Urbanbike

Recherche | mode avancée

iPhone 6s+ en voyage ? Un compagnon idéal !

Pourquoi s’encombrer ?!

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | photographie | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce billet fait suite à urbanbike | iOS et sac à dos…

Certes, de retour, j’annote ce texte sur un iPad… Bref, en résumé, je suis parti avec deux écrans mais suis désormais convaincu que j’aurais pu/dû ne partir qu’avec le iPhone 6s+1. Si, si…!

Explications…

C’est un constat sur dix jours, balloté entre divers hébergements dans une demi-douzaine de cités reliées par le chemin de fer. En effet, rien ne vaut un début d’expérience en conditions réelles avec ses aléas (retards de train, correspondances…), périples à pied dans les villes (Moves m’indique plus de 150 kilomètres en dix jours avec des pointes à plus de 18…). Tout en prenant des clichés et en se dirigeant dans l’urbain, ci et là, en mode boussole.

Et sans oublier les tweets, la récupération des courriels, les échanges par SMS avec les hébergements ou le fiston arrivé, pour Venise, en avion low-cost.

Savoir quand on arrive, quand on repart est essentiel pour l’hébergeur2. Sans oublier le problème des clés à rendre, la consigne des sacs. Tout ceci se négocie au cas par cas.

Une autonomie rassurante

Dire que l’autonomie de cet iPhone grand format est franchement remarquable n’est pas une surprise. Mais plus clair de le constater dans les conditions d’un voyage.

Étonnamment, la fin de la journée était rarement en dessous de 40% de charge. Du coup, de la marge pour ressortir manger un morceau, filer sur un quai, boire un Spritz et revenir en évitant soigneusement les ruelles en impasse sur un canal…!

Rappel utile : en Italie, la 3G3 se capte quasiment partout dans les villes. Même dans le train (…dans les wagons où l’on trouve souvent des prises pour recharger). En gros, cette excellente couverture téléphonique a aussi une incidence claire sur l’autonomie.

Boussole plus qu’itinéraire…

En ville, la consultation de Plans est parfaite. Mais nous avons renoncé assez vite à nous fier à l’itinéraire par étapes.

Montrer comment rejoindre au plus vite à pieds depuis notre géolocalisation une adresse finale est pratique mais suivre les indications par étapes en mode piéton dans une ville bourrée de ruelles pêche en terme de vitesse. Mieux vaut afficher le trajet proposé puis suivre sa géolocalisation sur cet itinéraire. Le point bleu signalant la position du iPhone, il est facile de constater si l’on est sur la bonne route ou carrément dans les choux.

En prenant le temps, le mode boussole s’avère utile pour repérer un édifice puis s’y rendre à l’estime. Cela permet, de plus, des découvertes imprévues.

Notes photographiques

Prendre des clichés avec ProCamera en mode HDR et 5 visuels est d’autant plus confortable que la stabilisation de l’optique sur le 6s+ joue particulièrement pour des scènes intérieures (musées ou églises…).

Néanmoins, j’ai usé et abusé au départ de cette application au lieu de laisser la main à l’application Appareil photo d’Apple. Et trop souvent, je n’ai pas fait le choix du mode HDR naturel pour opter pour HDR Éclatant, voire Dramatique. Bon, pas de regrets, on apprend de ses erreurs.

Dans nombre de situations, je préfère shooter en noir et blanc. Et pour cela, même s’il m’est possible de convertir des clichés couleur issus de l’album, j’ai utilisé Provoke.

Ceci me ramène quelques décennies en arrière, à l’évoque où je me défonçais le dos en trimballant un Hasselblad et deux dos films argentiques amovibles : un pour le noir et blanc, le second pour la couleur. Ici. Il me suffit de changer d’application.

Oui, le iPhone 6s+ est une bonne boite à pixels. Néanmoins, je reste partagé et — même si j’ai du écrire l’inverse ailleurs…! — j’apprécie le Canon M et son EF-M 22mm f/2 STM. Un exemple ci-dessous…

reduc-450

Rappels

Si j’ai bien apprécié le Wallet et le rappel des billets de train, ce sont surtout les alertes de Fantastical avec les informations tant des horaires des trains ou des réservations, infos souvent fournies par les services que nous avons utilisé, de Booking à Capitain Train

Rappel : imprimer nos billets ne fut pas inutile non plus.

Carnet de route

Enfin, chaque jour, écrire son journal de bord. Si Day One 24 reste l’outil le plus adapté pour conserver la chronologie en récupérant l’horodatage des images et leur localisation, j’ai préféré employer un traitement de texte Markdown pour rédiger un billet de la journée complète. Et comme j’avais pu récupérer la dernière version de iA Writer en me connectant en 3G, j’ai employé ce dernier.

…agréable mais avec deux faiblesses à mes yeux, l’absence de TextExpander et, surtout, une certaine lenteur à synchroniser via iCloud. Du coup, je suis revenu sur Drafts 4.

Mais, Théo, qu’est-ce que tu racontes !?

Okay, les modèles de prévision météorologiques ont eu du pain sur la planche fin avril… WeatherPro nous a servi des prévisions assez hasardeuses et éloignées de la pluie que l’on se ramassait, je ne parle pas même de RainToDay qui n’est pas encore activé en Italie.

Pour finir…

  • Translator nous a servi une seule fois. Le reste du temps, c’est généralement l’anglais et nos tentatives de communiquer en italien. Hormis une fois à Turin en prenant un pot à La Maison de Marie, le maître des lieux parlant un excellent français pour nous communiquer son amour de sa ville.
  • Gerty pour les longs moments dans le train pour lire…
  • Moves qui est passé en 2.7.11 en cours de voyage et qui enregistre nos parcours…
  • WikiLinks bien pratique pour répondre à des questions sur l’instant et proposant, via notre localisation, des données sur ce qui nous entourait
  • Booking et TripAdvisor pour des infos pratiques avant et pendant
  • Nest qui nous a permis de constater que le chauffage se relançait correctement chez nous pendant notre absence (pointes à -2°) et permettait de conserver notre logis à 13°C. C’est cette même application qui nous a permis de rentrer dans des volumes revenus à 17°C car programmée depuis le train du retour…
  • Hide My Ass! qui n’a fonctionné que sur deux écrans en même temps (Apple m’a remboursé mon second achat…) et bien pratique dans les gares.
  • Podcasts d’Apple pour meubler les soirées sans connexion ou les épisodes ferroviaires trop longs.
  • Assistance Free qui remplace le service de FreeMobile via Twitter et qui m’a permis de comprendre pourquoi l’iPhone de ma fille et le mien n’avaient pas basculé sur le réseau du partenaire italien après la frontière. Un échange en vidéo depuis l’hôtel avec le technicien m’a permis de comprendre que nos iPhones avaient mémorisé l’ancien partenaire et non le nouveau. Il fallait donc désactiver le mode Automatique dans Réglages/Opérateurs et choisir le nouveau prestataire.

Voilà, voilà !

Pour finir, des liens vers les applications utilisées…

reduc-450

  • Deux images réalisées capturées par un Canon M à… Burano (…clichés dédiés à Sylvie Niel…!)

  1. bon, comme Apple se casse la gueule en bourse, que Apple est mort, cette chronique est désormais inutile ! 

  2. J’ai reçu mes droits d’auteur 2015 ce midi et cela me permet de régler deux nuitées sur neuf… Je vais finir par me lancer dans la politique, c’est nettement plus rémunérateur…! 

  3. Free bosse désormais avec Vodophone et cela se sent en terme de couverture 

  4. comme nombre d’utilisateurs, j’ai vécu — sans stress, j’insiste — les périodes sans synchronisation du iPhone vers le serveur de Day One 2. Mais tout est revenu dans l’ordre et mon carnet de voyage est désormais tant sur le iPhone 6s+ que sous iPad ou Mac. 

le 30/04/2016 à 16:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?