Urbanbike

Recherche | mode avancée

Kodak DCS Pro SLR/n et optique AF

RAW, capteur et résolution…

dans
par Jean-Christophe Courte

image Kodak a eu la gentillesse de nous prêter à nouveau le DCS Pro SLR/n, histoire que je le teste avec une optique AF pour boîtier argentique 35 mm. Même s'il me reste encore quelques points à éclaircir, cette boîte à pixels reste d'une qualité incomparable avec ses 4500 par 3000 pixels en acquisition. Je ne reviens pas sur ce que j'ai déjà écrit sur la neutralité du capteur et sa définition, sa quasi absence de bruit, l'ergonomie à amender du boîtier. Cette suite est ici simplement pour conclure sur son utilisation avec un Nikkor AF. Conditions d'utilisation
Oui, le Kodak est encombrant (mais bien moins que le Nikon D2h ! Produit que je teste en ce moment avec plaisir…), oui il est lourd, 907 grammes (mais un peu moins que le D2h…!) et cela reste à mes yeux un des meilleurs boîtiers.
Je ne reviens pas sur l'ergonomie que laquelle je me suis déjà expliqué. Il est vrai qu'avec une optique autofocus, les conditions de confort augmentent magistralement dans la mesure où c'est l'appareil qui est mis à contribution, vous n'avez plus qu'à régler "manuellement" à la dernière seconde et uniquement si vous le souhaitez, avant de déclencher.

J'ai utilisé un zoom Nikkor AF-S 28-70mm f/2.8 D - IF ED (voir RAW en 4500 par 3000 pixels en n'hésitant pas à supprimer au fur et à mesure les vues foirées par simple visionnage sur l'écran de contrôle. Et par grand vent, en mode tempête (!!), même un appareil lourd — cela devient dès lors un avantage — bouge !
Du coup, c'est la gestion des fichiers RAW qui demande une bonne stratégie de classement, de rensiegnement (merci Photo Desk) et l'emploi de quelques DVD pour archiver…

En conclusion
Le système proposé autour du boîtier (DCS Photo Desk, DCS Photo Manager), avec ses mises à jour régulières et les sets colorimétriques pour les photographes professionnels qui travaillent en format RAW, reste, pour l'heure, supérieur à ce que j'ai pu voir et tester. Le système de mesure autofocus est confortable mais mérite toujours d'être affiné à la main si nécessaire. J'ai testé le Nikon D2h tout en rédigeant ce papier et j'avoue que le mixage des deux appareils serait une réelle révolution.
Mais bon, le Kodak reste un excellent appareil universel pour un photographe qui doit bosser tous les jours, assurer une qualité identique et passer de la photo événementielle à de la photo industrielle sans oublier les mariages du samedi, etc. Et qui souhaite conserver toutes ses optiques antérieures.

Seule recommandation, ne pas hésiter à consulter régulièrement le site des En savoir plus
Nos papiers précédents et le site de
Kodak.

le 06/09/2004 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?