Urbanbike

Recherche | mode avancée

L’épatant traitement de texte Editorial mis à jour…

Une version inattendue qui corrige quelques dysfonctionnements

dans écrire | grospod | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Le bavardage qui suit n’intéressera que les utilisateurs d’Editorial

L’arrivée inattendue d’une nouvelle version de Editorial le 07 février m’a rempli de joie. Pendant 24 heures, je me suis à peine forcé à n’employer que cette nouvelle mouture, retrouvant mon compagnon d’écriture des années 20131. Problème : mon enthousiasme s’est rapidement épuisé, et c’est bien cela qui m’a surpris …bien que l’app fonctionne sans soucis (oui, je fais dans la rime riche !).
« Ben alors ?! » …en résumé.

reduc-450

Si Editorial tourne sous iOS 13.x, tant sur mon vieux iPad Pro 12,9 de première génération que sur mon récent iPhone 11 Pro Max ; si j’apprécie ce petit cercle qui entoure désormais le curseur lors d’un appui prolongé sur la barre d’espace pour s’assurer de son placement, globalement Editorial a perdu — à mes yeux — une partie de son épatante avance.

Notez que cette mise à jour comme les précédentes est gratuite pour les utilisateurs, ce qui est remarquable en ces temps.

Editorial ext un fabuleux traitement de texte multi-formats (Fountain, Task Paper, JavaScript, HTML, CSS et markdown, excusez du peu…), sa bibliothèque d’actions (…enfin, celles qui étaient à demeure sur mes deux versions sous iOS) fonctionne pour autant que j’ai pu le constater. Et doté d’origine d’un thème sombre…

reduc-450

Néanmoins, bien qu’heureux de remettre les doigts dans son élégante interface, j’ai rapidement retrouvé quelques limites qui expliquent pourquoi, pour mon usage au quotidien2, j’ai migré vers Drafts malgré d’indéniables qualités.

En vrac, cela se résume en une série de points :

  • l’interface de Editorial diffère entre iPhone et iPad. Si ce choix se défend, la disparition des snippets sur grand écran ne se justifie pas véritablement. Inversement, le non affichage de la ligne de bookmarks sur l’iPhone a du sens.

reduc-450

  • l’unique barre additionnelle (réduite sur iPhone et laissant une place à l’icône snippets sur ce dernier) offre certes plus d’options dès lors que l’on procède à un appui prolongé. Néanmoins, impossible d’organiser cette dernière comme sur ia Writer par exemple. Même Ulysses offre plus d’options avec le seul défaut d’être non paramétrable. La possibilité d’empiler plusieurs barres additionnelles de taille variables dans Drafts me semble une solution nettement plus confortable pour mon usage …mais je suis de parti pris.

reduc-450

  • le choix de l’hébergement des fichiers sur DropBox me pose souvent des problèmes de synchronisation. J’avoue préférer désormais l’utilisation du Cloud d’Apple qui me semble nettement plus réactif à l’usage. Voire quasi instantané. Ceci ne concerne que des utilisateurs qui, comme moi, passent fréquemment d’un écran à un autre.
  • Mais le plus agaçant à l’usage reste la non synchronisation de mon interface de travail. Editorial n’est pas le seul à ne pas synchroniser ce qui se passe sur iPad vers l’iPhone et réciproquement, ia Writer demande à adapter sa barre additionnelle sur chaque écran. J’en reviens à nouveau à Drafts qui gère simplement ce problème en synchronisant instantanément sur tous mes écrans tout changement, que ce soit au sein des barres additionnelles, des actions et scripts, des documents et, bien entendu, des workspaces vu que ces derniers emploient les tags associés à chaque fichier pour les ranger correctement. Du coup, je retrouve strictement le même environnement sur iPhone, iPad et même Macintosh quand j’emprunte le MacBook Air de ma fille qui est sous High Sierra et supporte Drafts.

reduc-450

  • Certes, les actions peuvent être regroupées sous des tags communs mais ça reste peu pratique à l’usage (…avis personnel :je suis plus visuel, j’aime les icônes que l’on ne retrouve que sur la version iPad de Editorial en haut d’écran…).

reduc-450

  • A contrario de ia Writer qui a fait le choix d’une palette limitée de typos mais particulièrement efficace, Ulysses et Drafts laissent aux utilisateurs la possibilité d’installer des polices de leur choix en plus de celles disponibles. Certes, la palette proposée par Editorial est agréable mais réduite.
  • Pas si anecdotique dans ma pratique, je reste un utilisateur quotidien de Stylus (l’app qui précédait Nebo chez MyScripts) pour écrire à la main. Là également, c’est peu stable sur Editorial alors que cette vieille app (désormais retirée de l’AppStore) fonctionne sans soucis sous Drafts, Ulysses et ia Writer. Je le signale en passant.
  • Si j’ai définitivement troqué mes raccourcis TextExpander pour ceux d’Apple, je dois reconnaître que Editorial est particulièrement adapté avec deux options pour les afficher (affichage des raccourcis disponibles après saisie de un ou deux caractères). Drafts permet de les intégrer dans les actions si besoin là où ia Writer les bannit.
  • le Folding (affichage ou masquage) des niveaux markdown reste l’une des fonctions pratiques de Editorial avec la possibilité comme sous FoldingText sur macOS de ne lire que le mode plan et son contenu.

reduc-450

  • Autre fonction remarquable de Editorial, l’utilisation d’une zone sensible dans la marge de l’écran pour déplacer par simple touché-déplacé un paragraphe où l’on le souhaite. Drafts propose une option identique mais en activant un mode spécifique …qui masque temporairement le balisage markdown.

reduc-450

  • le dispositif pour construire des actions dans Editorial reste à destination des véritables et purs codeurs, ce qui n’est pas un problème pour ces derniers mais un frein pour des utilisateurs lambdas (j’en suis un…!!).

reduc-450

  • J’apprécie également l’accès immédiat à une prévisualisation de mon texte…

reduc-450

  • Ou encore l’accès au Web en restant dans Editorial

Ces points (il y en d’autres) décrits ci-dessus peuvent être considérés comme du pinaillage par nombre de personnes qui préféreront n’employer que des outils standards bureautique et ne voient pas ce que le balisage markdown peut leur apporter.

Pour ma part, écrivant quasiment tous les jours, je suis sensible à retrouver le même environnement sur mes écrans. Mais également de me laisser libre de déployer les fonctions qui me conviennent dans l’ordre que je souhaite, a fortiori masquer toutes celles que je n’utilise pas.

Et, bien entendu, me permettre ensuite d’exporter (…via un simple appui sur une icône dédiée dans la barre additionnelle de mon choix) mes textes vers tel autre traitement de texte (Ulysses, Day One…), voir vers Twitter ou iThoughts, sauvegarder vers Box ou DropBox, envoyer le contenu vers Messages ou Mail.

Du coup, la question est : est-ce qu’il y aura un de ces quatre une version totalement réécrite de Editorial pour répondre aux limites que je trouve à la version actuelle…?

Il est vrai que si je n’utilisais qu’un unique écran sous iOS, cette question de la synchronisation ne se poserait pas plus que celle de de l’environnement variable du travail et ce billet …inutile…!

Rappel : ces remarques sont à prendre avec de gosses pincettes, l’utilisateur que je suis a vieilli (groumphhhh…!) et n’a plus les besoins d’il y a …sept ans.

Bref, pas déçu, agréablement surpris d’avoir accès à une version iOS 13. Mais vu la qualité du développeur, je reste sur ma faim.

C’est tout…


  1. relire… urbanbike | Editorial, une réelle révolution ? 

  2. j’insiste sur le… mon usage, ce billet est une réflexion personnelle partagée avec les lecteurs de passage. 

le 11/02/2020 à 21:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?