnais que c'est bien foutu — même si je l'utilise pas généralement — car cette stylisation symbolique pensée pour le texte s'applique de manière sobre toute en restant bien visible par des options de retrait, ou de léger graissage, etc. Avec une approche pragmatique et à bon escient, cela marche très bien.

Notez que la ligne du bas de l'écran d'iA-Writer pour permet d'un clic à gauche de basculer en mode Focus et, à droite, de compter le nombre de caractères comme de mots ainsi que le temps de lecture de ce même document (mais là, je n'ai pas encore capté l'intérêt de cette option, je le reconnais).

201105029 iawm 03

Pour finir, la vraie nouveauté de iA-Writer — et là, je suis ironique, cher Oliver — est de pouvoir enfin utiliser TextExpander. Sur Mac, nous n'avons pas à attendre le bon vouloir des développeurs pour en bénéficier, toutes les applications — dont celles d'Apple — le supportent.

Bref ce nouveau traitement de texte a rejoint mes fidèles Writeroom, Byword, Opal et quelques autres outils de saisie sur mon Mac dont Pages ou TextEdit.

Un regret…?
Que les soulignements rouges qui marquent la mauvaise orthographe des mots sur mon Mac ne soient pas activés sous iA-Writer. Et que le codage des fichiers issus de l'app ne soient pas compatibles avec TextEdit, tout simplement…

Notez que vous pouvez bien sûr utiliser iA-Writer sur Mac tant avec DropBox que MobileMe… Pour écrire ce billet avec du Markdown pour voir, j'ai utilisé Daedalus touch sur mon iPad qui est synchronisé via MobileMe et recouvert ce texte sous iA-Writer sur Mac. Avec TextExpander, il est facile de parsemer du Markdown partout. Et sans le trompeter sur tous les toits…!

Markdown, qu'est ce que c'est…?
Pour simplifier car je ne suis nullement un spécialiste, Markdown est une manière codifiée d'intégrer des options qui seront traduites ensuite en balises HTML… Si vous avez besoin de signifier que tel mot sera en *italique*, il est entouré d'une étoile ; en **gras**, de deux étoiles, etc. Pour notifier la valeur d'un titre, il est précédé d'un ou plusieurs signes dièses, un seul pour le niveau 1 (qui correspondra en HTML à "h1"), etc.

201105029 iawm 10

Un mini mode d'emploi est proposé par l'application…

Ce qui est étonnant également c'est la montée en puissance de ce balisage mais encore avec trop d'outils pour geeks et pas pour simple polisseur de clavier…

Aussi, pour en savoir plus, je vous recommande de passer un peu de temps dans le site en français de David Bosman, davidbosman.fr qui est un spécialiste de la chose (tout ce qui suit ne sort pas de mon chapeau mais bien des infos trouvées sur son site que j'ai pillé sans vergogne…) et qui explique même comment installer un convertisseur de Markdown vers du HTML (et autres).

Sachez également qu'un set dédié Markdown est disponible pour TextExpander sur brettterpstra.com.

Plus intéressant et trouvé également chez David, html2text, un bookmarklet qui permet de convertir une page HTML en markdown (et donc de commencer à en comprendre les subtilités nombreuses).

Enfin et nettement plus simple à mes yeux, BBEdit permet d'installer Markdown dans ses Unix Filters et donc de convertir n'importe quel fichier Markdown produit en HTML.

201105029 c0nvert 1

Et inversement avec html2text installé au même endroit.

201105029 c0nvert 2

Pourquoi intégrer du Markdown dans un éditeur de texte…?
L'idée de baliser de manière simple ses textes s'avère pratique surtout si vous utiliser des outils d'interprétation de ces produits par la suite. ExpressionEngine et biens d'autres CMS supportent de tels outils et transforment à la volée le texte codée Markdown.

L'autre point auquel on ne pense pas immédiatement est la pérennité de ces textes en s'affranchissant de formats propriétaires, de pouvoir les rééditer dans un avenir lointain sans (trop…) de soucis car en employant un simple traitement de texte.

Il existe d'ailleurs sur iPad et iPhone nombre d'applications qui le prennent en compte et qui le transforment en HTML… Je pense à Notesy, Nebulous Notes, etc.

Vous n'avez pas besoin d'ailleurs d'un interprétateur pour l'employer sur n'importe quel traitement de texte. Néanmoins, c'est plus pratique de voir ce que cela donne et jusqu'à présent, seul MarsEdit s'en chargeait sur mon Mac.

201105029 iawm 11

Le texte en markdown issu d'iA-Writer et reconnu par MarsEdit…

Bon, c'est cela qui est intéressant à l'issue d'une prise en mains, découvrir que l'on a encore mille pistes à explorer. Ou pas…!

En conclusion d'un test limité à 24 petites heures…
l'idée force reste cet affichage sobre en plein milieu de l'écran à la justif de ligne ramassée, le curseur positionné sur la même horizontale. Sans oublier ce mode Focus qui permet de ne se concentrer que sur la phrase en cours…
À suivre…

Merci David pour ce complément ajouté sur ton site…

le 29/05/2011 à 05:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?